toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Avortement: « Il sera interdit de broyer des poussins, mais il sera possible de broyer des fœtus humains de 14 semaines »


Avortement: « Il sera interdit de broyer des poussins, mais il sera possible de broyer des fœtus humains de 14 semaines »

Voilà que bat son plein à nouveau la campagne contre la chasse en général et contre la chasse à courre en particulier, et de même, contre la corrida. Cela heurte la sensibilité d’un certain nombre de nos contemporains, s’indignant de ce que l’être humain puisse causer de la souffrance aux animaux. Dans la même logique, ne faudrait-il pas alors agir pour que les fauves ne coursent plus les gazelles avant de les déchirer à pleines dents ? La nature est hélas cruelle et la réformer pour y faire régner une perpétuelle douceur relationnelle entre les créatures ne relèverait-il pas d’une gentille folie ? Et que diraient alors les défenseurs des tigres et des lions, et des léopards, qui ne se résigneront pas à manger de l’herbe ? Et ceux des crocodiles ?

Trêve ici de plaisanterie.

Car sans avoir quelque complaisance que ce soit pour les souffrances infligées à des animaux et dont certaines pourraient sans doute être évitées, comment ne pas d’abord éprouver de l’horreur pour les souffrances souvent atroces que les hommes infligent aux hommes ? Et en premier, pour les mises à mort des êtres humains appelés à se développer neuf mois durant le sein de leurs mères ?

Or ne voilà t-il pas que successivement l’Assemblée nationale a voté deux lois autorisant l’élimination de ces êtres ce que devra confirmer ou infirmer le Sénat:

  • La première, permettant de mettre fin à la vie de l’enfant à naître jusqu’avant l’accouchement, après détection « d’anomalies ». L’avortement se muant ainsi en infanticide républicainement autorisé….
  • La seconde, votée ce 8 octobre, faisant passer la durée « légale » pour l’interruption volontaire de vie de 12 à 14 semaines.  A ce stade là, l’enfant, déjà largement en voie de formation est un être sensible et souffrant. Dans l’avortement, il est atrocement déchiqueté. Beau progrès humain en vérité, mesdames et messieurs les néos-écologistes! Confierai-je qu’on se prend quelquefois à regretter que vos mères n’aient pas eu d’aussi bons principes que vous…

Sur C News, ce 8 octobre, le présentateur Pascal Praud commente le passage des 12 aux 14 semaines abortivement légalisées comme allant dans une évolution vers de « plus en plus de droits pour les femmes » (sic !).  C’est vrai: de plus en plus de droits à commettre la suppression de vie des enfants ainsi privés, sans défense, du droit de naître.

Dans cette émission, on mesure pleinement les limites actuelles du droit d’expression sur l’avortement. Si un des participants allait jusqu’à avouer qu’il est contre l’avortement, alors il serait lui-même, tout de suite avorté de l’univers médiatique. Ainsi, l’excellent Eric Zemmour prend-il plusieurs fois bien soin de rappeler qu’il n’est pas contre le droit à l’avortement. Si tel était le cas, ce serait sa fin médiatique. Alors, tout de même, il se risque à rappeler qu’au moment du vote de la loi Veil, il avait trouvé qu’il y avait des personnes également respectables dans les partisans et adversaires de la loi.

Je l’ai déjà plusieurs fois exprimé, il y a quelque chose d’extraordinaire dans l’absolue intouchabilité idolâtrique du tabou de l’avortement. Seul, maintenant, arrive à l’égaler celui du « droit du blasphème » pour la première fois proclamé en France par un chef de l’Etat.

Les deux premiers commandements d’une charte républicaine des valeurs pourraient être désormais les suivants :

  1. Toujours et partout, tu respecteras et défendras le doit à l’avortement.
  2. Toujours et partout, tu respecteras et défendras le droit du blasphème.

Ainsi va la République !

La chasse aux policiers n’est jamais fermée

On ne sait à l’heure où j’écris si les deux policiers d’Herblay sur Seine victimes d’une féroce tentative d’assassinat survivront à leurs blessures par lynchage et par balles. Il n’est guère désormais de semaine qui passe sans apporter les nouvelles d’actes criminels perpétrés contre des policiers. Certains abominables. N’est-il point enfin temps de reposer la question générale du châtiment des crimes les plus atroces ? La question du rétablissement de la peine de mort, au sommet de l’édifice judiciaire, fut-ce pour n’être que très rarement prononcée et peut-être plus rarement exécutée, doit-elle demeurer aussi un tabou ? Rappelons que la peine de mort, par avortement a été infligée l’an passé à 233 000 enfants qui auraient pu naître.

Lesalonbeige

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Avortement: « Il sera interdit de broyer des poussins, mais il sera possible de broyer des fœtus humains de 14 semaines »

    1. alauda

      Ce qui est vraiment étrange, c’est qu’en dépit de 40 ans d’informations et de moyens diversifiés de contraception les chiffres des IVG n’ont pas baissés. Donc le problème est en amont, ces chiffres donnant l’impression que l’on n’a pas évolué en matière de contraception.

      J’ai entendu deux types d’arguments pour reculer de deux semaines une IVG :
      * le premier non des moindres ne dépend absolument pas des femmes mais de l’organisation médicale : il ne se pratique pas partout, les délais sont longs au risque de dépasser les délais légaux.

      * le second argument vise à ce que quelques 4000 femmes n’aillent pas à l’étranger… C’est un peu snob, ça n’est pas gratuit…

      Mais peut-être qu’à l’étranger, elles sont mieux traitées qu’en France… Pas de double entretien, pas de délais rallongés. Pas de culpabilisation non plus dans une clinique privée spécialisée à l’étranger. La décision éclairée se prend sans le concours de conseiller, d’assistant ou de psy de tout poil, avant de passer la frontière. Un aller-retour : 48 heures. Jusqu’en l’an 2000, le délai était de 10 semaines.

      Je me souviens d’une copine qui a divorcé fin de années 70 parce que son jeune mari médecin lui refusait la pilule… Dans les mêmes années, je me souviens d’une gynéco, recommandée par des premières années de médecine, qui invoquait sa « clause de conscience » pour renvoyer sa jeune patientèle, néanmoins majeure, à la méthode Ogino… avec des propos qui plus est désobligeants. Elle pouvait la jouer cours de morale, : rien de moins fiable que la courbe des températures ! Déjà que notre cohorte avait été privée de tout cours de biologie humaine, sous de fallacieux prétextes de polémiques à la française à n’en plus finir.

      En passant, j’aimerais savoir combien d’heures sont consacrées aujourd’hui lors des études de médecine (avant spécialisation) aux questions de contraception.

      L’Académie de médecine s’inquiète de l’augmentation du danger proportionnel à l’allongement du délai… Qui crée les mauvaises conditions de l’allongement ?

      Au lieu de faire voter cette loi, les féministes actuelles auraient du se pencher sur La loi Neuwirth du 28 décembre 1967 qui réservait la publicité pour les contraceptifs aux seuls médecins et pharmaciens. Que celles qui ont vu passer disons ces 20 dernières années – un documentaire, suivi d’un débat, comparant les différents moyens contraceptifs d’éviter une grossesse non désirée et partant un avortement, lèvent le doigt. Moi je n’en ai vu aucun.

      Le salon beige peut raconter ce qu’il veut aussi… »intouchabilité idolâtrique »… n’importe quoi ! La limitation des naissances a toujours existé en France. Sous l’Ancien Régime, la méthode radicale consistait à garder bon nombre de femmes au couvent !

    2. unevoix

      Je suis révoltée par ce que je lis. Où est le respect envers la vie? Mais c’est pas possible des choses pareilles. En quoi c’est une avancée pour la femme? EN RIEN. C’est une avancée pour les HOMMEs c’est tout. Quand on voit les conséquences psy et physiques des avortements….

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    159 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap