toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

États-Unis : Facebook et Twitter censurent des révélations du New York Post sur la corruption de Joe Biden et son fils. Compte bloqué depuis deux semaines, le Sénateur Ted Cruz attaque le PDG de Twitter responsable de cette censure


États-Unis : Facebook et Twitter censurent des révélations du New York Post sur la corruption de Joe Biden et son fils. Compte bloqué depuis deux semaines, le Sénateur Ted Cruz attaque le PDG de Twitter responsable de cette censure

Dans une longue diatribe lors de l’audience de mercredi sur Big Tech au Capitole, le sénateur Ted Cruz s’en est pris au PDG de Twitter, Jack Dorsey, à propos de la censure par le réseau social du reportage du New York Post sur Hunter Biden.

“M. Dorsey, qui vous a élu et vous a confié la responsabilité de ce que les médias sont autorisés à rapporter et de ce que le peuple américain est autorisé à entendre”, a lancé le républicain texan au magnat des réseaux sociaux. “Pourquoi persistez-vous à vous comporter comme un grand parrain du parti démocrate [“a Democratic super PAC”] , faisant taire les opinions contraires à vos convictions politiques ?”

Dorsey calme, tout en concédant que Twitter avait commis une erreur en bloquant l’article du New York Post – un blocage qui persiste encore aujourd’hui – a insisté à plusieurs reprises sur le fait que The Post était libre de revenir sur la plateforme, à condition de supprimer les tweets sur l’histoire.

L’échange animé a commencé lorsque Cruz a interrogé Dorsey sur la logique qui avait présidé à la coupure de courant.

“Pourquoi Twitter a-t-il pris la décision de censurer le New York Post ?” a-t-il demandé.

Nous avons une politique sur les matériaux piratés… qui limite la diffusion des matériaux qui sont piratés”, a répondu M. Dorsey. Nous ne voulions pas que Twitter soit un distributeur de matériel piraté. Nous avons découvert que le New York Post, parce qu’il montrait les documents directs … [et] il n’était pas clair comment ceux-ci étaient obtenus, relevait de cette politique”.

Comme Cruz l’a fait remarquer, le Post a clairement indiqué dans son article que la série d’emails et autres documents personnels avaient été obtenus à partir d’un ordinateur portable qui appartenait auparavant à Biden qui avait été abandonné dans un atelier de réparation électronique du Delaware, devenant ainsi la propriété du propriétaire en vertu de la politique du magasin qui a été acceptée par écrit par Biden. […]

M. Cruz a également fait la distinction nette entre Twitter s’attaquant à un utilisateur marginal des réseaux sociaux, et Twitter s’attaquant à un grand média d’information.

“Soyons clairs : le New York Post n’est pas n’importe quel type avec un compte twitter. Le New York Post a le quatrième plus grand tirage de tous les journaux d’Amérique. Le New York Post a 200 ans. Le New York Post a été fondé par Alexander Hamilton”, a-t-il déclaré. “Et votre position est que vous pouvez vous asseoir depuis la Silicon Valley et leur dire quelles histoires ils peuvent publier, et dire au peuple américain quels reportages ils peuvent entendre, c’est bien cela ?”

“Les médias doivent faire une génuflexion et obéir à vos diktats s’ils veulent pouvoir communiquer avec les lecteurs, est-ce exact ?”

Dorsey a répété que le Post est le bienvenu – s’il supprime les messages originaux de Hunter Biden.

“Nous ne bloquons pas The Post …”, a-t-il dit, avant d’être coupé par Cruz.

“Le New York Post peut-il publier sur son compte Twitter ?” a insisté le législateur.

“S’ils vont sur leur compte …”, a commencé Dorsey.

“Non, c’est votre réponse à cela”, a coupé Cruz. “A moins qu’ils ne fassent une génuflexion et ne soient d’accord avec vos diktats.”

Cruz a principalement mis en cause Dorsey, mais a également tenu des propos sévères à l’égard des deux autres représentants des Big Techs présents à l’audition du Sénat, le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, et Sundar Pichai, PDG de la société mère de Google, Alphabet.

“Les trois témoins que nous avons devant cette commission aujourd’hui représentent, je crois, la plus grande menace pour la liberté d’expression en Amérique, et la plus grande menace que nous avons pour des élections libres et équitables”, a déclaré M. Cruz.

New York Post

Twitter et Facebook ont tous deux pris des mesures de censure extraordinaires contre The New York Post mercredi, suite à ses révélations sur des e-mails de Hunter Biden – et ont lancé des accusations infondées selon lesquelles l’article utilisait du “matériel piraté”.

Cette mesure a été prise bien que la campagne du candidat à la présidence Joe Biden eut nié avoir quoi que ce soit dans son “agenda officiel” concernant la rencontre avec un responsable ukrainien de l’énergie en 2015 – et sans la moindre déclaration que l’ordinateur de son fils avait été piraté.

Le compte Twitter principal du New York Post a été verrouillé à partir de 14h20 mercredi parce que ses articles sur les messages obtenus à partir de l’ordinateur portable de Joe Biden enfreignaient les règles du réseau social contre la “distribution de matériel piraté”, selon un courriel que le Post a reçu de Twitter.

Twitter a également empêché les utilisateurs de partager le lien vers l’article du New York Post indiquant que Hunter Biden avait présenté Joe Biden à l’homme d’affaires ukrainien, qualifiant le lien de “potentiellement nuisible”.

“Conformément à notre politique en matière de matériel piraté, ainsi qu’à notre méthode de blocage des URL, nous prenons des mesures pour bloquer tout lien ou image du matériel en question sur Twitter”, a déclaré un porte-parole de Twitter du New York Post dans une déclaration.

L’entreprise a déclaré qu’elle avait pris cette mesure en raison de l’absence d’article faisant autorité sur l’origine du matériel inclus dans l’article du Post.

Les utilisateurs qui cliquaient sur le lien sur Twitter recevaient une alerte les avertissant que la page web pouvait être “dangereuse” et qu’elle pouvait contenir du contenu qui enfreindrait les règles de Twitter s’il était partagé directement sur la plateforme.

Cette mesure extraordinaire a été prise après que Facebook déclara qu’elle limitera la diffusion de l’histoire du New York Post sur sa propre plateforme. Le réseau social a ajouté que l’histoire pourra être examinée par des vérificateurs de faits indépendants.

Le sénateur américain Josh Hawley (R-Mo.) a envoyé une lettre au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, mercredi, demandant des réponses sur les raisons pour lesquelles la plateforme a “censuré” les reportages du Post.

“La nature apparemment sélective de cette intervention publique suggère une partialité de la part de Facebook”, a écrit M. Hawley. “Et vos efforts pour supprimer la distribution de contenu révélant une activité potentiellement contraire à l’éthique par un candidat à la présidence soulève un certain nombre de questions supplémentaires, auxquelles j’attends des réponses immédiates”.

Hawley a ensuite envoyé une lettre similaire au PDG de Twitter, Jack Dorsey, fustigeant la société pour ce qu’il a qualifié d’”intervention inhabituelle qui n’est pas universellement appliquée à tous les contenus“.

Le sénateur a demandé à savoir comment Twitter avait déterminé que l’histoire du Post violait sa politique sur les contenus piratés et pourquoi la société avait pris “l’action sans précédent” de verrouiller le compte de l’organisation de presse.

“Je vous demande de répondre immédiatement à ces questions et de fournir les justifications nécessaires afin que vos utilisateurs puissent avoir la certitude que vous ne cherchez pas à influencer le résultat de l’élection présidentielle avec vos décisions de retrait de contenu”, a écrit M. Hawley.

New York Post

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “États-Unis : Facebook et Twitter censurent des révélations du New York Post sur la corruption de Joe Biden et son fils. Compte bloqué depuis deux semaines, le Sénateur Ted Cruz attaque le PDG de Twitter responsable de cette censure

    1. Robert Davis

      BRAVO à Ted Cruz j’étais pour lui avant que Trump ne se présente, c’est quelqu’un de trés bien. J’espère qu’il trouvera un moyen pour passer tweeter et jack dorsey A LA MOULINETTE.

    2. Sara

      Ces plateformes, dites « réseaux sociaux », tel FakeBook, ont été dès le début conçues comme supports publicitaires ; elles sont là pour faire du profit, pas pour rendre service aux gens.

      FB, Twatter ne sont plus des plateformes, censées rester neutres quand aux contenus, mais se comportent maintenant en éditeurs (qui sont eux responsables de leur contenu, ce n’est pas la même législation), décidant de que vous avez le droit de lire ou de ne pas lire.
      Aux USA, beaucoup de gens disent que leurs patrons se prennent pous les « Masters of the Universe ».

      Si vous tenez vraiment à utiliser un média dit « social », il existe des équivalents non biaisés à FakeBook : Diaspora (parfait pour nous ce nom !), Ello, Mastodon, Minds, Raftr, Steemit, usa . life Vero.

      Beaucoup d’américains pensent que Trump devrait passer de Twatter à Parler : ils seraient des millions à quitter Twatter pour Parler (ou Gab).
      Passez sur l’une de ces plateformes et prévenez vos abonnés (followers) : ils vous suivront.

    3. André Labbé.

      Joe Biden est un meurtrier car il serait pro- avortement, donc il préfère plaire au femmes que d’être sauveur des enfants à n’être en les faisant avorter.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    135 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap