toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« T’inquiètes, ça ne risque rien, il n’y a aucun fils de p*** de juif ici ». Un journaliste témoigne du communautarisme qui règne dans un club de jujitsu de Seine-et-Marne


« T’inquiètes, ça ne risque rien, il n’y a aucun fils de p*** de juif ici ». Un journaliste témoigne du communautarisme qui règne dans un club de jujitsu de Seine-et-Marne

Un journaliste du Parisien s’est infiltré dans un club jujitsu de Savigny-le-Temple en Seine-et-Marne où le discours religieux est omniprésent.

Le gouvernement entend lutter contre le séparatisme, et même si le discours du président de la République se fait encore attendre (une nouvelle fois repoussé), de nombreuses associations sont surveillées de près. Le Parisien s’est infiltré dans l’une d’elles, un club de jujitsu de Seine-et-Marne, après avoir eu des informations de soupçons de communautarisme. Et le journaliste infiltré va rapidement découvrir ce qui se trame dans ce club de Savigny-le-Temple, même si rien n’est fait ouvertement. D’abord, avant d’y entrer, il explique qu’il doit se plier aux « règles » du club, à savoir être « muslim-compatible ». Il se laisse donc pousser la barbe pour passer inaperçu.

Il va ensuite découvrir que des discours antisémites sont tenus par plusieurs membres du club, des jeunes souvent, sur la conversation WhatsApp du club ou en dehors de la salle. A l’écart au début, le journaliste infiltré est ensuite convié à s’intégrer par plusieurs membres. Ne voulant pas « déranger », on lui répond : « Tant que t’es pas juif, t’es le bienvenu ». Si personne ne surenchérit, personne ne reprend non plus. Le journaliste du Parisien raconte un autre épisode où il signifie à un autre membre qu’il a oublié son sac. Réponse sans filtre du jeune homme : « T’inquiètes, ça ne risque rien, il n’y a aucun fils de p*** de juif ici ».

De même, la nudité dans les vestiaires n’est pas acceptée. Selon le journaliste, tout le monde se douche en caleçon. Le premier jour, alors qu’il se rhabille, il se retrouve nu quelques secondes. Le lendemain, dans la conversation WhatsApp, il est rappelé qu’il faut absolument « se doucher en caleçon et mettre une serviette pour se changer ».

Allah au centre des conversations

Mais un autre élément vient « étayer la thèse de communautarisme » : l’absence de femmes dans le club. « Les femmes n’ont rien à faire avec nous, on est dans la compétition », lâche même un membre. Quand il tente de faire rentrer une amie, l’entraîneur lui répond qu’ils ne prennent pas de membre en cours d’année. Pourtant, quelques jours plus tard, un nouveau membre sera accepté.

Enfin, selon le journaliste du Parisien, le discours religieux est omniprésent dans le club : sur la conversation WhatsApp notamment, entre vidéos et messages sans équivoque : « Qu’Allah l’Immense, Seigneur du Trône immense le guérisse. Qu’Allah le protège… », lance le mentor à propos d’un membre qui a sa mère dans le coma. Cet entraîneur qui est également vu en train de faire la prière sur un tapis au milieu d’une pièce remplie d’enfants.

Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “« T’inquiètes, ça ne risque rien, il n’y a aucun fils de p*** de juif ici ». Un journaliste témoigne du communautarisme qui règne dans un club de jujitsu de Seine-et-Marne

    1. Slam

      Quand un babouin te traite de fils de pute, une fois passé le choc de l’insulte tu dois te sentir flatté qu’il ne t’ait pas comparé à un membre de sa bande d’immondes.

    2. moi de france

      ET OUI LES FRANCAIS TRAVAILLE ET PAYENT DES IMPOTS ET PENDANT
      CE TEMPS LA LES RACAILLES S ENTRAINENT COMME UNE ARMEE
      POUR MIEUX NOUS DORLOTER
      SONT GENTILS CES FILS DE P

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap