toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Black Lives Matter est une organisation antisémite, une menace pour l’Amérique et la communauté juive américaine


Black Lives Matter est une organisation antisémite, une menace pour l’Amérique et la communauté juive américaine

Que Trump gagne ou perd en novembre, la radicalisation des progressistes blancs au cœur du chaos représente la plus grande menace à la cohésion sociale aux États-Unis.

Par Caroline Glick, Israel Hayom viaJNS

Dispersés parmi les milliers de vidéos de téléphones portables dépeignant le pillage et la destruction dans les rues des plus grandes villes américaines, des clips d’un genre différent. Dans ces courtes vidéos, nous voyons une foule de Blancs à genoux, s’inclinant devant les Noirs et demandant pardon pour leur «privilège blanc» et le «racisme structurel» dans les États-Unis d’Amérique déplorables et irrémédiables.

Plus tôt cette semaine, l’ancien vice-président candidat à la présidence démocrate, Joe Biden, a symboliquement adopté ces dénonciations authentiques de «privilège blanc» comme position officielle du Parti démocrate. Biden s’était lui-même photographié à genoux pliés avec un groupe d’Afro-américains debout derrière lui lors d’une visite dans une église de Wilmington, Delaware.

Ces vidéos montrent un phénomène socio-politique qui a déclenché des émeutes dans tout le pays après la mort brutale de George Floyd aux mains d’un policier de Minneapolis. Ils expliquent également clairement la raison pour laquelle les médias libéraux aux États-Unis continuent de soutenir les manifestations malgré le fait qu’ils ont impliqué dès le départ des violences, des destructions et des pillages à grande échelle.

Contrairement au récit poussé par les médias et les élites américaines, les émeutes ne sont pas la conséquence d’une brutalité policière accrue à l’égard des Afro-Américains. Comme Heather McDonald l’a documenté cette semaine dans le Wall Street Journal, au cours des dernières années, la violence policière contre les Noirs a considérablement diminué.

La violence que nous voyons est le résultat de la radicalisation abrupte des Américains blancs progressistes. Biden a donné sa voix à cette radicalisation l’été dernier lorsque, lors d’une apparition en Iowa, il a déclaré: «Nous choisissons la vérité plutôt que les faits.»

L’année dernière, le politologue Zach Goldberg a publié un article dans le   magazine Tablet en ligne où il a présenté des données statistiques démontrant l’ampleur et l’ampleur de la radicalisation des progressistes blancs au cours des 10 dernières années. Goldberg a révélé qu’entre 2010 et 2019, les progressistes blancs sont devenus le seul groupe démographique de l’histoire des États-Unis à donner la priorité aux intérêts d’autres groupes par rapport à ses propres intérêts.

Les progressistes blancs accordent la priorité à la promotion des intérêts des minorités et des immigrants par rapport aux leurs et à ceux de la société américaine dans son ensemble. De plus, comme Goldberg l’a montré, les positions progressistes blanches sur la race et l’immigration sont plus extrêmes que les positions des progressistes noirs, latinos et asiatiques sur ces questions.

Goldberg soutient que l’augmentation massive de l’utilisation d’Internet par les progressistes blancs au cours de la dernière décennie est responsable de la radicalisation. Les plateformes en ligne ont créé une bulle d’information qui a créé une présentation déformée de la réalité pour ceux qui se trouvent à l’intérieur de la bulle. Dans cette réalité déformée, les relations raciales sont bien pires qu’elles ne le sont en réalité. Par conséquent, ceux qui habitent cette bulle préfèrent la «vérité» telle que présentée dans la bulle aux faits.

Learn Hebrew online

La présidence d’Obama est un facteur

Goldberg a sans aucun doute raison de dire que plus les gens passent de temps dans leur bulle Internet, plus ils s’éloignent de la réalité objective. Mais Internet n’est pas la seule source de radicalisation. La présidence Obama a également joué un rôle.

Lorsque Barack Obama a remporté la course présidentielle en 2008, de nombreux Américains pensaient que sa victoire était la preuve que les États-Unis avaient surmonté leur passé raciste. Obama n’a cependant pas soutenu ce point de vue. Tout au long de son mandat, Obama a utilisé le pouvoir de sa position pour faire résonner et légitimer des positions sur la race qui jusque-là avaient été reléguées aux marges de gauche de la politique américaine.

Obama a cultivé l’idée que loin d’être une société post-raciale, l’Amérique est intrinsèquement raciste et que le racisme américain est structurel – c’est-à-dire qu’il a été intégré et impossible à surmonter. Ce faisant, Obama a donné foi à la fausse affirmation au cœur des émeutes: que les Noirs américains sont sous la menace continue et existentielle de l’État dans son ensemble et des organismes d’application de la loi en premier lieu. Les appels des célébrités hollywoodiennes et des anciens de l’administration Obama à rembourser la police portent ce point de vue à son aboutissement logique.

Une troisième cause de la radicalisation des progressistes blancs est le système d’enseignement supérieur. Plus les campus sont radicalisés, plus les diplômés se radicalisent.

La radicalisation de la politique progressiste blanche a trouvé son expression la plus dramatique dans le refus des maires et des gouverneurs progressistes d’agir sans détour pour mettre fin à la violence dans leurs rues. Au lieu de cela, nous avons eu le maire de New York Bill DeBlasio (dont la fille a été arrêtée pour avoir participé au chaos) avec ceux qui ont brûlé sa ville.

Dans une lettre adressée aux sergents de police du Département de police de New York, Ed Mullen, président de la Sergeants Benevolent Association, a exprimé la détresse des policiers new-yorkais. « Je sais que nous perdons notre ville », a écrit Mullen.

«Nous n’avons ni leadership, ni direction, ni plan. Je sais que vous êtes retenu et utilisé comme des pions », a-t-il poursuivi.

Il a ensuite demandé aux sergents de maintenir la ligne.

« Souvenez-vous », at-il ajouté, « vous travaillez pour une autorité supérieure. »

Défi pour les juifs américains

Pour les juifs américains, les émeutes violentes constituent un défi à plusieurs niveaux. Premièrement, il y a le défi de concilier leur identité politique avec leur identité juive. Comme l’a montré l’enquête Pew de 2014 auprès des Juifs américains, environ la moitié des Juifs américains s’identifient comme progressistes. En tant que progressistes, de nombreux Juifs américains partagent les vues de leurs homologues progressistes non juifs quant à la nécessité de donner la priorité aux intérêts des communautés minoritaires par rapport à leurs propres intérêts.

Mais le désir progressif des Juifs de travailler au nom de ceux qui manifestent pour les Afro-Américains met leur identité politique en collision avec leur identité juive. Black Lives Matter, le groupe radical à la tête des manifestations, est une organisation antisémite. BLM a été formé en 2014 à la suite d’une fusion de militants de la nation antisémite de l’islam, des Black Panthers antisémites et de Dream Catchers. En 2016, BLM a publié une plateforme qui a depuis été supprimée de son site Web. La plateforme a accusé Israël d’avoir commis un «génocide» et a qualifié l’État juif d’État «d’apartheid».

La plateforme a accusé Israël et ses partisans d’avoir poussé les États-Unis dans des guerres au Moyen-Orient. La plate-forme a également officiellement rejoint BLM avec la campagne antisémite BDS pour boycotter, désinvestir et sanctionner Israël. Le leader de la campagne BDS, Omar Barghouti, a  reconnu  cette semaine que l’objectif de la campagne BDS était de détruire Israël. Les campagnes BDS sur les campus américains se caractérisent par une bigoterie et une discrimination dirigées contre les étudiants juifs.

La publication de la plateforme BLM a été accueillie par des condamnations mur à mur par des organisations juives de tous les horizons politiques. Mais aujourd’hui, les progressistes juifs ont du mal à tourner le dos au groupe, malgré son antisémitisme.

En tant que progressistes blancs, ils croient qu’ils doivent combattre le «racisme structurel» américain, même au prix de l’autonomisation des forces sociales qui rejettent leurs droits civils en tant que juifs. En tant que juifs, ils estiment que leurs droits doivent être protégés. Un juif progressiste a tenté de concilier le cercle en écrivant dans le Los Angeles Jewish Journal: «Aujourd’hui, les Juifs doivent soutenir Black Lives Matter; demain, nous pourrons parler d’Israël. »

Alors que les progressistes blancs se sont radicalisés au cours de la dernière décennie, les progressistes radicaux juifs ont construit un formidable cadre organisationnel juif dont la mission est de faire avancer la révolution progressiste. Ils ont travaillé à refondre le judaïsme lui-même comme l’apothéose des idéaux révolutionnaires progressistes. sous la bannière de «tikkun olam».

La semaine dernière,  Tablet a  publié un essai de 20 000 mots intitulé «Courbez les Juifs» sur Courbure de l’Arc, l’organisation phare née de ces efforts.

Bend the Arc a d’abord attiré l’attention du grand public en 2018 à la suite du massacre des fidèles de la Synagogue Tree of Life à Pittsburgh. L’organisation a rapidement publié une déclaration accusant le président Donald Trump du massacre. Lorsque Trump est venu dans les congrégations pour lui rendre hommage, Bend the Arc a organisé des manifestations contre lui.

Pliez l’arc: pas de membres, beaucoup d’argent

Bend the Arc n’a peut-être pas de membres, mais il a un budget annuel de dizaines de millions de dollars. 28 millions de dollars de son budget proviennent de trois fondations non juives qui n’ont aucun autre pied dans la vie organisationnelle juive. D’un autre côté, l’un des bailleurs de fonds, la Fondation Rockefeller, est bien connu pour son généreux soutien aux groupes radicaux anti-Israël et BDS.

Pour atteindre son objectif de remodeler les visions du monde des Juifs américains, entre autres, Bend the Arc forme des étudiants rabbiniques conservateurs, réformistes et reconstructeurs. Il paie également les salaires des rabbins associés dans diverses communautés. Avec de nombreuses synagogues longtemps plongées dans la crise financière due à la diminution du nombre de membres, la capacité de Bend the Arc à payer des rabbins fait de son implication dans la location de synagogue une option attrayante pour de nombreuses communautés. Cela est doublement vrai pour les synagogues dont les membres sont progressistes.

Alors que la politique progressiste paralyse les Juifs contre les antisémites dans leur camp politique, les niveaux de sentiment antisémite chez les progressistes blancs augmentent. Comme Goldberg l’a rapporté, alors que les progressistes blancs se radicalisaient sur les questions liées aux minorités et à l’immigration, ils se sont également retournés contre Israël. Aujourd’hui, les progressistes blancs sont hostiles à Israël. Et Goldberg a fait valoir que même s’ils expriment leur soutien aux Juifs, «leur sympathie et leur préoccupation envers les Juifs sont devenues plus conditionnelles».

Sur quoi est-il conditionné? Sur les Juifs auxquels ne sont pas opposés les Noirs ou d’autres minorités qui sont considérés par les progressistes blancs comme moins privilégiés que les Juifs.

Aujourd’hui, dans les rues brûlantes de l’Amérique, la haine juive de gauche est clairement affichée. Bien que le maire de New York, Bill DeBlasio ait empêché la police de New York de prendre des mesures fermes contre les pillards et les pyromanes, il leur a demandé d’utiliser toute la force nécessaire pour empêcher les enfants juifs ultra-orthodoxes d’aller à l’école. Plus tôt cette semaine, la police de Brooklyn a chassé un groupe d’enfants hassidiques et leurs mères d’un terrain de jeux à Williamsburg.

Pire encore, les synagogues ont été vandalisées à New York et Los Angeles. Selon Yeshiva World News, 75% des magasins appartenant à des Juifs dans une enclave orthodoxe de Beverly Hills ont été pillés le week-end dernier. Les graffitis de Los Angeles ont clairement montré que les entreprises et les quartiers étaient délibérément ciblés parce qu’ils étaient juifs.

Entre la création de BLM en 2014 et la publication de sa plateforme en 2016, les militants anti-israéliens se sont donné beaucoup de mal pour créer un lien conceptuel totalement faux entre les Palestiniens et les Afro-Américains. Aujourd’hui, les militants anti-israéliens aux États-Unis ont intensifié leurs efforts pour tirer parti des émeutes. Des militants anti-israéliens à Bethléem ont peint une photo de George Floyd portant un khaffieh et drapé d’un drapeau palestinien sur la barrière de séparation. Les photos de l’image sont largement diffusées sur les réseaux sociaux.

Les démocrates croient que les émeutes anéantiront les espoirs de réélection du président Trump. Les sondages de cette semaine indiquent qu’au moins à court terme, les troubles nuisent aux chances de Trump d’être réélu. Là encore, il est possible que le chaos dans les rues renforce le soutien du public au président Trump, que les électeurs peuvent considérer comme le dernier rempart les séparant de la destruction nationale.

Que Trump gagne ou perd en novembre, la radicalisation des progressistes blancs au cœur du chaos représente la plus grande menace à court et à long terme pour la cohésion sociale en Amérique. Il représente également la plus grande menace pour l’avenir communautaire de la communauté juive américaine, pour les relations entre la communauté juive américaine et le reste du monde juif, et pour les relations américano-israéliennes.

Caroline Glick est chroniqueuse primée et auteure de «La solution israélienne: un plan à un État pour la paix au Moyen-Orient».

© Traduction Europe Israël News

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 13 thoughts on “Black Lives Matter est une organisation antisémite, une menace pour l’Amérique et la communauté juive américaine

    1. moi de france

      C EST FAUT IL N Y A PAS DE RACISME CELA EST INVENTER PAR LES RACAILLES POUR DESTABILISER LES PAYS IL SONT TELLEMENT CONS
      APRES LE CHAOS N AURONT PLUS RIEN

    2. robert davis

      Les progressistes blancs actuels sont l’equivalent pratiquement des nazis des années 30 et à mon avis pour à peu pres les mêmes raisons qu’en europe: chaque fois que les juifs obtenaient un « avantage » si on peut dire, une amélioration de leur condition de persécutés, il y avait un retour du bâton et cette histoire de plus et de moins « privilégiés » y ressemble bcp me semble-t-il! Israel est probablement attaqué parce que les juifs peuvent s’y réfugier en cas de persécutions souhaités par ses soi disant « progressistes »! Tout cela finira par une guerre après quoi les nouveaux nazis seront massacrés et le cycle reprendra. Cela ressemble à un eternel recommencement à moins que quelque chose stoppe le processus.

    3. robert davis

      A mon avis ce qui pourrait stopper le processus de nazification des USA et de l’europe est probablement l’annexion de la judée/Samarie bien que cela semble presque déconnecté car les nazis sont des lâches c’est leur caractéristique principale: si Israel MONTRE sa force ils reculeront TOUS, cesseront d’agresser les juifs et Israel et même les blancs en général. Ce sont les dirigeants timorés d’Israel qui sont responsables de l’antisémitisme et peut-être même des anti blancs en général.

    4. robert davis

      Je crois que les dirigeants timorés d’Israel sont vus comme des blancs que les progressistes blancs, les faux palestiniens, les malfrats noirs peuvent persécuter à l’onu et dans les merdias notamment et dans les rues comme au temps des nazis. De là à croire qu’ils pourront massacrer tous les blancs il n’y a qu’un pas. La responsabilité des dirigeants blancs timorés et incapables de réagir durement d’Isael en particulier puisque Israel est traité comme un paria à l’onu notamment, est grande!

    5. robert davis

      La seule différence entre les faux progressistes blancs et les nazis des années 30 est que les nazis pensaient massacrer les juifs impunémment alors que les faux progressistes blancs actuels sont prêts à se sacrifier pour tuer les juifs. D’ ailleurs les nazis étaient prêts à se sacrifier aussi mais dans un grand dessein pour l’Allemagne alors que les nouveaux nazis semblent vouloir se sacrifier pour rien ou pour un mondialisme qui ne leur apportera rien. Une espèce de sacrifice suicidaire d’anachistes.

    6. martin

      apres trump, l’amerique s’ecroulera.
      pour les juifs; fuyer, fuyer, ce pays.comme l’eternel le demande.

    7. robert davis

      Fuir ne sert à rien, il vaut mieux se défendre partout où c’est possible et aux USA c’est possible. Après Trump dans 6 ans, les Républicains se seront renforcés et ouvriront les yeux ainsi que pas mal de gauchistes qui finiront par comprendre que l’extrême gauche n’est pas la solution. Eventuellement il y aura une guerre civile souhaitable d’ailleurs actuellement et la gauche sera mise au pas. Fuir est ne réaction typiquement juive qui ne leur a pas réussi à ce jour!

    8. robert davis

      biden est un demeuré doublé d’un escroc, triplé d’un fou agit prop, pas étonnant qu’il s’entende si bien avec obanana qui est encore pire que lui. J’ai l’impression que la vie va bcp se compliquer pour lui désormais et que obanane commence à le comprendre.

    9. robert davis

      La gauche, BLM etc. sont agités par l’agit prop professionnel qu’est obanane! Lorsque celui-ci sera mis hors d’état de nuire par le Sénat qui a enfin entamé semble-il une action ou qui la demande je ne sais exactement, tout ira mieux. je ne comprends pas que crapules tels que banane et soros ne soient pas simplement liquidés. Peut-être que je manque de machiavélisme car au fond ils font du bon travail pour NOUS…mais ils nous font encore plus de dégâts! Peut-être qu’il vaut mieux perdre bcp et ensuite gagner que économiser les pertes!

    10. robert davis

      Qu’est-ce que la mondialisation peut apporter aux noirs qui sont en grand nombres sinon majoritairement des révoltés? ils seront poursuivis par les polices de toute la planète et ne pourront se réfugier nulle part! Quant à écouler leurs produits sur tous les marchés du monde, laissez moi RIGOLER…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *