toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« La dernière chose dont le Liban a besoin, c’est d’un affrontement avec Israël » estime Emmanuel Navon


« La dernière chose dont le Liban a besoin, c’est d’un affrontement avec Israël » estime Emmanuel Navon

Benyamin Netanyahou est dans une mauvaise passe. Il doit faire face à l’épidémie de coronavirus, tout en composant avec son procès et le projet d’annexion d’une partie de la Cisjordanie.  Pendant ce temps, au nord, le Liban s’embrase et s’enfonce dans la faillite. Le professeur de relations internationales à l’université de Tel Aviv Emmanuel Navon livre son éclairage sur la situation régionale. Entretien.


Daoud Boughezala. Globalement, comment jugez-vous la gestion de l’épidémie de Covid par le gouvernement Netanyahou ?

Emmanuel Navon. Il y a eu deux phases. Au début de la crise, au mois de mars, il s’agissait encore du gouvernement sortant. Netanyahou était aux commandes, après avoir beaucoup centralisé le pouvoir, en écartant les ministres et en centralisant le processus décisionnaire autour des directeurs de cabinets, de son cabinet personnel et du conseiller à la sécurité nationale. Cette méthode s’est révélée efficace.

Puis le gouvernement de coalition a été formé au mois de mai. A ce moment-là, Netanyahou a dû distribuer de nouveaux ministères et donner aux nouveaux ministres un véritable pouvoir. Cela a beaucoup décentralisé le processus décisionnaire et Netanyahou a cessé de se focaliser à 100% sur la crise du Corona au profit d’autres sujets : l’annexion des blocs d’implantations de Judée-Samarie et la gestion de son procès. La conjonction de ces facteurs fait que la deuxième vague de l’épidémie a été mal gérée.

Loading...

Qu’auriez-vous souhaitez de différent dans la gestion de la deuxième vague ?

Le déconfinement fin mai a été beaucoup trop rapide et pas suffisamment mesuré. Au mois de juin, une fois le nouveau gouvernement nommé, des décisions contradictoires ont été prises de façon incohérente. Cela dénote un manque de centralisation et de coordination entre les différents décideurs.

Si on en croit le gouvernement israélien, l’annexion d’une partie de la Cisjordanie, initialement prévue le 1er juillet dernier, a été reportée à cause de la crise sanitaire. Y croyez-vous ?

Si vous voulez croire les hommes politiques, c’est à vos risques et périls. Lorsque Netanyahou a soulevé la question de l’annexion au mois de juin, c’est parce que l’accord de coalition avec Bleu & Blanc prévoyait le déclenchement du processus d’annexion à partir du 1er juillet. Il ne s’est évidemment rien passé depuis.

Devant l’opposition d’une partie de ses alliés internationaux, Netanyahou aurait-il renoncé à cette annexion ?

Ce ne sont pas les pression internationales qui l’ont fait reculer. L’annexion était un slogan électoral, et aujourd’hui l’administration Trump a autre chose à penser. Netanyahou est un homme politique talentueux qui parle plus qu’il n’agit. Il ne compte pas avancer sur le dossier de l’annexion. Du moins pas avant les élections au mois de novembre aux Etats-Unis, pour savoir ce qui l’attend à Washington.

Loading...

Le Premier ministre israélien scrute peut-être aussi la réaction de ses partenaires arabes. Ces dernières années, sa diplomatie semble avoir porté ses fruits, notamment en direction de plusieurs pays arabes du Golfe coalisés contre l’Iran. Annexer des blocs de colonies, ne serait-ce pas empêcher de facto la création d’un Etat palestiniens et s’aliéner ces fragiles alliés ?

Non, car le plan Trump, rédigé par Jared Kushner, prévoit un Etat palestinien démilitarisé sur à peu près 70% de la Cisjordanie, moyennant des échanges territoriaux avec Israël. Le plan Kushner est un plan détaillé de plusieurs dizaines de pages prévoyant un Etat palestinien démilitarisé qui cesserait de payer les familles de terroristes.

Ce règlement entrerait dans le cadre d’un package deal avec les Etats arabes sunnites du Golfe menés par l’Arabie Saoudite. C’est pourquoi Jared Kushner ne voulait pas qu’il y ait d’annexion avant des négociations régionales avec les pays arabes du Golfe.

Loading...

Un autre voisin d’Israël se trouve aujourd’hui en grande difficulté : le Liban. La situation de faillite du pays risque-t-elle d’exacerber les tensions avec Israël ?

Non. Ce n’est pas la préoccupation actuelle du Liban. C’est un pays qui a aujourd’hui de très grandes difficultés économiques, mais c’est surtout un pays virtuel avec un Etat dans l’Etat. Ce n’est pas nouveau, mais de plus en plus ces dernières années avec le renforcement de l’axe Iran-Assad-Hezbollah, le gouvernement libanais ne contrôle que très partiellement la situation. Le Hezbollah contrôle plus ou moins le pays avec ses quelque 150 000 missiles dirigés vers Israël. S’ajoute une crise économique qui ne cesse de s’approfondir. Bref, la dernière chose dont le Liban a besoin, c’est d’un nouvel affrontement avec Israël.

Y-a-t-il un risque que le Liban, étant soumis à des sanctions notamment à cause du Hezbollah, ouvre un nouveau front pour récupérer des ressources économiques, notamment du gaz ?

Non, car les ressources gazières d’Israël se situent essentiellement à la frontière sud du pays, en coopération avec Chypre et la Grèce. Il y a certes un petit différend sur des ressources à la frontière maritime entre le Liban et Israël, mais c’est marginal. Pour le Liban, le prix économique d’une guerre avec Israël serait bien pire que quelques mètres cube de gaz récupérés.

Causeur

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “« La dernière chose dont le Liban a besoin, c’est d’un affrontement avec Israël » estime Emmanuel Navon

    1. Robert Davis

      Le plan kushner est la plus grande imbécilité politique imaginable, tout vaut mieux cette saleté. Quant à netanyaMOU il embrouille tout, mélange tout et est incapable d’agir dans la grande politique tout ce qu’il sait faire c’est des magouilles de petite politique dans son intérêt propre. Il faut maintenant qu’il choisisse entre le intérêts d’Israel et les siens, qu’il annexe si possible TOTE la Judée/Samarie et il verra que c’est là que réside la solution même de ses propres problèmes personnels. Ce c.de kushner verra qu’il n’est qu’un play boy et n’a rien à faire dans la grande politique, son plan ne peut que déboucher dans une catastrophe pour Israel mais il s’en fout car il aura empoché quelque malheureux millkionsq de son ami saoudien ce minable.

    2. Robert Davis

      Israel vaut bcp plus que les 100 millions que kushner compte empocher de son ami saoudien mbs dont les israéliens ne verront pas un sou et qui de toutes manières ne couvriraient pas la perte de ses 2 provinces et la création d’un état brûlot en son milieu quiu lui coûteront des centaines de milliards et Deu sait combien de morts sinon la perte de sa nation. Ce plan est vraiment digne de l’état en décomposition d’un petit play boy de m. tel que kushner et de celui d’un autre crétin tel que netanyaMOU qui finira en prison pour des bouchons de bouteilles de vin…

    3. Robert Davis

      Quant au liban il n’osera pas attaquer Israel et s’il le fait tant pis pour lui qu’il aille pleurer chez le roi du blabla microbe!

    4. Robert Davis

      Il semble que ce crétin de nasrallah aurait dit qu’il tient la bombe H car il pourrait bombarder les stocks d’ammonium du port de Haifa qui DEVAIENT (à l’imparfait car entretemps les Israéliens les ont déménagé au Neguev, mer nasrallah…) mais finalerent ce sont les stocks de beyrouth qui ont explosé. Au moins les stocks de Haifa n’étaient pas stockés à côté de roquettes!!!

    5. Robert Davis

      Ni avant ni après netanyaMOU n’a jamais rien fait en politique nationale tout ce qu’il sait faire c’est des magouilles politiciennes pour se maintenir au pouvoir et parler! ça pour parler les couards sont trés forts c’est ce qui leur permet de…ne jamais rien faire puisqu’ils…parlent! S’il était capable de comprendre la grande politique il saurait que c’est au contraire…LEMOMENT D IMPOSER LA POLITIQUE NATIONALE A UN AMI TEL QUE TRUMP ou à un ennemi, peu importe, si on agit les autres SONT OBLIGES DE S ALIGNER. Allez faire comprendre ç à ce petit voleur de bouchons de bouteilles de vin!

    6. Robert Davis

      Je ne le critique pas pour ses petits larçins de bouteilles vides, de ça je m’en fous, il vaut mieux ça que de voler de grandes sommes, c’est sa mentalité qui m’horripile: quand on a su prendre le pouvoir il faut utiliser sa position pour faire de grandes choses pas des larçins de petits voyous merdiques!

    7. Robert Davis

      Quand est-ce que les journalex comprendont que UN ETAT DEMILITARISE CELA N EXISTE PAS EN DROIT INTERNATIONAL.Un accord basé sur cette idiotie N ENGAGE QUE CEUX QUI Y CROIENT ET LA PREMIERE CHOSE QUE FERAIENT LES ARABES C EST DE DENONCER CETTE CLAUSE. EXIT LA DEMILITRISATION. C’est comme une donation signée sous la contrainte, elle est nulle.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *