toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

“Il a insulté notre prophète”, à Conflans des collégiens musulmans se réjouissent et plaisantent sur la mort de l’enseignant décapité


“Il a insulté notre prophète”, à Conflans des collégiens musulmans se réjouissent et plaisantent sur la mort de l’enseignant décapité

Alors que le temps est à l’émotion et aux hommages à la suite de la mort de l’enseignant Samuel Paty, certains élèves étaient loin des slogans “Je suis Samuel”.

Samuel Paty avait 47 ans et était un père de famille. Il est mort, décapité par un terroriste tchétchène vendredi en fin d’après-midi alors qu’il rentrait chez lui, parce qu’il avait tenté d’enseigner « la liberté d’expression ». Depuis, classe politique, anonymes, collègues et anciens élèves se sont émus de cet acte cruel. De nombreux rassemblements ont eu lieu samedi 17 octobre dans le pays pour lui rendre hommage, derrière les slogans de « Je suis Charlie », « Je suis Samuel » ou encore « Je suis enseignant ». Mais tous n’étaient pas dans la même lignée, nous apprend Le Figaro.

Ainsi, certains adolescents de confession musulmane ont plus ou moins condamné la mort du (ou de leur) professeur, sans pour autant se prononcer sur l’acte de l’assaillant tchétchène. Une adolescente indique aux journalistes que Samuel Paty avait une « réputation raciste », tandis que d’autres élèves s’insurgent contre ses propos à l’encontre de leur prophète : « C’est une offense contre Mahomet », glisse une fille, même si elle assure que « mourir pour une caricature, c’est fou, ça va trop loin. » Un jeune adolescent prend moins de pincettes : « il a insulté notre prophète, on en parlait en récréation ». Une manière de dire qu’il avait peut-être récolté ce qu’il avait semé ?

Plaisanteries

Surtout, selon nos confères du Figaro, certains collégiens étaient davantage présents pour plaisanter que pour rendre hommage, jouant devant les caméras en demandant si les journalistes voulaient voir « sa tête » puisque la « photo circulait sur Twitter ». Samuel Paty se sentait en danger depuis les menaces qu’il avait reçues jusqu’à aller porter plainte. Mais il était également visé par une note du Service départemental de renseignement territorial après « l’émoi » de certains parents musulmans qui souhaitaient son départ de l’établissement. L’Académie des Yvelines se serait d’ailleurs apprêté à le sanctionner.

Source

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on ““Il a insulté notre prophète”, à Conflans des collégiens musulmans se réjouissent et plaisantent sur la mort de l’enseignant décapité

    1. alauda

      Il en faut du courage pour se coltiner ces incultes !

      Quand j’obtiens la confirmation que l’IA n’a pas soutenu la victime, j’enrage.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *