toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’Iran vote une loi interdisant toute technologie israélienne, y compris « matériel et logiciels » : finis les ordinateurs, internet, les téléphones portables et pas de BMW pour Khamenei…


L’Iran vote une loi interdisant toute technologie israélienne, y compris « matériel et logiciels » : finis les ordinateurs, internet, les téléphones portables et pas de BMW pour Khamenei…

La loi interdit « toute coopération » avec les sionistes, y compris « matériel et logiciels ». Donc pas d’ordinateurs, d’internet ou de téléphones portables et pas de BMW pour Khamenei

A la veille de l’orgie annuelle de la journée d’al-Qods, prévue ce vendredi, le Parlement iranien a adopté à l’unanimité une loi interdisant « toute coopération » avec Israël – incluant spécifiquement l’utilisation de matériel et de logiciels informatiques israéliens – car considérée comme étant un crime contre Dieu.

En temps normal, la journée d’al-Qods est marquée dans toute la République islamique par des marches et des discours anti-Israël orchestrés par le régime, le piétinement et l’incendie des drapeaux israélien et américain, et d’autres manifestations de haine plutôt contraires aux fréquentes assurances données par le régime à la communauté internationale que ses dirigeants amis et épris de paix n’ont aucun intérêt à acquérir des armes nucléaires.

Mais cette année, accablé par l’infâme COVID-19 (dont le « chef suprême » Ali Khamenei a affirmé qu’il avait été en partie « créé contre l’Iran » par les États-Unis, qu’il déteste également), le régime doit réduire ses manifestations publiques d’animosité envers Israël.

Loading...

C’est pourquoi Khamenei a eu recours cette semaine à un appel en ligne pour réclamer une « solution finale » au problème israélien et pour armer la Judée Samarie, « tout comme Gaza », afin de l’accélérer. Soulignant l’hypocrisie totale de l’intérêt humanitaire manifeste de son régime pour le peuple palestinien, il avait aussi fustigé les Émirats arabes unis pour avoir commis rien de moins que « la plus grande trahison… [dans] l’histoire du monde arabe » – en livrant 16 tonnes d’aide contre le coronavirus pour les Palestiniens via l’aéroport Ben Gurion. (Selon des articles de presse, Ramallah aurait refusé l’aide pour ne pas être complice de la normalisation avec Israël)

Et son Parlement a décidé de criminaliser la technologie israélienne.

Une affiche du site web du Guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, appelant à la destruction d’Israël, qui utilise le terme « solution finale », qui fait généralement référence à la politique nazie de génocide contre les Juifs pendant la Shoah. (Crédit : english.khamenei.ir)

Selon la loi adoptée lundi, toute coopération avec « le régime sioniste » doit désormais être considérée comme « égale à la haine envers Dieu et à la corruption sur terre », selon le site d’information semi-étatique Fars. « Tous les organismes iraniens sont tenus d’utiliser les capacités régionales et internationales du pays pour faire face aux mesures du régime sioniste », a-t-il rapporté, et, plus précisément, « les activités des plateformes logicielles israéliennes en Iran et l’utilisation de ses produits, matériels et logiciels, sont interdites ».

Plutôt que de protester contre cette dernière itération législative des efforts acharnés et condamnés des ayatollahs pour précipiter la disparition d’Israël, le monde libre pourrait envisager d’applaudir l’interdiction, voire d’exiger activement son application, dans les domaines où elle n’entraîne pas directement la mort d’innocents.

Parce que, étant donné la centralité de l’innovation et de la technologie israéliennes dans de nombreux aspects de la vie moderne, la nouvelle législation anti-Israël, si elle est appliquée comme l’exige le Parlement iranien, le Majlis, fera reculer l’Iran de plusieurs décennies, portera la désaffection du public iranien à l’égard des ayatollahs répressifs à de nouveaux sommets, et entraînera probablement la disparition du régime brutal, rapace et cynique.

Learn Hebrew online

Une employée du ministère iranien de l’Intérieur travaille sur son ordinateur, alors qu’un portrait du chef suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, est projeté sur un écran, à Téhéran, le 27 décembre 2011. (AP Photo/Vahid Salemi)

Pour commencer, si la législation solennellement adoptée par le Majlis doit être considérée comme autre chose que de l’air chaud, l’Iran doit maintenant éteindre tous ses ordinateurs. Ils sont tous équipés de puces Intel et/ou de technologies conçues et/ou développées en Israël.

Comme l’a expliqué le président d’Intel Israël de l’époque, Mooly Eden, au Times of Israel en 2014, les puces et les technologies développées par Israël sont tout simplement le pilier de la conception des ordinateurs. Intel s’est installé en Israël dans les années 1970, et Intel Haifa a ensuite développé le processeur 8088 – qui a été utilisé dans le PC d’IBM, le premier ordinateur populaire basé sur Microsoft pour un usage domestique. Depuis, Intel Israël a développé des processeurs de plus en plus perfectionnés au fil des décennies, pour les PC, les tablettes et les ordinateurs portables. « Toute la révolution des ordinateurs portables a été lancée par le processeur Pentium M (Banias), développé en Israël en 2003 », avait noté Eden.

Loading...

Apple, qui utilise des puces Intel depuis 2009, possède également un important centre de R&D en Israël.

Un visiteur interagit avec un écran d’Intel, lors d’une exposition technologique au Centre Peres pour la paix et l’innovation à Tel Aviv, le 3 septembre 2019. (JACK GUEZ / AFP)

Bien sûr, l’Iran aura désormais moins besoin d’ordinateurs de toute façon, puisque sa nouvelle législation l’obligera également à cesser d’utiliser l’internet. En effet, les routeurs produits par Cisco Systems sont un élément essentiel de l’épine dorsale de l’Internet – transférant des informations entre les réseaux informatiques à des vitesses vertigineuses – et Cisco Israël est au centre du développement continu des routeurs de la multinationale américaine. « Au cœur » du dernier routeur de Cisco, la firme a annoncé en décembre dernier, par exemple, « se trouve la puce Cisco Silicon One qui est basée sur une technologie développée par Leaba » – une firme de Césarée acquise par Cisco il y a quatre ans.

Le ministre des Finances Moshe Kahlon, troisième à partir de la droite, lors du lancement du projet Digital Starter dans les bureaux de Google à Tel Aviv. Sont également présents, le président de Wix, Nir Zohar (à droite) et le PDG de Google Israël Meir Brand, cinquième personne à partir de la droite (Crédit : Tomer Foltyn)

Mais dans ce cas, l’Iran serait de toute façon extrêmement limité dans l’utilisation d’Internet, car, toujours selon la nouvelle législation, il est difficile de voir quels moteurs de recherche les Iraniens respectueux de la loi seraient autorisés à utiliser. Google effectue d’énormes travaux de R&D en Israël, sur un large éventail de produits. Un petit exemple : « Google Suggest », qui commence à chercher pour vous au moment même où vous tapez votre requête – a été développé en Israël.

Quant au moteur de recherche Bing, eh bien, c’est un produit Microsoft. Et comme l’a déclaré Steve Ballmer, alors PDG de Microsoft, lors d’une visite en Israël en 2008 (17 ans après que la société a créé ici sa première division de R&D en dehors des États-Unis), « Microsoft est autant une société israélienne qu’une société américaine ». (Saluant la technologie « remarquable » d’Israël lors d’un voyage ultérieur quatre ans plus tard, Ballmer a noté que Microsoft emploie plus de travailleurs par habitant en Israël que partout ailleurs dans le monde).

Microsoft CEO Steve Ballmer (left) on stage with MS Israel CEO Danny Yamin (photo credit: Chen Galili, Shilopro)

Steve Ballmer, PDG de Microsoft (à gauche) avec Danny Yamin, PDG de MS Israel en 2012. (Chen Galili, Shilopro)

Le stockage des données dans le cloud va désormais aussi poser problème, car la technologie qui se cache derrière est une spécialité israélienne. En effet, selon Saul Singer, co-auteur du best-seller « Start-Up Nation », qui m’a aidé à rédiger une grande partie de ce texte, Israël est « un grand spécialiste des routeurs et des puces et de toute l’infrastructure de base qui fait fonctionner la technologie ».

Les Iraniens devront évidemment aussi désormais raccrocher leurs smartphones. Depuis Motorola, qui faisait de la R&D en Israël avant même Intel, les téléphones portables sont truffés de technologies israéliennes.

En fait, toutes les activités internationales de l’Iran – communications, banques, transport de marchandises, même ses exportations de pétrole essentielles – vont devoir être examinées attentivement par le Majlis, par crainte d’une coopération avec nous, les sionistes.

Selon la rigueur avec laquelle il appliquera sa loi, l’Iran pourrait devoir limiter unilatéralement ses interactions bancaires internationales déjà sanctionnées, car de nombreuses grandes banques internationales – Citibank, RBSDeutche Bank et autres – font de la R&D en Israël, ont acheté des entreprises israéliennes et/ou utilisent les cyber-systèmes israéliens.

Le transport maritime va être un problème, puisque Freightos – l’Expedia du transport maritime mondial de marchandises – est, eh bien, israélien.

Une partie des installations du complexe pétrochimique Pardis à Assalouyeh, sur la côte nord du golfe Persique, Iran, 4 septembre 2018. (Bureau de la présidence iranienne via AP)

Les exportations pétrolières vitales de l’Iran vont être massivement touchées : Les raffineries de pétrole internationales qui traitent son or noir s’appuient sur des systèmes de surveillance développés par Israël, des systèmes de cyberdéfense israéliens et d’autres technologies de protection développées en Israël.

Dans son pays, beaucoup de ses voitures vont devoir arrêter de rouler. Elle importe des dizaines de milliers de véhicules chaque année, et il y a fort à parier que nombre d’entre eux comportent des caractéristiques développées en Israël. Des constructeurs comme General Motors ont des centres technologiques en Israël, leurs innovations alimentant le processus de production. La société israélienne Mobileye, quant à elle, a installé sa technologie d’aide à la conduite dans plus de 40 millions de voitures, soit plus de 300 modèles.

Une patiente iranienne non identifiée est allongée pour son scanner cardiaque à l’hôpital Shariati, à Téhéran, Iran, le 11 octobre 2010. (AP Photo/Vahid Salemi)

Les services de santé iraniens vont être terriblement touchés. Medtronic, la plus grande entreprise d’appareils médicaux au monde, dont les équipements sont un pilier des hôpitaux du monde entier, a acquis une grande partie de la technologie israélienne et maintient un centre de R&D israélien.

En effet, l’innovation médicale est une préoccupation majeure des Israéliens, et les multinationales y sont engagées depuis longtemps, en achetant des startups israéliennes et en créant leurs propres centres ici. General Electric et Change Healthcare ont également des divisions importantes dans le domaine des soins de santé.

Un ingénieur système israélien surveille une ligne de production à l’usine Teva de Jérusalem. Illustration. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Beaucoup de médicaments sont désormais interdits aussi. Teva, le plus grand fabricant de médicaments génériques au monde, est désormais interdit, ce qui signifie qu’il ne peut plus utiliser son traitement breveté Copaxone pour la sclérose en plaques. De nombreux autres médicaments parmi les plus importants au monde, fabriqués par des mastodontes pharmaceutiques mondiaux, incluent le développement israélien.

La cardiologie va elle aussi être contrainte ; le stent flexible, qui permet de sauver des millions de vies, a été mis au point il y a un quart de siècle par l’Israélien Medinol.

Et ainsi de suite. Et ainsi de suite…

Des Iraniens regardent une berline Renault chez un concessionnaire du nord de Téhéran, en Iran, le 16 juillet 2015. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)

La liste des grandes entreprises qui investissent dans des entreprises et des innovateurs israéliens, qui en sont propriétaires et/ou qui ont des liens étroits avec eux, qui ont également fait des affaires avec l’Iran – et qui sont donc probablement désormais interdites à tous les Iraniens – et que je n’ai pas mentionnées ci-dessus, comprend également, pour ne donner que dix exemples (avec leurs activités en Israël) : Boeing (impression de pièces en 3D, systèmes de cockpit) ; Daimler (pôle technologique ; R&D sur la technologie automobile) ; Deutsche Telekom (laboratoire d’innovation en matière de cyber-sécurité) ; Hyundai (pôle d’innovation, investissements) ; LG (smart TV, smartphones, cybersécurité) ; Renault (laboratoire d’innovationincubateur de voitures intelligentes, fonds auto-tech) ; Samsung (technologie logicielle ; investissements de start-up) ; Siemens (laboratoire d’innovation) ; Volkswagen (centre technologique de Tel Aviv) ; Volvo (investissements technologiquescentre d’innovation)… Vous voyez le genre.

Saul Singer with a copy of "Start-Up Nation" (Photo credit: Nati Shohat/Flash90)

Saul Singer avec une copie de « Start-Up Nation » (Crédit: Nati Shohat/Flash90)

Singer, basé à Jérusalem (dont la « Start-Up Nation » est elle-même maintenant bien sûr interdite en Iran) suggère que les Iraniens pourraient toujours se contenter de calculatrices de poche et de lignes fixes, bien qu’il n’en soit pas sûr.

« C’est sans fin », a-t-il dit, en considérant l’impact de l’interdiction du Majlis sur tout ce qui concerne Israël. « Si vous comptez toutes les entreprises du Fortune 500 qui ont des centres de développement importants en Israël – y compris Siemens, un favori iranien, IBM, GE… – il ne reste pas grand-chose. Je suppose qu’il faudrait qu’elles retournent au papier et au crayon, aux chevaux, aux visites à domicile de médecins avec des stéthoscopes et aux hôpitaux de l’époque de la Seconde Guerre mondiale. »

Un Iran sans « Israël à l’intérieur », a dit Singer, « donnerait à la Corée du Nord un air avancé et cosmopolite ». En résumé, l’Iran retournerait au monde d’il y a 50 ans, peut-être plus. Il ressemblerait à une énorme colonie amish en tenue musulmane

Un Iran sans « Israël à l’intérieur », a dit Singer, « donnerait à la Corée du Nord un air avancé et cosmopolite ». En résumé, l’Iran retournerait au monde d’il y a 50 ans, peut-être plus. Il ressemblerait à une énorme colonie amish en tenue musulmane. En attendant, ce serait la fête aux États-Unis, en Israël et dans la plupart du monde arabe ».

D’un autre côté, bien sûr, l’Iran pourrait reconnaître la centralité de l’innovation israélienne pour l’amélioration du fonctionnement et de la santé de la société, cesser de subvertir ses ressources en diminution à la vile cause de notre anéantissement et rejoindre la famille des nations. Mesdames et Messieurs les législateurs du Majlis, sérieusement, croyez-vous vraiment que ce serait un crime contre Dieu ?

Il y a tout juste deux mois, un religieux iranien de haut rang a été cité, déclarant que si les « sionistes » étaient les premiers à développer un vaccin contre le coronavirus (au moment où j’écris ces lignes, la COVID-19 a tué plus de 7 000 Iraniens – selon des chiffres officiels, donc probablement largement sous-estimés), son utilisation serait autorisée par les Iraniens. Cela aussi, maintenant, constituerait-il un acte criminel ?

Ali Khamenei sort d’une BMW sur une photo de 2013. (ISNA)

En attendant, le Guide suprême Khamenei lui-même devra évidemment non seulement éteindre son ordinateur portable et jeter son téléphone portable, mais aussi repenser en toute hâte ses modalités de transport.

Le constructeur allemand BMW, qui a noté en 2019 qu’il « travaille depuis plusieurs années avec des entreprises israéliennes de divers domaines technologiques », a annoncé le projet d’un nouveau bureau à Tel Aviv « pour la recherche de tendances et de technologies en Israël ».

En 2013, Khamenei était photographié sortant de sa BMW. A partir de la législation de cette semaine, pour tout Iranien, et encore moins pour le dirigeant suprême, ce serait un crime contre Dieu.

Source Timesofisrael

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “L’Iran vote une loi interdisant toute technologie israélienne, y compris « matériel et logiciels » : finis les ordinateurs, internet, les téléphones portables et pas de BMW pour Khamenei…

    1. c.i.a.

      Les tarés de l`islam se surpassent, dans leur stupidité moyenâgeuse!
      Tout cela pourrait avoir du bon qu`en-même, puisque plus de modernisme, plus d`infra-structures pour leur essais nucléaire!
      Ou mieux encore, leur nucléaires faits avec « de la broche à foin « ,(expression québécoise.)risque de leur péter à la figure!!

    2. j.a

      Vivement que ce soit Israël qui trouve en premier le vaccin contre le covid19 😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂

    3. bernard

      comment scier la branche de l’arbre sur lequel on est assis et protégé et se casser la gueule lamentablement?
      c’est simple: demandez à l’iran !
      la haine rend débile
      l’amour ouvre l’intelligence
      NO COMMENTS

    4. Pierre Malak

      Historiquement, la Palestine n’existe pas et pourtant, elle est peuplée d’illustres cons…

    5. Pierre Malak

      Ala réflexion, c’est dommage que tous les musulmans du monde ne prennent cette décision suicidaire comme exemple…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *