toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Documentaire sur Arte : « la traite négrière a débuté au VIIe siècle »… au rythme des conquêtes arabes


Documentaire sur Arte : « la traite négrière a débuté au VIIe siècle »… au rythme des conquêtes arabes

Très intéressante série documentaire sur « L’Histoire de l’esclavage », diffusée mardi sur la chaîne de télévision « ARTE », et il est bien dommage que tous ceux qui prétendent accuser les négriers « Blancs », et réclament leur repentance, ne l’aient probablement pas visionné.

Ils auraient appris, mais je suppose qu’ils le savent mais préfèrent l’occulter, que « l’esclavage noir » est bien loin d’être une création des « Blancs ».

Avant même que le premier blanc ait mis un pied en Afrique, l’esclavage se pratiquait déjà sur une très grande échelle, bien avant même le Moyen-Age.

Cette série documentaire retrace, pour la première fois, la tragédie de la « traite négrière » et, comme par hasard, c’est au VII° siècle, avec l’émergence d’un Empire arabe, que la véritable traite négrière a débuté.

C’est au rythme des conquêtes de cet Empire arabe que se met en place un immense réseau de traite d’esclaves qui, du Mali, dans un premier temps, puis vers l’intérieur du continent, convergent vers Bagdad de longues caravanes pour déverser sur d’immenses marchés, les esclaves noirs, remis par les chefs des tribus ou enlevés directement de force.

Ces longues caravanes partent de Tombouctou et se dirigent, via Le Caire, en Egypte, pour atteindre leur destination finale.

Mais, lors de chaque étape, les esclaves se vendent, tout au moins ceux qui arrivent à destination, car la mortalité, compte-tenu de la durée (des mois) et des conditions déplorables, pour ne pas dire effroyables, de ces très longs trajets, éliminaient 50% de cette « marchandise humaine ».

Cette première traite d’esclaves « noirs » s’est donc prolongée du 7° jusqu’au 14° siècle et uniquement grâce à l’organisation et au profit exclusif des Arabes.

C’est à cette époque que les navigateurs portugais se dirigent à leur tour vers l’Afrique Equatoriale.

En principe ils convoitaient l’Or, mais se rendent compte que le trafic d’esclaves est, dans un premier temps, bien plus facile et plus rentable.

Learn Hebrew online

Ils descendant plus bas, jusqu’au Congo, et installe sur l’Ile de Sao Tomé, au large du Gabon, une véritable usine d’esclaves, destinés à la production dans les plantations sucrières.

Ils fondent ainsi les premières sociétés esclavagistes mais, c’est après la découverte du Brésil, en 1516, que s’ouvre, pour eux, les nouvelles routes de l’esclavage, vers les Amériques.

La plus grande déportation de l’histoire de l’humanité, près de trois millions de « nègres » sont ainsi transplantés d’un continent vers un autre.

Imitant le modèle portugais, très rentable, l’Angleterre, l’Espagne, la Hollande et la France, qui se disputaient « Les Caraïbes », pour y exploiter la canne à sucre, vont provoquer la multiplication des convois d’esclaves, à grand renfort d’investissements et la complicité des banquiers.

Entre 1600 et 1790, près de 7 millions d’Africains traversent l’Océan Atlantique, alors que se poursuit toujours, en parallèle, la traite d’esclaves vers les pays du Moyen-Orient.

Un nouveau marché ne tarde pas à s’ouvrir au capitalisme mondial, celui des Etats-Unis d’Amérique et cela pour satisfaire à son besoin de matières premières, en pleine révolution industrielle.

Et l’Europe se lance alors dans de nouvelles conquêtes coloniales afin de mieux organiser et s’approprier ce marché.

Et c’est justement à l’époque où la traite légale est interdite que la déportation d’esclaves africains se multiplie. Ces conquêtes dirigent environ 2,5 millions d’esclaves « noirs » vers l’Amérique du Nord.

Cela fait des années que je l’écris, que je l’explique, et cela est confirmé, si c’était nécessaire : les premiers responsables de la traite négrière ont été les « noirs » eux-mêmes et les Arabo-musulmans. Ce sont eux qui organisaient cette traite d’êtres humains (qui d’ailleurs n’étaient pas considérer comme totalement des « êtres humains » par les musulmans) et proposaient cette « marchandise » aux acheteurs, dans un premier temps, situés uniquement au Moyen-Orient puis, dans un second temps, au Brésil, par les Portugais et, enfin, aux Caraïbes et Amérique du Nord, par les autres pays européens.

Il est, pour moi, incompréhensible, que tous les descendants, réels ou présumés, de l’esclavagisme, s’en prennent directement et exclusivement aux « acheteurs blancs » et non pas à ceux qui leur proposaient le produit à vendre. Ne sont-ce pas eux les premiers et principaux responsables de cette traite abominable négrière ?

Et, surtout, qu’on ne les entende pas se « révolter » contre la vente actuelle d’esclaves « noirs », aux enchères et à des prix variant de 300 à 1000 dollars, comme le prouve des « vidéos » diffusées dans ce reportage, et comme cela est affirmé par de nombreuses organisations internationales. Quelle hypocrisie !

Pour conclure, il me paraîtrait très souhaitable, qu’après une série documentaire aussi détaillée et intéressante, ARTE nous propose une série identique, consacrée cette fois à « l’esclavage blanc », organisé depuis le Maghreb et la Turquie par les « Ottomans » et les Arabes, et cela depuis le XV° siècle jusqu’en 1830, date de la conquête destinée à mettre un terme définitivement à cette « traite méditerranéenne » et non plus « Atlantique ».

© Manuel Gomez pour Dreuz.info.

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Documentaire sur Arte : « la traite négrière a débuté au VIIe siècle »… au rythme des conquêtes arabes

    1. Cyrano

      J’ai regardé la série documentaire sur l’esclavage — très intéressante —
      Mais comme le mentionne Mr Manuel GOMEZ qui signe cet article ,
      j’ai remarqué également qu’est passé sous silence l’esclavage des blancs sur le pourtour méditerranéen que pratiquaient les arabes — tiens comme par hasard.
      Je suppose que ce n’est qu’un oubli et non pas une ignorance du sujet….
      Vous allez voir que l’honnêteté de la télévision française va bientôt rectifier cet oubli et nous diffusera prochainement — la traite des esclaves blancs par les arabes — TRÈS PROCHAINEMENT SUR VOS ECRANS —

    2. Ratfucker

      L’histoire de l’esclavage à Sao Tomé commence par le pogrom de Lisbonne en 1506: 2.000 Juifs et Marranes sont assassinés ou brûlés, et 2.000 de leurs enfants déportés comme esclaves à Sao Tomé pour cultiver la canne à sucre. 600 survivront aux mauvais traitements et aux maladies, et resteront juifs par miracle. Ils iront ensuite s’établir au Brésil à Recife et Bahia, avec l’aide des Hollandais. Au retour des Portugais, ils s’exileront à nouveau, surtout vers la Jamaïque, d’où partiront les premiers Juifs de New York

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *