toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Gilles-William Goldnadel : « Que cela plaise ou non, l’immigration incontrôlée et l’islamisme sont des obsessions légitimes pour les Français »


Gilles-William Goldnadel : « Que cela plaise ou non, l’immigration incontrôlée et l’islamisme sont des obsessions légitimes pour les Français »

Durant l’été, en France, on a assisté à de nombreux faits divers témoignant d’une insécurité galopante en France, un véritable ensauvagement.

Au micro de Boulevard Voltaire, analyse de Me Gilles-William Goldnadel qui dénonce « l’occultation des faits » de la plupart des médias.

Depuis le début de l’été, on parle d’ensauvagement et de multiplication des faits divers. Gérald Darmanin avait de son côté promis que les dealers arrêteraient de dormir. Nous avons vu des photos de dealers protégés par des miliciens armés de fusils à pompe. Que pouvez-vous dire de cette période ?

Il faut prendre les problèmes un par un. Cet été, nous avons assisté à un triomphe extrêmement platonique de la réalité sur le virtuel ou du réel sur l’idéologie. Pendant des années, on vous a expliqué que la sécurité ou l’insécurité étaient une sorte de fantasme et d’obsession qui reposait sur un ressenti, mais sur rien de réel. De temps en temps, cette interdiction de ne pas respecter l’idéologie était provisoirement arrêtée par la venue du réel. En général, l’idéologie retrouve assez vite ses droits lorsque le réel s’estompe et que les morts dorment dans la terre redevenue froide.
Là, on assiste à des attaques au couteau à Bordeaux et de tout ce que vous voulez. Ce ne sont pas de grands massacres, mais malgré tout, le caractère quotidien des choses fait que l’idéologie est incapable de masquer la réalité. Ce réel ne peut pas être masqué en raison du triomphe d’internet. Il empêche l’occultation, ce que j’appelle les territoires occultés de l’information qui correspond d’ailleurs en symétrie à la désaffection des journaux qui utilisent le jargon convenu ou l’occultation des faits.

L’article de Huffingtonpost disait que l’agression du jeune Augustin faisait surtout bondir la droite et l’extrême droite. Comme si on était automatiquement un dangereux fasciste si
on se choquait de cette insécurité…

Encore faut-il regarder la tête de la victime. Lorsque vous avez un nom de calendrier comme Augustin et que vous n’êtes pas un délinquant, vous n’avez le nom d’un martyr. Si de surcroît, il paraît que vos idées sont réactionnaires, alors là vous mériteriez d’être rossé. C’est sous ce terrible prisme que certains en sont à vouloir minimiser les violences, alors qu’ils les maximiseraient si justement la personne avait un meilleur profil de martyr. Dans certaines affaires, les malheureuses victimes de la police sont rarement des saints. Pourtant, malheur à celui qui se permettrait d’écorner le martyrologe en rappelant leurs états de service pénaux. Il n’y a eu aucun problème à tenter de minimiser la douleur d’Augustin en disant qu’il est d’extrême droite. Ce n’était pas un lynchage. Voyez-vous la différence de traitement selon que vous seriez blancs ou noirs.
Que cela plaise ou non, la sécurité et l’insécurité sont une obsession de la population française. L’immigration massive incontrôlée, mal digérée, travaillée par le gauchisme et par l’islamisme est devenue une obsession pour la population française. Ces obsessions sont tout à fait normales. Si vous aviez 20 % de chômeurs, cela deviendrait aussi légitimement obsessionnel pour la population française.

Le gouvernement fait surtout de la communication. Le Premier ministre est très offensif contre le Covid 19 et Gérald Darmanin disait «  je vais empêcher les dealers de dormir ». En réalité, beaucoup de paroles et très peu d’actes…

Lorsque la droite était au pouvoir, elle n’a pas fait non plus d’étincelles. La pauvre population française est échaudée par les promesses qui ne coûtent pas cher. Pour autant, je préfère que l’on pose un diagnostic plutôt qu’un président de la République qui parle d’incivilité lorsqu’on est en face de criminalité. Lorsque le préfet de Grenoble va un peu s’agiter, cela n’est pas extrêmement effrayant pour le criminel. Lorsqu’on voit un Éric Piolle maire, pseudo écolo et véritable islamo gauchiste à Grenoble qui trouve que même cela c’est trop haut, je suis quand même du côté de l’État.

Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Gilles-William Goldnadel : « Que cela plaise ou non, l’immigration incontrôlée et l’islamisme sont des obsessions légitimes pour les Français »

    1. alauda

      Des « obsessions », non, mais des préoccupations, oui, d’autant qu’elles sont constamment réactivées par l’accumulation de ce qu’il est convenu d’appeler des « faits divers » reliés entre eux par l’un ou les deux points communs cités dans le titre…

      Psychologiquement, il ne faut surtout pas se laisser submerger par les obsessions, qui tournent en boucle, squattent le cerveau et finissent par le paralyser. Une préoccupation en revanche n’a pas les inconvénients de l’enfermement dans l’idée fixe et la hantise qui l’accompagne. C’est un dossier à ouvrir ponctuellement pour réfléchir au monde, pas tant comme il va que comme il évolue…

      Cette mondialisation heureuse qui annonçait la fin de l’histoire et l’avènement d’on ne sait quelle utopie formidable est en train de tourner casaque. il y eut un temps pour l’analyse, la réflexion, avec le plus de recul possible. Maintenant il est temps de riposter, en refusant de se laisser marcher sur les pieds. La culture de l’excuse dont on a entouré tant de fauteurs de troubles qui n’hésitent plus à porter les pires coups n’est plus recevable du tout.

      Légitimes ou pas, ce n’est pas la question non plus, dans la mesure où la conscience qu’il est temps de réagir – avec intelligence – n’a pas à se justifier de refuser le chaos. Et si les provocateurs n’entendent pas la richesse des nuances de notre langue, héritière de siècles d’histoire qui en ont vu d’autres, il reste des stocks d’images à leur mettre sous le nez.

      Une jeune fille me racontait cet été avoir assisté, dans un musée, à une scène entre une jeune personne de l’accueil et un provocateur – profil toujours le même – qui refusait de porter un masque. Il l’a agonie d’injures. Est-ce acceptable ? En aucun cas. La jeune fille, accompagnée d’une autre femme, a tenté de déminer le conflit, sans grand succès face à un type qui n’hésite pas à passer en mode agressif dès qu’on lui résiste… Alors que faut-il faire ? Il me semble en ce qui me concerne que j’aurais sorti ma caméra de poche, discrètement dans un premier temps. Faire le fanfaron devant des nanas sans risque, ça, certains savent très bien le faire. Puis j’aurais rangé ostensiblement la trace dans ma poche. Les images, lorsqu’elles les prennent en défaut, ils n’aiment pas du tout – ils ont moins de complexes à s’en servir quand ils tiennent la caméra pour se vanter de leurs faits de délinquance sur le web…
      Si quelqu’un avait filmé la scène, la fille de l’accueil aurait pu disposer d’une trace, parce qu’il est fort probable qu’elle n’en aura même pas parlé, faute de preuves, à sa hiérarchie.

      J’en reviens de plus en plus aux basiques de ma culture, aux grandes et admirables inventions, à l’identité culturelle, artistique… une façon de se protéger de la lessiveuse à obsessions. Les frères Lumière, par exemple… Foin des obsessions ! Moteur : action, réaction.

    2. doudou

      mare,mare des migrants,l’europe et la france en particulier en est saturee ,surtout qu’ils viennent non pas pour se sauver de la guerre qui sevit dans leur pays ,mais pour se faire entretenir et profiter de la naïveté des ong qui les nourit les habille et les soignent alors que pas mal de français ont du mal à joindre les deux bouts.

    3. Robert Davis

      Bien sûr la jeune fille de l’acceuil n’en parlera même pas faute de preuve mais avec la preuve le résultat sera exactement le même car nous sommes dans La Fontaine « la raison du plus fort… » Pour gagner une guerre et c’est bien une guerre qui nous est faite m^me si les couards qui nous dirigent nous le cachent pour ne pas avoir à prendre leurs responsabilités, il n’y a que la force qui prime, la com de microbe c’est guignol.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    482 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap