toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

“Samuel Paty méritait de mourir” estime une étudiante musulmane qui écope de quatre mois de prison


“Samuel Paty méritait de mourir” estime une étudiante musulmane qui écope de quatre mois de prison

L’étudiante musulmane qui avait tenu ces propos sur Facebook devra également suivre un stage de citoyenneté.

C’est ce qu’on appelle avoir parlé trop vite. Une étudiante de biologie de Besançon (Doubs) vient de voir son casier judiciaire vierge désormais « rempli » d’une peine de prison. Comme le rapportent nos confrères de BFM TV, elle a écopé de quatre mois de prison avec sursis pour « apologie du terrorisme » après avoir écrit sur Facebook que Samuel Paty, l’enseignant décapité à Conflans-Sainte-Honorine, « méritait de mourir ». Elle s’était rétractée peu après, mais trop tard pour la justice.

La jeune fille de 19 ans avait commenté un article de L’Est républicain qui annonçait un hommage au professeur d’histoire-géographie. Elle avait alors écrit : « Il ne mérite pas d’être décapité, de mourir, oui ». Malgré son retrait, un internaute avait tout de même réussi à signaler le commentaire sur la plateforme Pharos, permettant aux enquêteurs de remonter jusqu’à elle, précise BFM TV.

« On ne peut pas écrire n’importe quoi »

Devant eux, elle a exprimé des « regrets » et des « excuses » en ajoutant qu’elle était « contre ce qu’elle avait écrit ». Elle a précisé ensuite avoir effacé son message, l’ayant écrit « trop vite » et « sans réfléchir ». « Je ne suis pas du tout contre le fait qu’il ait montré une caricature. C’est un professeur qui présente le cours comme il le souhaite », a tenté de se justifier devant la barre cette étudiante d’origine algérienne.

La procureure a requis six mois de prison avec sursis probatoire et 180 heures de travail d’intérêt général, précisant « qu’on ne pouvait pas écrire n’importe quoi ». Pour son avocate, elle a réagi « à chaud » après avoir vu la vidéo en « croyant » que l’enseignant s’était « moqué » des musulmans. Elle devra finalement accomplir un stage de citoyenneté dans les six mois à venir.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on ““Samuel Paty méritait de mourir” estime une étudiante musulmane qui écope de quatre mois de prison

    1. Robert Davis

      Voyez la lâcheté de cette racaille: elle commence par dire les pires saloperies et quand elle écope d’une peine de prison elle se couche. Ces gens sont une plaie à EXPULSER VITE FAIT. Etant donné que microbe n’est pas l’homme de la situation votez MARINE PRESIDENTE.

    2. Totof93

      Quelle faux c***? Elle cautionne la mort de cet enseignant et puis se rétracte une fois qu’elle passe en justice ….

    3. alauda

      Je sais bon gré à Raphaël Enthoven pour ce tweet du 22 octobre :
      « Quant au croyant que je suis, il n’oublie pas que Jésus a été condamné à mort pour blasphème et pour trouble à l’ordre public… » Amen
      #CharlieHebdo

      Et si je le partage ici, c’est en raison d’une dispute avec un collègue musulman après la semaine sanglante de 2015. N’étant pas « Charlie », il m’a balancé, comme un argument d’autorité ou de défausse, la chiquenaude ambigüe du pape François : « Si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s’attendre à un coup de poing ».

      Il est bien évident que le pape ne parlait pas de sa mère au sens biologique, mais bien de l’Église, de la foi catholique. Évidemment, après cette boutade, il a condamné les meurtres commis au nom de la religion, se bornant à évoquer la Saint-Barthélémy (qui était, à mon avis, autant une guerre civile que religieuse, mais cela n’engage que moi).

      François aurait pu prendre de la hauteur, soulever la question du blasphème, comme Enthoven. Occasion manquée de parler de Jésus, un comble pour un pape.

      M’étant prise en pleine tête le coup de poing du « pas-Charlie », j’ai réglé le conflit intérieur vite fait en ne lui adressant plus la parole jusqu’à sa retraite. Ma mère, c’est la France.

    4. Slam

      Des décennies de lâchetés françaises en tous genres ont rendues possibles de telles paroles, rendus possibles « des actes d’incivilités » comme dirait un Dupond-Moretti plutôt discret ces temps-ci – sans doute cuve-t-il l’ivresse de la sottise de ses propos -, de véritables horreurs en fait, jusqu’à la décapitation d’un Français sur le sol français par un étranger que la France avait accueilli et élevé, plutôt mal dirait-on puisque l’individu n’a montré aucune reconnaissance ni humanité, bien au contraire. Quel constat d’échec cuisant pour la politique française depuis De Gaulle jusqu’à Macron, échec de l’intégration à outrance et sans volonté réciproque d’assimilation de populations allogènes culturellement et religieusement en totale disharmonie avec la civilisation européenne, avec les racines françaises qui ont fait l’unité de ce pays.
      Le combat s’annonce long et difficile jusqu’à la victoire de la liberté pour la survie de la France, à la condition que certains se taisent et que la lâcheté ne s’en mêle pas davantage, sinon la France sera désagrégée.

    5. Richard Malka

      Dehors!
      Qu’elle se torcher le cul avec son coran de merde.
      Ces dégénérés n’ont pas leur place en France.

    6. alauda

      Le combat sera long et difficile, c’est clair. Mais encore fallait-il une prise de conscience collective dans la population des enjeux.

      Sarkozy, vilipendé à l’époque, pour avoir lancé le débat sur l’identité française, avait posé les bases d’un premier questionnement. Qu’est-ce qui la fonde ? Est-ce sa langue ? Sa laïcité ? Qu’est-ce qui fait de la France le creuset d’une identité particulière ?

      A la fin de son quinquennat, un premier attentat qui tue des enfants à bout portant dans une cours d’école juive stupéfait. Mais il est noyé dans les fausses pistes d’une enquête qui peine à identifier le coupable, à en cerner les mobiles. L’enquête, se déroulant elle-même sur fond de commerce électoral, traîne en longueur avant que l’on parvienne à dénouer les fils, jusqu’au procès en avril 2019.

      Entre 2012 et 2020, deux mandats et demi, le premier à gauche, le second plus mélangé. Des attentats en cascade. Le narratif officiel sur les premiers tend à accréditer la thèse de loups solitaires (Joué-les-Tours, fin décembre 2014) jusqu’à ce qu’elle ne tienne plus. On connait la suite, sur fond d’actualités internationales plus que chargées.

      A l’époque de Pasqua, les affaires terroristes étaient traitées par l’exécutif sans trop intéresser le grand public. Le 11 septembre 2001 change le paradigme. Mais l’opinion publique, le gros de la population, n’a les yeux vraiment décillés en France qu’à partir de 2015, voici seulement 5 ans.

      J’ai été assez estomaquée par le regret de l’actuel garde des sceaux que « l’esprit du 11 janvier » n’ait plus été plus invoqué comme un totem dès le lendemain de la décapitation d’un professeur. Le combat idéologique est devenu l’affaire de tous ceux qui sont confrontés au problème majeur énoncé en haut de l’article, mais celui qui est à tête de la justice ne l’avait point remarqué… On n’est pas rendu !

    7. JS PN

      4 mois de prison qu’elle ne fera jamais ! La justice serait rigolote si ce n’était pas triste de voir ce qu’elle est !

    8. o.icaros

      On incrimine souvent, et un peu vite les juges, mais en réalité ce sont les avocats qui sont des fauteurs de merde. Comme dans cette histoire, l’avocat minimise son acte de sa cliente (aide judiciaire gratuit) en disant « elle a réagi à chaud ». Comment peut-on dire des âneries pareilles. Si on ne pense pas profondément ces choses, elles ne peuvent sortir de vous, de votre tête.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap