toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les délires racialistes: la ville de Seattle forme ses employés blancs, “responsables du racisme”, à se “défaire de leur blancheur”


Les délires racialistes: la ville de Seattle forme ses employés blancs, “responsables du racisme”, à se “défaire de leur blancheur”

La ville a organisé des formations au cours desquelles on apprend aux employés blancs qu’ils sont “responsables du racisme”.

L’élan « Black Lives Matter » de ces derniers mois prend une tournure plus ou moins radicale en certains endroits des États-Unis. Ainsi, à Seattle, la municipalité a fait organiser une session de formation sur la ségrégation raciale, explique Fox News.

Devenir des « complices » de la justice raciale

L’objectif est de permettre aux employés blancs de se « défaire de leur blancheur » et de prendre conscience des privilèges supposément associés à leur couleur de peau. « Le racisme n’est pas de notre faute, mais nous sommes responsables », pouvaient ainsi lire les participants à la session sur un document qui y était distribué. Un autre document encore expliquait que les employés blancs doivent renoncer à « la terre » ou encore à la « garantie de leur sécurité physique » pour finalement devenir des « complices » de la justice raciale.

Les employés blancs étaient aussi encouragés à renoncer aux « petites faveurs de la part de leurs voisins et collègues » ou à renoncer à « accepter des emplois et des promotions pour lesquels [ils ne sont] pas qualifiés, y compris les emplois liés à l’équité raciale ». Un organigramme circulait également, indiquant comment « les blancs maintiennent le système » afin de « nuire aux personnes de couleur ». « Ne blâmez pas les autres. Ne prenez pas de distance. Ne vous faites pas paraître ‘meilleur’. Aucun d’entre nous ne l’est », expliquait également l’un des documents distribués lors des formations.

Loading...


Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Les délires racialistes: la ville de Seattle forme ses employés blancs, “responsables du racisme”, à se “défaire de leur blancheur”

    1. Sara

      « L’antiracisme sera au 21e siècle ce que le communisme a été au 20e siècle. » (Alain Finkielkraut)

      Un autre auteur (je ne retrouve pas) a dit il y a très longtemps : « L’antiracisme sera le fascisme du 21e siècle. »

      Les « antiracistes » n’ont pas besoin de démontrer la justesse de leurs accusations ou même la logique derrière l’accusation de « racisme » car ils jouent simultanément le rôle de procureur, de juré et de juge. Nul besoin de démontrer le fondement de ces accusations, car l’accusation est dévastatrice au point où la réaction maintenant spontanée dans notre société consiste à s’excuser, à demander pardon et finalement à dire qu’on a été mal compris, que nos paroles ont été mal interprétées.

      Dans ce procédé, l’accusateur n’a plus besoin de justifier ses accusations comme un procureur véritable le fait dans une cour de justice, avant qu’il puisse obtenir une condamnation durant un procès. Car on se prosterne et on se plie pour éviter l’ostracisme social qui suit toute accusation de « racisme » et, du même coup, nous légitimons le rôle autoproclamé de gardien de la moralité par ces « antiracistes ».

      Ne vous laissez pas faire.

    2. Ratfucker

      De 1933 à 1945, nous avons eu droit aux grands aryens blonds. Maintenant, nous avons une idée de ce que nous réservent les grands aryens noirs.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *