toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Violences policières: : la fresque “Adama Traoré” taguée « Extorsion, vol, stop aux Traoré. Braqueur de femmes enceintes »


Violences policières: : la fresque “Adama Traoré” taguée « Extorsion, vol, stop aux Traoré. Braqueur de femmes enceintes »

La fresque, condamnant le racisme et les violences policières et mettant en scène Adama Traoré et George Floyd, a été taguée samedi 4 juillet à Stains.

« Extorsion, vol, stop aux Traoré » et « Braqueur de femmes enceintes ». Voici les nouveaux tags qui recouvrent la fresque en hommage à Adama Traoré et à George Floyd, tout deux décédés lors d’une interpellation policière après un refus d’obtempérer. Adama Traoré, 24 ans, avait pris la fuite face à la police menant à une arrestation mortelle à Beaumont-sur-Oise en 2016. George Floyd est décédé plus récemment, le 25 mai dernier à Minneapolis, aux Etats-Unis. Cet Afro-Américain aurait été asphyxié par un policier blanc. Ce fait marquant a depuis provoqué des manifestations se prévalant d’antiracisme aux Etats-Unis et dans le monde.

Un hommage plus que controversé

La peinture avait été inaugurée le 22 juin dernier à Stains, en Seine-Saint-Denis. On pouvait y voir les visages des deux défunts, avec inscrit au-dessus : « Contre le racisme et les violences policières ». Une inscription qui avait suscité la polémique et mis en colère le syndicat policier Alliance. Le maire de Stains, Azzédine Taïbi s’était, lui, félicité de cet « hommage ». L’élu PCF était même apparu au milieu d’un rassemblement à l’appel du Comité Adama Traoré, devant la peinture.

Sa joie n’avait cependant duré qu’un temps puisque Azzédine Taïbi avait été mis en demeure par le préfet de Seine-Saint-Denis de modifier la fresque « contre le racisme et les violences policières », relayait Le Figaro vendredi 3 juillet. « Monsieur le préfet me met en demeure de supprimer le mot « policières » de la fresque. Cette injonction était celle du syndicat de policiers Alliance. Je ne saisis pas le sens de cette mise en demeure infondée », s’était-il alors offusqué dans la presse. Au lendemain de l’inauguration de la fresque, le 23 juin, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait jugé que celle-ci mettait « en scène un amalgame honteux entre racisme, violence et forces de l’ordre ». Il avait de ce fait soutenu « l’initiative » du préfet de Seine-Saint-Denis.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *