toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le régime iranien alloue un budget pour voler 550 000 hectares des terres arabes agricoles à Ahwaz


Le régime iranien alloue un budget pour voler 550 000 hectares des terres arabes agricoles à Ahwaz

L’occupation iranienne alloue le budget de la deuxième phase du projet de peuplement de 550 000 hectares dans le sud du pays. Pour les Arabes ahwazis, cette mesure renvoie une image d’un Etat Iranien qui commet un “vol au grand jour” de terres arabes pour les remettre à des colons perses.

 

Les autorités d’occupation perses ont annoncé l’allocation de 500 milliards de rials pour achever la deuxième phase du projet de colonisation « Zone agricole libre » dans le nord d’Al-Ahwaz. Grâce à ce projet, les autorités d’occupation tentent de mettre la main sur 550 000 hectares de terres agricoles au Ahwaz, de les concéder à des non-Arabes et de les réinstaller à les Arabes.

Le plan du projet a révélé que la Fondation Jihad Nasr, qui est liée à la milice terroriste des Gardiens de la révolution, est le superviseur du projet.

Les terres usurpées sont réparties entre 19 districts au nord d’Al-Ahwaz, partant du côté Musian et se terminant dans le district de Ras al-Bahr, au milieu d’Al-Ahwaz.

Sur ordre du Guide Suprême Khamenei, la puissance occupante avait allouée pour achever la première phase de ce projet en 2013 un énorme budget estimé à un milliard et 500 millions de dollars du Fonds national de développement, et le fonds financier irano-chinois s’est engagé à allouer un budget estimé à plus de 613 millions de dollars pour participer à ce projet.

Afin de confisquer les terres des paysans ahwazis, la Fondation Jihad Nasr a spolié les paysans en hypothéquant en premier les documents de propriété de leurs terres dans des banques et a reçu des prêts en sommes énormes sous prétexte de financer des projets pour les arabes, mais ce plan n’était pas destiné à obtenir un financement, mais plutôt à faciliter l’expropriation des terres ahwazies.

Des projets touristiques sur des terres expropriées

Dans un autre contexte, la puissance occupante a alloué 200 milliards de riyals en faveur de l’établissement de nouveaux projets de colonisation dans la ville d’Abu Shahr.

Le directeur du Département du patrimoine et du tourisme à Abu Shahr, Muhammad Hassan Aristo Zadeh, a révélé que les autorités d’occupation mettront en place 23 projets touristiques dans les villes de la côte, Dilmun, le port de Raqq et Abu Shahr, qui comprennent la création d’hôtels, de clubs et de restaurants.

Les activistes ont déclaré que ces projets visaient à encourager les colons perses à venir à Abu Shahr et à leur offrir des possibilités d’emploi, dans le but de susciter la tentation de rester et d’assurer leur stabilité avec leurs familles dans la ville.

De nombreux Ahwazis – les habitants arabes qui vivent principalement dans la province iranienne du Khouzistan, dans le sud du pays – estiment qu’en l’espace de près d’un siècle, l’État iranien a délibérément volé leurs terres sans aucune opposition internationale.

C’est en 1908 que du pétrole a été découvert dans la région. En 1925, Reza Khan, le chah d’Iran, a envahi ce qu’on appelait alors l’émirat d’Ahwaz, avant de renverser le souverain arabe de la région et d’annexer ses 330 000 kilomètres carrés en 1934. Les terres ont été confisquées par l’État à leurs propriétaires arabes puis transférées au gouvernement.

Depuis lors, l’État a systématiquement volé le territoire et es terres fertiles des habitants de la région.Pendant de nombreuses années, l’Etat iranien a saisi des milliers d’hectares de terres  ahwazi privées pour y construire des colonies perses. Avec les années, bien d’autres ordres de saisie ont été donnés pour créer des “zones sécurisées” autour des colonies, ainsi que pour construire la clôture de séparation.

Pour les Ahwazis, ce n’est là qu’un aspect de ce qu’ils décrivent comme la colonisation perse. Bien qu’ils soient majoritaires dans la province, ils sont souvent dans l’incapacité d’obtenir un emploi car victimes de discrimination.

Bien que l’État construise des installations de première classe dans la province pour les nouveaux arrivants perses, le niveau de pauvreté dans le Khouzistan reste parmi les plus élevés de toutes les provinces du pays et ce, malgré l’existence de pétrole, de gaz et d’autres ressources nationales lucratives.

Ainsi, aux yeux des Ahwazis, la découverte du pétrole et de ces autres ressources n’a été pas moins qu’un fléau et qu’un malheur qui a entraîné l’occupation et la dégradation environnementale des terres dont ils ont hérité de leurs ancêtres.

En vertu de la loi, l’État est autorisé à prendre possession des terres si des ressources sont découvertes. Les propriétaires reçoivent un préavis de deux semaines pour se rendre au bureau d’état civil et remettre leur acte de propriété. L’État affirme qu’il achète les terres selon leur valeur marchande, mais cela arrive rarement. Quiconque s’oppose à ce processus est considéré comme opposé au gouvernement et lourdement pénalisé.

L’idée sous-jacente à cette politique remonte à la période de Mohammad Reza Chah, mais elle n’a pu être complètement mise en œuvre à l’époque en raison de l’instabilité interne et de l’émergence de la révolution. Elle a finalement été appliquée en 1988 par de hauts responsables politiques du régime comme Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, l’ancien président.

Les Arabes ahwazis aimeraient savoir si L’union européenne prendra position et empêchera le régime iranien de voler plus de terres.  L’Etat a profité de l’état de faiblesse des Arabes pour leur voler leurs terres. Ignorer ou négliger les revendications des habitants de cette région ne fera qu’encourager les violations de l’État iranien.

Des députés demandent la libération des dirigeants d’Alahwaz injustement accusés et détenus au Danemark.

Des députés européens demandent la libération des dirigeants d’Alahwaz injustement accusés et détenus au Danemark.

Une lettre au ministre danois de la justice a été envoyée par plusieurs députés pour demander la libération des trois dirigeants d’Alahwaz détenus. Cela a été annoncé par Fulvio Martusciello, député européen du PPE. Ils ont été accusés à tort d’espionner pour l’Arabie saoudite

Ce ne sont que des militants qui appellent pacifiquement à l’indépendance de leur région vis-à-vis du régime iranien.

La communauté qu’ils représentent est soumise à la persécution et à la violation des droits de l’Homme « en particulier pendant la pandémie », a également réitéré l’eurodéputée Gianna Gancia et soutenue par l’eurodéputée danoise Jorn Dohrmann.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux. En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €. Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Le régime iranien alloue un budget pour voler 550 000 hectares des terres arabes agricoles à Ahwaz

    1. LeClairvoyant

      L’Iran Annexe, exproprie et en France ni a l’ONU, ni a UE pas un mot. Alors une leçon pour Israël, ne pas sonner les cloches, quand ne faut pas.réveiller les loups.

    2. Jean Aimar

      Personnellement, je ne vois pas où est le problème.
      Ce ne sont pas les premier à coloniser, pas les derniers…
      Quant aux terres, elles sont peut-être arabes mais aussi arables, donc à cultiver.
      C’est toujours mieux que ce qu’en font, en général, les arabes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *