toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Selon l’étude du Centre d’analyse du terrorisme (CAT), le taux de récidive de djihadistes est très élevé


Selon l’étude du Centre d’analyse du terrorisme (CAT), le taux de récidive de djihadistes est très élevé

60 % des combattants partis en Afghanistan, Bosnie-Herzégovine et Irak ont été condamnés pour d’autres infractions terroristes.

Les fous de Dieu ne sont pas des détenus tout à fait comme les autres. Alors que les libérations d’islamistes, à l’issue de leur peine, se poursuivent et que le Parlement débat de mesures de sûreté contre les terroristes recouvrant la liberté, le Centre d’analyse du terrorisme (CAT) a communiqué au Sénat une étude inédite et éclairante sur le taux de récidive des djihadistes des années 1988-2006 (et non sur les djihadistes ayant rejoint Daech, toujours incarcérés pour la plupart).

En matière de terrorisme islamiste, la connaissance du passé est essentielle pour une bonne analyse de la menace. Or, selon l’étude du CAT, le taux de récidive de ces «anciens» djihadistes est très élevé. 60 % des 166 ressortissants ou résidents français étant partis combattre en Afghanistan (de 1986 à 2011), en Bosnie-Herzégovine (1992-1995) ou en Irak (de 2003 à 2006) ont ensuite été condamnés en France ou à l’étranger, postérieurement à leur retour du djihad et pour des infractions terroristes distinctes de leur seul séjour en zone de guerre.

La statistique française est plus inquiétante encore. Car il s’agit des individus les plus dangereux par leur engagement idéologique, par leur formation au maniement des armes et des explosifs et par leur capacité à recruter

Jean-Charles Brisard, président du CAT et signataire de l’étude avec Manon Chemel et Sacha Belissa

Qu’il s’agisse d’attentats ou de projets d’attentats, de soutien logistique ou financier à un réseau terroriste ou encore d’un séjour dans une autre terre de djihad. Encore faut-il souligner que le «réengagement» de ces islamistes peut survenir à tout moment, que ce soit un an ou dix ans après leur premier engagement de djihadiste. «Jusqu’à présent, note Jean-Charles Brisard, président du CAT et signataire de l’étude avec Manon Chemel et Sacha Belissa, les études internationales portant sur l’ensemble des djihadistes identifiés dans le monde concluait à un taux de réengagement de 11 %. La statistique française est plus inquiétante encore. Car il s’agit des individus les plus dangereux par leur engagement idéologique, par leur formation au maniement des armes et des explosifs et par leur capacité à recruter.» Sur ce plan, il faut souligner qu’une bonne partie des 40 % de djihadistes n’ayant pas récidivé n’ont pas pour autant abandonné la cause et constituent des référents religieux ou idéologiques pour les jeunes générations. S’il n’existe pas encore d’études en la matière, le nombre de djihadistes «repentis» semble en tout cas être très limité.

Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Selon l’étude du Centre d’analyse du terrorisme (CAT), le taux de récidive de djihadistes est très élevé

    1. Titi

      A un certain moment il était question d’agents de la DGSE au sein de daesh, isis etc..

      Beauvau avait parlé de quelques cas, donc des terroristes payés par le gouvernement français pour institué un califat islamiste en Syrie et en Irak, certainement ailleurs aussi. Plus jamais ils ont reparlé de ce « cas », mais ce que je sais, c’est qu’après que Beauvau en ait parlé, ils ont continués de recevoir leurs salaires et continuent 3 ans après de toucher ces salaires !

      Dans ce cas, comment voulez-vous que ces fonctionnaires quittent leurs jobs ?

      Vous en connaissez beaucoup, des fonctionnaires qui démissionnent par ces temps de chômage ?

      Beauvau parlait de quelques cas, selon d’autres sources ils seraient plutôt une bonne centaine, que se passe t-il, en plus de ceux qui oeuvre au sein du gouvernement pour islamiser la France, c’est à dire, mener le djihad en France. Combien sont-ils en tout de soldat du djihad financés pour combattre afin d’instaurer la charia dans le monde et en France ????

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    174 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap