toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Coronavirus: Au CHU de Nantes, des soignants positifs continuent de travailler


Coronavirus: Au CHU de Nantes, des soignants positifs continuent de travailler

Cette situation est autorisée pour « assurer la continuité des soins » dans les hôpitaux où les médecins contaminés ne peuvent pas être remplacés.

Des cas signalés à Nice, à Bourgoin-Jallieu, au Puy-en-Velay et désormais au CHU de Nantes. Faute de remplaçants, “plus de 11 soignants” asymptomatiques de l’hôpital de Loire-Atlantique continuent de travailler et d’assurer leur mission de soins, alors qu’ils sont actuellement positifs et contagieux au coronavirus, annoncent nos confrères de Ouest-France et d’Europe 1 ce samedi 10 octobre.

Cette situation est légale et validée par le Haut conseil de la santé publique depuis la fin mai, si le médecin positif est asymptomatique et ne peut être remplacé pour “raison de tensions particulières en ressources humaines” au sein de l’établissement.

“Les soignants se contaminent entre eux”

Cette décision inquiète cependant le personnel du CHU, selon les syndicats qui tirent la sonnette d’alarme. “Onze, c’était avant-hier, et on nous a informé hier qu’il y en avait encore plus”, a précisé au micro d’Europe 1, Olivier Terrien, le secrétaire général CGT du CHU, précisant que plusieurs services étaient concernés. “Cela provoque un climat complètement délétère, car les agents ont peur”, relaie le représentant du syndicat majoritaire dans l’établissement.

“Aujourd’hui, on sait qu’au CHU de Nantes, on a un taux d’incidence supérieur à celui de la population. Les soignants se contaminent entre eux”, ajoute Olivier Terrien. La CGT dénonce “une mise en danger du personnel et des usagers de l’hôpital”.


Contacté par Ouest-France, le CHU assure “suivre la situation de près” et appliquer strictement les recommandations nationales qui se basent essentiellement sur le respect des gestes barrières entre soignants et avec les patients.

Le 18 septembre, le maire de Nice, Christian Estrosi avait qualifié ces situations d’“inconcevables” après plusieurs cas signalés dans le CHU de la ville des Alpes-Maritimes. L’ancien ministre avait demandé au ministre de la Santé, Olivier Véran, de “protéger le personnel hospitalier, qu’il soit médical, paramédical et jusqu’aux employés d’entretien, et tout particulièrement du CHU”.

“Chaque agent testé positif au CHU est contacté le lendemain du prélèvement par le médecin du travail qui lui indique la conduite à tenir”, avait alors précisé le CHU niçois contacté par l’AFP.

Source : Huffingtonpost





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap