toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Covid prétexte liberticide : dans l’Hérault, la préfecture interdit… la danse


Covid prétexte liberticide : dans l’Hérault, la préfecture interdit… la danse

Jusqu’au 15 septembre, les habitants du département sont privés de danse dans les bars et autres lieux publics, coronavirus oblige.

Gare aux Héraultais qui se laissaient envoûter par le rythme endiablé de leur musique préférée : un arrêté de la préfecture du département, qui date de jeudi 27 août, impose de nouvelles restrictions, valables jusqu’au 15 septembre, pour lutter contre le coronavirus. Parmi celles-ci, l’interdiction de danser dans les bars, les « établissements recevant du public » et les lieux publics, « couverts ou non », rapporte Le Parisien.

Masque obligatoire dans les lieux publics de plusieurs villes

« Les bars et restaurants peuvent continuer à exercer leur activité sous réserve de ne pas contrevenir à cette mesure », précise aussi la préfecture, ajoutant qu’une « dérogation est accordée pour les activités des établissements d’enseignement de la danse ». Les autorités indiquent aussi que « les autorisations de manifestations, événements, rassemblements sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public mettant en présence simultanée plus de 10 personnes seront strictement limitées en lien avec les maires des communes concernées ».

Comme 18 autres départements, l’Hérault a été placé en zone rouge, en raison d’une circulation active du Covid-19. A Marseille, les bars et restaurants sont tenus de fermer à 23 heures. Dans la cité des Bouches-du-Rhône, ainsi qu’à Paris, Toulouse ou Strasbourg, les autorités ont par ailleurs rendu le masque obligatoire dans les lieux publics.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Covid prétexte liberticide : dans l’Hérault, la préfecture interdit… la danse

    1. Robert Davis

      La liberté de se faire infecter et infecter un tas d’autres gens et en crever par millions est-ce une liberté ou un suicide?

    2. Jacques B.

      Le pire est sans doute à venir : en Australie, le Premier Ministre a déclaré que la vaccination contre le Covid serait OBLIGATOIRE POUR TOUS LES CITOYENS (articles faciles à trouver sur le net).
      Par ailleurs, un éditorialiste de TV Libertés disait il y a quelques jours que, toujours en Australie, les masques seraient désormais obligatoires DANS LES LIEUX PRIVÉS, et que la police serait autorisée à fracturer votre porte pour vérifier que vous portez bien le masque – je n’ai pas vérifié cette info, qui semble vraiment énorme et a pourtant été donnée sur TV Libertés.

      Selon Aldo Sterone, les dirigeants occidentaux sont en train de profiter de la crise du Covid, qu’ils exagèrent démesurément (merci les médias aux ordres) pour donner libre cours à leurs penchants totalitaires ; il est de plus en plus pessimiste pour l’Occident.

      La peur est un formidable instrument de pouvoir, et nos dirigeants ne se privent pas de l’alimenter.
      1984 de George Orwell, c’est pour très bientôt !

    3. alauda

      La peur, ça marche dans les deux sens : des administrations se protègent du risque de se voir reprocher de n’en avoir pas fait assez. Elles ont peur de ne pas pouvoir gérer le flux des nouveaux malades. La chaîne de la peur n’est pas là seulement pour enchaîner, même si certains sont enclins à donner un tour de vis supplémentaire, par incapacité à penser une question complexe.

      Toujours se demander : qui dit quoi ? Dans quel but ?

      Chez les médecins, qui ne sont pas aux commandes, on en a entendu plusieurs demander la généralisation du port du masque, y compris dans les territoires à faible, voire très faible densité. Et d’emballer, ni vu ni connu pour les sourds et les aveugles, leur proposition [totalitaire] dans un papier de soie marqué du seau de l’égalité… Je les entends, je grimpe au plafond, puis je coupe leur son. Covid par ci, Covid par là ! Depuis mars, plus rien d’autre à raconter que protocole, masque, lavage de mains… comme si la société se transformait d’un coup en vaste hôpital ! Heureusement que d’autres sur les mêmes chaînes pondèrent ces excès… en montrant la partie de la boule qu’on ne voit pas.

      S’il y a une peur à avoir, elle est du côté de l’économie. Dès les premiers signes en mars, je n’ai craint que cet aspect de la question. En 2008, le trou dans les caisses a été conséquent. Là, on ne sait pas trop où l’on va. Des pans entiers sont sinistrés, notamment le secteur de la culture (tourisme, hôtellerie, transports de longue distance, spectacles, festivals…). S’il y a un secteur malade des conséquences de la gestion de la Covid, c’est celui-là.

      Ce n’est pas demain la veille qu’on verra nos portes forcées pour vérifier si on porte des masques à l’intérieur de chez soi… Dans deux ou trois mois, en milieu chauffé et confiné, on sera fixé sur un éventuel rebond du bidule qui angoisse tout le monde, à commencer par ceux qui sont aux responsabilités et qui naviguent à vue.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap