toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Interviewé par les journalistes macroniens de BFMTV, Didier Raoult dézingue la gestion de la crise par l’État (Vidéo)


Interviewé par les journalistes macroniens de BFMTV, Didier Raoult dézingue la gestion de la crise par l’État (Vidéo)

D’après le microbiologiste, l’exécutif n’a pas montré suffisamment de “volonté” dans sa gestion de l’épidémie.

Ses collègues, les revues médicales, l’État français… Didier Raoult n’a épargné personne, ce mercredi 3 juin, au micro de BFM TV. Alors que l’épidémie de coronavirus semble s’essouffler en France, le médecin est notamment revenu sur les manques qu’il a perçus de l’exécutif.

Un manque de « volonté » des autorités

Concernant les tests, par exemple, le microbiologiste a pointé la responsabilité du gouvernement, coupable, selon lui, de n’avoir pas mis « les moyens », donc « la volonté » pour dépister une large partie de la population. « Au début – parce que les gens qui se sont appropriés cette maladie technique ont décidé qu’ils étaient les seuls capables de faire les tests -, la France a été le pays dans lequel on a fait le moins de tests », a-t-il encore dénoncé.

« Les responsables sanitaires n’ont pas fait ce qu’il fallait ? », a également demandé Ruth Elkrief à son interlocuteur. Et celui-ci de répondre : « Je pense que c’était du domaine du secrétariat général de la Défense nationale, ce n’était plus le problème de la Santé. C’est une question d’organisation quasi militaire, de réquisition ».  « On a réquisitionné trop tard », a encore cinglé Didier Raoult à propos de matériels de protection.

Loading...

« Ce pays partait dans le mur »

Médecin controversé en raison de sa position en faveur du très décrié traitement à base d’hydroxychloroquine, Didier Raoult est toutefois resté dans ses bottes, se présentant face aux journalistes de BFMTV comme l’élite de l’élite de la médecine française. Selon lui, il a fait ce qu’il fallait, même s’il n’a pas toujours été compris. « J’ai pensé que ce pays partait dans le mur, que le bateau était en train de couler et qu’il fallait l’empêcher de couler. C’est ce que j’ai fait », a développé le directeur de l’IUH de Marseille. Didier Raoult est aussi revenu sur son départ du Conseil scientifique, nommé par Emmanuel Macron pour aider l’exécutif à prendre des décisions politiques : « On ne parlait pas de choses sérieuses, c’est pour ça que je suis parti », a expliqué le médecin.


Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *