toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Elections américaines: Panique dans le camp Démocrate aux Etats-Unis


Elections américaines: Panique dans le camp Démocrate aux Etats-Unis

Comme c’était prévisible, les sondages aux États-Unis se rapprochent peu à peu de la réalité, et c’est une évidence flagrante, ils ne sont pas bons du tout pour les démocrates.

Ils ne sont pas tout à fait exacts, et donnent encore à Joe Biden une avance d’un point à l’échelle du pays, et il est loin d’être certain que cette avance existe. L’élection présidentielle américaine se jouant dans chacun des cinquante Etats, ce qui doit être noté est que dans les swing states, les Etats susceptibles de basculer dans un sens ou dans l’autre, Trump est en train de passer en tête.

Les explications permettant de comprendre sont claires et nettes.

Les démocrates comptaient sur l’utilisation cynique qu’ils font de la pandémie pour provoquer un maximum de dégâts économiques, et ils continuent à s’efforcer d’utiliser cyniquement la pandémie : les Etats dont les gouverneurs sont démocrates restent confrontés à de graves difficultés économiques, infligées par les gouverneurs démocrates. Mais les Etats dont les gouverneurs sont républicains ont redémarré très fortement, et les petits entrepreneurs des Etats démocrates le voient et sont furieux contre les gouverneurs de leurs Etats. La population des Etats Démocrates voit de plus en plus nettement que les Etats républicains se portent mieux. Et le pays globalement considéré peut afficher des chiffres montrant qu’un redémarrage global prend forme, freiné par les Etats démocrates. Le chômage est tombé en dessous de dix pour cent, la croissance est forte, les indices boursiers, très importants dans un pays où les retraites reposent sur un système de capitalisation sont en hausse. Le discours des démocrates dit que Trump a provoqué un désastre économique : c’est un discours qui n’a jamais marche et qui marche moins que jamais maintenant. Une très large part de la population américaine sait que les Etats-Unis se portaient extrêmement bien en mars, et font confiance à Donald Trump pour recréer croissance et plein emploi.

Lorsqu’ils ont vu que l’économie commençait à redémarrer, fin mai, les démocrates ont décidé de créer des conditions favorables à des émeutes raciales, voyant en celles-ci un moyen d’infliger des destructions supplémentaires à même de freiner davantage encore toute possibilité de redémarrage économique dans leurs Etats, et un moyen de susciter des tensions entre noirs et blancs. Ils ont utilisé la mort de George Floyd comme un prétexte, ont actionné leurs bras armés, Antifa et Black Lives Matter, et provoqué des destructions très graves dans les grandes villes démocrates du pays. Les maires démocrates de ces villes ont soutenu les émeutiers, présentés par eux comme des “manifestants antiracistes pacifiques”, demandé à la police de leur ville de ne pas intervenir, ou d’intervenir de manière minimale. Ils ont disséminé un discours disant que les forces de police américaines sont racistes, que le pays lui-même est raciste, et que Trump est absolument raciste, ce dans l’espoir de mobiliser l’électorat noir et celui des minorités en général. Ils ont soutenu les destructions de statues, fait peindre Black Lives Matter en lettres géantes sur les avenues. Ils ont coupé le financement de leurs forces de police, et parfois dissous celles-ci. Ils ont déclenché en coordination avec le parti démocrate lui-même, une vague de haine gauchiste qu’ils ne parviennent pas à maitriser et qui, début septembre, continue à détruire.

Les destructions sont souvent des destructions d’entreprises appartenant à des noirs ou à des membres de minorités ethniques. Les forces de police subsistant dans plusieurs grandes villes démocrates n’ont plus les moyens de faire face à la violence et sont démotivées. Les crimes dans les villes démocrates sont en forte hausse. La population de plusieurs grandes villes démocrates est excédée par la violence. Des habitants de New York, Los Angeles et d’autres villes démocrates déménagent et fuient par milliers. Les enquêtes montrent qu’à une écrasante majorité, les noirs voudraient plus de police et plus de sécurité. La vague de haine continue. Les maires démocrates refusent toute intervention fédérale et s’obstinent. Les sondages montrent que la population, à une écrasante majorité veut le retour à l’ordre et à la sécurité, donc ce qu’incarne Trump, et pas du tout ce qu’incarnent les démocrates.

Parce qu’ils s’en aperçoivent, les démocrates s’efforcent de changer de discours, mais leur nouveau discours ne peut pas convaincre grand monde. Après avoir passé des semaines entières à parler de “manifestants antiracistes paisibles”, ils disent maintenant que la violence et les destructions viennent de Trump, et que l’essentiel de celles-ci sont le fruit de “milices d’extrême droite pro-Trump”. Ils ne citent plus jamais les Antifa et Black Lives Matter. C’est d’un grotesque absolu. Ils ont faire lire à Joe Biden sur un téléprompteur un texte condamnant la violence et incriminant Trump et les milices d’extrême droite. C’était un texte court et ignoble. Biden l’a lu en bafouillant plusieurs fois, ce qui montre ses difficultés à lire un texte sur un téléprompteur.  Le texte lu par Biden dit que si Biden est élu, le calme reviendra. C’est tout à la fois un chantage digne de la mafia (soutenez-moi si vous ne voulez pas mourir) et une affirmation grotesque. Les gauchistes haineux sont lâches. Ils tentent de tuer et, hélas, parfois ils tuent, on l’a vu à Portland il y a quelques jours. Un homme a été assassiné parce qu’il soutenait Trump. Seule une intervention très ferme arrêtera les gauchistes haineux.

Les démocrates essaient d’utiliser les violences survenues à Kenosha dans le Wisconsin pour souffler sur les braises. Ils présentent le dénommé Jacob Blake comme un “père de famille” sur lequel des “policiers racistes” auraient tiré sans raison : l’enquête établira les faits précis, mais Jacob Blake était un délinquant violent que la police avait ordre d’arrêter. Il s’est battu avec les policiers, a refusé d’obtempérer et avait tenté de s’emparer d’un couteau dans sa voiture (détails occultés par les grands médias). Lors des émeutes déclenchées par Antifa et Black Lives Matter à Kenosha, des gens armés sont venus défendre les commerces (que faire quand la police a l’ordre de tout laisser brûler ?), l’un d’eux a agi en légitime défense face à des émeutiers très violents qui auraient pu le tuer, et en a tué deux. Les démocrates le présentent comme un assassin, en ignorant délibérément qu’il était agressé et s’est défendu. Ils falsifient les faits, comme toujours, et leur falsification ne convaincra guère. Donald Trump est venu à Kenosha soutenir les forces de l’ordre et les victimes de pillage. Ses propos ont été très bien reçus.

Les démocrates paniquent visiblement. C’est un fait, l’économie se redresse. C’est un fait : ils ont déclenché les émeutes et de très nombreux Américains veulent la loi et l’ordre. Ils ont un candidat atteint d’Alzheimer incapable de débattre, et même de lire un texte.  Nancy Pelosi dit qu’il doit éviter les débats. S’il ne débat pas, il perdra car ce sera très mal pris par les Américains. S’il débat, ce sera comique. Certains démocrates craignent désormais un raz de marée pro-Trump le 3 novembre.

Il ne reste pas grand-chose aux démocrates. Les grands médias à leur solde peuvent continuer à mentir, mais il est loin d’être certain que cela aura un effet. Une grande majorité des Américains savent que les grands médias mentent.

Les fraudes massives que permettrait un vote par correspondance massif sont envisagées par le parti. Certains démocrates disent que le 3 novembre au soir, Trump apparaitra comme victorieux, mais que plus tard, quand tous les votes par correspondance (souvent frauduleux) seront décomptés, le résultat s’inversera.

Les semaines à venir vont être turbulentes.

Les institutions américaines sont remarquables. Les pères fondateurs du pays n’imaginaient pas quand ils les ont établies qu’un parti politique américaine tomberait aux mains de gauchistes fanatiques et sans scrupules.

Jamais une situation semblable à la situation actuelle n’avait existé dans le passé. Les démocrates avaient déclenché la guerre civile en 1861. Des gauchistes excités avaient fait des émeutes en 1967-1968. Mais ils ne s’étaient pas emparés du parti démocrate.

Ce qui est à souhaiter est que Trump l’emporte effectivement par un raz de marée, et que l’utilisation du vote par correspondance par les démocrates échoue. Il y aura encore des émeutes, mais des signes montrent que de nombreux Américains soutiennent Trump avec détermination. Et cela pourra faire la différence.

Les signes de soutien à Trump sont absents des villes, et il n’y a pas d’autocollants Trump sur les voitures. Des flottilles pro-Trump constituées de bateaux appartenant à des républicains sont présentes partout. J’étais récemment chez des amis à Hollywood Beach, en Floride, et nous avons parcouru la ville en bateau, de leur domicile à Miami Beach, et un bateau sur deux que nous avons croisé portait des drapeaux de soutien à Trump. Pas un seul bateau n’affichait un soutien à Joe Biden, et je n’ai vu qu’un seul panneau de soutien à Biden dans un jardin de Miami. Ceux qui voteront Biden voteront contre Trump, pas du tout pour Biden. Ceux qui voteront Trump le feront avec enthousiasme, en sachant que c’est l’avenir du pays et celui du monde qui sont en jeu.

Trump a de nombreux arguments gagnants : outre l’économie et le retour à l’ordre, le fait qu’il est un Président digne de ce nom. Joe Biden est un vieillard qui ferait pitié s’il n’était corrompu et s’il n’acceptait pas d’être la façade d’un parti désormais abject et monstrueux.

© Guy Millière pour Dreuz.info.

PS : J’ai remarqué que les articles sur les Etats-Unis et Trump intéressaient moins les lecteurs de dreuz. C’est regrettable. Rien n’est plus important sur terre aujourd’hui que l’élection présidentielle américaine, et la désinformation sur le sujet en France atteint des sommets.

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Elections américaines: Panique dans le camp Démocrate aux Etats-Unis

    1. Robert Davis

      Les mensonges des faux démocrates et vrais communistes islamo-gauchistes ne peuvent rien contre la vérité et la détermination: Trump gagnera à 70-30% TRUMP FOR PRESIDENT.

    2. LeClairvoyant

      OK, Trump va gagner largement, mais il faut surveiller la votation dans tous les États. Car la fraude du coté des démocrates peut être massive, Rien n’arrête aux menteurs des médias, ni les gaucho-islamistes qui ne sont pas des bon citoyens ni patriotes ils veulent détruire les USA pour un mondialisme que les tirerait vers le bas.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap