toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le candidat démocrate rattrapé par son racisme: quand Joe Biden refusait la mixité à l’école qui ferait grandir ses enfants dans une « jungle raciale prête à exploser »


Le candidat démocrate rattrapé par son racisme: quand Joe Biden refusait la mixité à l’école qui ferait grandir ses enfants dans une « jungle raciale prête à exploser »

[Note: l’information est connue depuis 2019 mais n’est jamais sortie dans la presse française. La source utilisée ici est le très à gauche vérificateur Snopes]

L’ancien vice-président américain Joe Biden a dit un jour qu’il ne voulait pas que ses enfants grandissent dans une « jungle raciale » en parlant de la déségrégation.

Dans les années 1970, le sénateur Joe Biden était un fervent opposant au ‘busing’ [transporter en bus les enfants vers une école d’un autre quartier] comme moyen de déségrégation des écoles publiques. Et cette archive le hante dans sa tentative d’obtenir l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 2020.

Début mars 2020, des lecteurs ont demandé à Snopes de vérifier une citation de 1977 dans laquelle Biden, alors sénateur américain représentant le Delaware, aurait exprimé la crainte que la déségrégation, si elle n’est pas faite de manière « ordonnée », puisse avoir pour conséquence que ses enfants grandissent dans « une jungle raciale aux tensions atteignant de tels niveaux qu’elle va exploser à un moment donné. »

Loading...

La citation a été initialement découverte par Daria Roithmayr, professeur de droit à l’Université de Californie du Sud (USC), en juillet 2019. Mais alors que Biden émergeait du Super Tuesday du 3 mars 2020 comme un candidat potentiel à l’investiture, les articles contenant la citation ont circulé à nouveau.

Parmi les articles largement diffusés, on trouve celui de Business Insider du 15 juillet 2019, dans lequel on peut lire : « L’ancien vice-président Joe Biden fait l’objet d’une surveillance accrue en ce qui concerne son bilan en matière de busing et de questions raciales, et cette semaine, des commentaires ont refait surface, dans lesquels il déclarait, en 1977, que le fait de prendre le bus à des fins de déségrégation amènerait ses enfants à « grandir dans une jungle raciale ».

La citation est exacte telle qu’elle a été rapportée et se lit dans son intégralité :

« Si nous ne faisons rien à ce sujet, mes enfants vont grandir dans une jungle, la jungle étant une jungle raciale aux tensions atteignant de tels niveaux qu’elle va exploser à un moment donné. Nous devons faire quelque chose à ce sujet ».

Nous avons contacté la campagne Biden pour obtenir des commentaires, mais nous n’avons reçu aucune réponse à temps pour la publication.
[…]

Snopes

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Le candidat démocrate rattrapé par son racisme: quand Joe Biden refusait la mixité à l’école qui ferait grandir ses enfants dans une « jungle raciale prête à exploser »

    1. Robert Davis

      Joe flop(bide) n’est pas le seul faux démocrate hypocrite: à part les élus…somalien et latino, je suis sur qu’aucun blanc ne veut être submergé par des non blancs ils n’utilisent l’anti racisme que pour arriver à leut but le stupide mondialisme dont le gogo/nitwit hystérique bhl disait qu’il permettait…l’importation de produits de l’étranger, heuresement que Zeymour lui a cloué le bec! On n’a pas besoin de mondialiser, laver les cerveaux et faire disparaitre des populations entières pour faire des…importations!!! Les faux démocrates veulent s’emparer de la caisse des USA tout simplement et ce n’est pas par hasard qu’ils ont choisi hillary ou joe flop les corrompus!

    2. Robert Davis

      Qu’est-ce que le multimillionnaire bhl qui n’a jamais dû travailler de sa vie, sait des importations? le seul import/export qu’il ait jamais fait de sa vie c’est des paroles ponctués de gestes hystériques et impérieux et de ses yeux fermés pour ne voir ni entendre personne…il est bien gentil « tout plein » ce gogo mais pas sérieux!

    3. Cyrano

      C’est curieux ce monsieur Biden n’aimait pas la mixité à l’époque et maintenant qu’il a oublié son passé par clientélisme, il déclare qu’un noir qui vote pour Trump n’est pas un noir. Je me souviens avoir été à la communale, au collège au lycée avec des noirs, des musulmans, des enfants de parents espagnols, italiens, maltais et même normal blanc; la mixité nous y baignions et ça ne faisait pas de vague à l’époque. Ce n’est que plus tard quand mes parents ont choisi la valise plutôt que le cercueil, que nous sommes arrivé sur le territoire Français de métropole que j’ai connu l’apartheid. Nous étions des pestiférés tout juste bon à ne fréquenter que les autres enfants différents.
      Heureusement que nous n’avons pas trempé dans les marigots des Bidens français de l’époque. Force est de constater que de nos jours ce ne sont pas ces charlatans qui manquent à l’appel. Tous veulent la place, le fauteuil est moelleux, il garde bien le cul au chaud.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *