toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Elisabeth Badinter : « Cela ne peut plus se régler dans le pacifisme »


Elisabeth Badinter : « Cela ne peut plus se régler dans le pacifisme »

Pour la philosophe, la guerre contre les islamistes est empêchée par la peur mais aussi par la démagogie d’une certaine gauche, qui prétend à tort défendre les musulmans.

L’Express : En 1989, vous cosigniez une tribune retentissante au moment de « l’affaire de Creil »- où trois collégiennes refusaient d’ôter leur foulard en classe – pour enjoindre aux profs de résister aux prétentions islamistes. Imaginiez-vous, alors, qu’on en arriverait là ?

Elisabeth Badinter : Bien sûr que non. En 1989, on ne parlait pas encore d’islamisme, et très peu d’islam. Avec cet appel, nous avons sonné la première alarme. Dans ce texte écrit à cinq, Régis Debray a eu une formule formidable en se demandant si l’année du bicentenaire allait représenter le « Munich de l’école républicaine » – il parlait de l’attitude du ministre de l’Education nationale d’alors, Lionel Jospin.
On nous l’a vivement reproché, au PS comme dans la gauche en général. Mais, trente et un ans plus tard, nous assistons vraiment à la défaite de l’école républicaine, de la façon la plus violente et ignoble qui soit. Voici le résultat d’une succession de soumissions aux exigences islamistes. A l’époque de l’affaire de Creil, il a suffi de trois gamines pour faire reculer l’école publique et laïque. C’était le signal envoyé aux islamistes, à qui l’on disait : « La voie est ouverte. » Notez qu’elles étaient déjà instrumentalisées par leurs parents et par l’islam politique. D’ailleurs, c’est l’intervention du roi du Maroc Hassan II qui a sifflé la fin de l’histoire. L’entourage des jeunes filles a obéi non pas aux lois de la France, mais à un souverain descendant du Prophète. Avec cette seule pichenette, la République a vacillé. Ensuite, les islamistes ont pu avancer.

« Le droit à la différence qui vous est si cher n’est une liberté que si elle est assortie du droit d’être différent de sa différence », écriviez-vous dans cette adresse au ministre de l’Education. Est-ce ce droit d’être différent de sa différence qu’enseignait Samuel Paty, et ce pour quoi il a été décapité ?

Oui et non. Oui, parce qu’il enseignait la liberté d’expression et le droit au blasphème, et c’est bien ce qui a provoqué cette protestation du père d’une élève – qui n’avait d’ailleurs pas assisté à ce cours. Mais vous aurez peut-être noté que Samuel Paty avait proposé aux élèves musulmans qui le souhaitaient de sortir de la salle s’ils étaient choqués par ces caricatures. Je le comprends, parce que la pression est devenue insoutenable. Il a fait le maximum de ce qu’il pouvait faire, mais ce maximum-là implique désormais de prendre en compte les particularismes où ils n’ont pas lieu d’être. Alors que, vingt ans plus tôt, il n’aurait jamais été question de tout cela. A l’école, quand on évoquait par exemple la Shoah, on n’aurait jamais offert la possibilité de sortir pour ne pas heurter les sensibilités.

En 2007, vous témoigniez lors du procès des caricatures. Alors que l’équipe de Charlie Hebdo était d’humeur joyeuse et potache, vous sembliez la seule soucieuse…
Je ne pouvais pas imaginer qu’on allait tuer tous ces journalistes et dessinateurs, mais je me disais qu’ils prenaient un risque immense. Quand je suis sortie du tribunal après avoir témoigné pour Charlie Hebdo, des barbus islamistes attendaient dehors et ne me regardaient pas avec tendresse. J’ai senti leur colère. L’atmosphère était lourde. Et c’est devant eux que j’ai exprimé toute mon inquiétude.

Selon l’écrivain Boualem Sansal, la France ne comprend toujours pas qu’elle a affaire non à des « terroristes fichés S ou pas » mais à une « guérilla qui veut prendre les dimensions d’une guerre totale ». Le dernier attentat peut-il être un tournant dans la prise de conscience ?

On a l’impression que l’assassinat de Samuel Paty, tellement insoutenable, est « celui de trop » pour la population. Non que les attentats d’avant soient moins atroces, bien sûr, mais, symboliquement, on a encore franchi un cap. Je pense sincèrement que l’immense majorité de la population française n’en peut plus. Elle s’est longtemps tue mais, là, c’est trop. Les voix pourraient s’élever en plus grand nombre contre l’islamisme. Mais il y a toujours cette extrême gauche « élargie » qui ne cesse de ramener le débat à la stigmatisation des musulmans, jusqu’à refuser de prononcer le mot « islam » ou même celui d' »islamisme ». Elle déboussole les gens, les intimide, en insinuant que leur rejet légitime de l’intégrisme serait en réalité suspect. On pouvait au départ penser que cette gauche défendait sincèrement la tolérance et l’antiracisme. Mais qu’elle en soit toujours là aujourd’hui est une preuve soit d’aveuglement, soit d’électoralisme. Lutter contre l’islamisme revient, pour eux, à être lepéniste. « Vous faites le jeu de Le Pen », que n’ai-je entendu cet argument…

S’il faut protéger les musulmans de quelque chose, c’est bien de l’islamisme, et non de la République française ! Selon différentes études, près de 30 % des musulmans font passer ouvertement leur religion au-dessus de la République, mais cela n’inquiète pas grand monde à gauche. On préfère taire cette situation. Une grande partie de la gauche, à l’image de Ségolène Royal, n’a pas non plus été pro-Mila. Nombre de néoféministes, plus jeunes, ne se sont guère émues de la situation de cette lycéenne qui n’a agressé personne. Ce qui signifie qu’elles aussi, proches de groupuscules radicaux, ont choisi le camp des islamistes.

plutôt que de préserver la liberté d’expression. Vous savez, j’en veux beaucoup à cette gauche-là. Des journaux ont fait la publicité des thèses indigénistes qui, pourtant, ne représentent pas grand-chose en nombre. Cette publicité peut avoir un effet culpabilisant pour l’opinion publique, de bonne foi, qui se dit « oui, il faut lutter contre les stigmatisations et le racisme ». Personne n’a envie d’être les méchants.

Les réseaux sociaux sont une nouvelle fois pointés du doigt. Faut-il encore d’une loi pour y restreindre la liberté d’expression ?
Nous ne sommes pas aux Etats-Unis, où, du fait du premier amendement, les discours haineux ont peu de limites. Je trouve la proposition de Xavier Bertrand raisonnable, à savoir que tous ceux qui s’inscrivent sur les réseaux sociaux devraient fournir leur véritable identité, quitte à prendre ensuite un pseudonyme. C’est peut-être une bonne idée. Car, là, il est trop facile d’y faire des menaces de mort, à l’image de ces textes dégoûtants que l’on envoie à Mila.
« C’est une guerre que nous devons mener, mais je ne suis pas certaine que les Français y soient prêts »

Pour la suite des événements, êtes-vous optimiste ou pessimiste ?
Je ne vois pas comment je pourrais être optimiste. Cela fait trente ans que je suis de près ces sujets, et cela va de plus en plus mal. Il faudrait changer les lois, organiser une guerre idéologique mais aussi législative contre les islamistes. Et cela ne se ferait pas sans des répliques terribles de la part du camp adverse. De nouveaux attentats, plus nombreux, plus sanglants. Cela ne peut plus se régler dans le pacifisme, car c’est allé trop loin. C’est une guerre que nous devons mener, mais je ne suis pas certaine que les Français y soient prêts. Non seulement parce qu’ils peuvent avoir peur, ce qui est compréhensible, mais aussi parce que les islamistes vont crier à la dictature à la moindre mesure les ciblant. A nouveau, une partie de la population se dira que, peut-être, on exagère la menace. Nos adversaires vont jouer là-dessus, avec la complicité de leurs alliés à gauche, que ce soit une bonne partie des « insoumis », comme dans les universités, où des clusters vont développer cette argumentation victimaire.

Appelez-vous toujours les profs à « ne pas capituler », comme en 1989 ?
Je trouve que ceux qui ne sont pas sur le terrain avec les profs d’histoire ou de philosophie et qui parlent depuis leur fauteuil n’ont pas à donner de leçons. Bien sûr, on voudrait que les enseignants ne cèdent en rien, mais on ne souhaite pas non plus de nouveaux drames. Il ne peut y avoir une protection policière pour chaque professeur. Je ne dis pas qu’aborder la question des caricatures ou du blasphème créerait des problèmes dans tous les collèges ou lycées de France, mais on sait que dans un certain nombre d’établissements, cela ferait des remous.

Moi-même, je me suis posé la question de ce que je ferais à leur place, puisque j’ai été prof en lycée pendant cinq ans. Ma conclusion, c’est qu’il est extrêmement courageux de continuer à enseigner le droit au blasphème face à des élèves de plus en plus susceptibles sur ces questions. Je ne me sens donc pas le droit d’exiger des enseignants une telle chose. C’est à l’Etat désormais de leur permettre de le faire.

Source: L’express

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste pigiste Franco-israelien, titulaire d'un master d'histoire du Moyen-Orient à l'université de Jérusalem



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Elisabeth Badinter : « Cela ne peut plus se régler dans le pacifisme »

    1. moi de france

      LA LIBERTE A TOUJOURS EU UN PRIX ET CE PRIX NOUS LE PAYONS
      TRES CHER
      SEUL MAINTENANT LA FORCE VIENDRA A BOUT DE CES FOUS ET DE CETTE IDOLOGIE POURRIE

    2. Robert Davis

      Content de voir qu’elle est plus clairvoyante que son mari et comprend la situation ainsi que B.Sansal. Bien sûr qu’il ne s’agit plus et depuis longtemps de terrorisme mais de guerrilla, le prélude à une guerre TOTALE qui va voir se créér une armée mus de France de au moins 1 million de soldats çàd plus l’armée française qui est certes mieux équipée mais l’armée mus étant sur place et n’ayant pas besoin de traverser divers territoires pour arriver au centre du pays, elle se servira dans les arsenaux français sans difficulté et sera même mieux équipée que l’armée à ce moment. Les dirigeants français ne veulent rien voir, rien savoir, rien comprendre, ils en sont à radoter des incantations pacifistes, des berceuses, la jactance inutile pendant que la France est en train de perdre déjà la guerre exactement comme en dans les années 30 quand elle aurait pu gagner la guerre facilement jusqu’en 36-37 quant les nazis n’etaient pas équipés mais construisaient les machines à fabriquer leurs armes. Merci aux généralissime/crétinissimes gamelin et macron.

    3. Jean-Francois Morf

      On pourrait au moins commencer par interdire totalement les législations étrangères: charia, lois américaines, pactes, etc.
      A déclarer comme nulles et non avenues.

    4. Marçu Gisèle

      Je souscris à 100% à la suggestion de J.F Morf ci dessus.

      C’est par la brèche de la légalité que l’islamisme politique tient le pays en échec.

      Si, en amont, la législation est remaniée comme l’urgence actuelle le réclame, l’Educ. Nale sera bien obligée de suivre et d’imprimer desdites modifications au sein des programmes officiels… CE N’EST QU’UNE AFFAIRE DE VOLONTE POLITIQUE de la part du gouvernement. Entendra t il la mise en garde de Mme Badinter ???

    5. Ilan S.

      Nous ne serons définitivement débarrassé du cancer coranique que le jour où Elisabeth Batinder ne fera plus de distinction entre islam et islamisme. Même les gens extrêmement cultivés n’ont pas cette pertinence de voir cette vérité alors qu’elle est si flagrante. C’est sûrement sa culture gauchisante (qui s’estompe petit à petit grâce à D.) qui ne lui permet pas d’élever sa propre lumière jusqu’à la clairvoyance ultime…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    671 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap