toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le groupe terroriste Hezbollah gagne 400 millions $ par an, rien que par la contrebande de mazout


Le groupe terroriste Hezbollah gagne 400 millions $ par an, rien que par la contrebande de mazout

La contrebande de mazout vers la Syrie, fait que le Liban subit 400 millions de dollars de pertes annuelles selon des estimations des récentes. Les passages illégaux engendrent au total 600 millions de manque à gagner.

Les voies de passage illégales entre le Liban et la Syrie et les scandales sur la contrebande florissante de la milice armée du Hezbollah entre les deux pays sont de nouveau au cœur de l’actualité alors que le pays est au bord de la faillite.

Le Hezbollah empoche 400 millions de dollars chaque année de contrebande de mazouts au dépens de tout ce dont le Liban souffre par sa mauvaise situation économique, un endettement record, un effondrement de la situation financière et le taux de change en chute libre de la livre par rapport au dollar (1).

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a récemment admis le contrôle de son parti sur les passages illégaux, lorsqu’il a déclaré dans son discours en réponse au sujet de l’agent israélien Amer Al-Fakhouri (transféré par un hélicoptère militaire américain depuis L’ambassade vers Chypre au lieu de l’aéroport de Beyrouth), que il n’est plus permis à ses adversaires politiques, de parler de passages illégaux.

140 passages illégaux sont utilisés par le parti et la milice pro-iranienne pour faire entrer de la drogue et des marchandises en contrebande, gagner de l’argent et financer le terrorisme.

Ces traversées sont parmi les facteurs les plus importants de gaspillage et de corruption au Liban, et les pertes du Trésor public sur les droits de douane dues à la contrebande par des passages illégaux des marchandises sont estimés à environ 600 millions de dollars par les experts.

Hezbollah: corruption et contrebande par la force des armes

La plupart de ces passages relèvent de l’autorité et du contrôle du Hezbollah, et ils ne se limitent pas seulement à la contrebande d’armes et de combattants du Hezbollah à destination et en provenance de la Syrie, mais aussi à la contrebande de marchandises de la Syrie vers le Liban.

Les marchandises sont ensuite entrées par des marchands affiliés au Hezbollah sur le marché libanais sans payer de droits de douane à l’État libanais.Ainsi, le Trésor public est privé de droits de douane pour les marchandises importées.

Ces passages sont également utilisés pour faire passer des drogues en contrebande, dont nous avons mentionné dans un article précédent qu’il s’agit d’un des moyens les plus importants de financer le Hezbollah pour ses activités, ainsi que d’utiliser des armes iraniennes pour entrer au Liban via la Syrie, et nous avons assisté ces dernières années à de nombreux raids israéliens visant des cargaisons transportant des armes vers le Hezbollah en Liban.

En plus des passages illégaux, il y a aussi la question de l’évasion douanière qui a lieu par le port de Beyrouth et l’aéroport international Rafic Hariri.

Ce n’est un secret pour personne que ces deux principales installations sont sous le contrôle du Hezbollah, car elles sont utilisées pour transporter des armes en provenance d’Iran et le trafic de drogue.

Ils sont également utilisés pour de rapporter de nombreuses marchandises pour les commerçants affiliés au parti, sans que ces marchandises passent par les comités compétents pour vérifier leur qualité et leur conformité aux spécifications, ni aux douanes pour payer des taxes à l’État libanais.

Pour rappel, lorsque le gouvernement de Fouad Siniora a décidé en 2008 de licencier le chef de l’appareil de sécurité de l’aéroport, le général de brigade Wafik Choucair, et a confisqué le réseau de communication affilié au Corps des transmissions du Hezbollah, le parti a réagi en envahissant Beyrouth militairement.

Parmi les dossiers de corruption qui impliquent le Hezbollah, il y a le dossier des médicaments périmés. Il y a quelques années, le ministère de la Santé et le Comité de la santé du Parlement libanais ont révélé un processus de falsification de plus de 150 médicaments, et les autorités ont révélé à l’époque que les médicaments non utilisables importés d’Asie du Sud-Est avaient été introduits au Liban par imitation de la signature du ministre de la santé.

Les médicaments périmés étaient distribués aux cliniques et aux hôpitaux. La personne impliquée dans cette affaire était Abdel-Latif Fneish Shaqiq, frère du représentant du Hezbollah au gouvernement libanais à l’époque, le ministre Muhammad Fneish.

Ce qui a ramené ce scandale à l’esprit, c’est ce qui a récemment filtré dans certains médias que le refus du ministre actuel de la Santé Hassan Hamad d’adopter le «test rapide» pour détecter les personnes atteintes de coronavirus et son insistance sur le «PCR», sont les informations qui indiquent que c’est le frère de l’ancien ministre Muhammad Fneish, Abd al-Latif, lui-même responsable des médicaments périmés il y a des années, qui est chargé d’importer les tests PCR au Liban.

En plus des médicaments périmés, il existe aussi le dossier de fabrication de Captagon (2). En 2012, les douanes libanaises ont saisi une substance pour fabriquer des pilules de Captagon en provenance de Chine, de sorte que les enquêtes ont montré plus tard que les responsables de la fabrication des pilules de Captagon sont les frères de l’adjoint du Hezbollah, Hussein al-Musawi Hashem et Jihad al-Musawi.

Ils dirigeaient des usines de fabrication de Captagon dans la banlieue sud du Liban, pour être l’exporter plus tard sur les marchés de l’Irak, de l’Arabie saoudite, de l’Afrique, de l’Europe et de l’Amérique latine. Alors que son autre frère était impliqué avec d’autres personnes dans un gang qui volaient des voitures, falsifiaient leurs papiers et les vendaient légalement.

Chaque année des milliers de voitures sont introduites en contrebande ou volées et les ventes des voitures alimentent aussi la milice chiite .L’année dernière des trafiquants du Hezbollah exhibaient des millions de dollars en provenance de la contrebande.

Enfin et surtout, le dossier de l’entrée et du retrait de fonds du Hezbollah du Liban en dehors des cadres des banques et des institutions légitimes est l’un des dossiers de corruption les plus importants qui non seulement cause de grandes pertes à l’État libanais, mais aussi et en raison des tentatives du parti de contourner les lois pour échapper aux sanctions. Cette pratique cause des pertes énormes au secteur bancaire libanais. En 10 ans, les experts notent la fuite de milliards de dollars de liquidités libanaises vers la Syrie.

Les sanctions imposées par le Trésor américain à un certain nombre de banques au Liban en raison de leurs relations avec les déposants du Hezbollah sont un coup de grâce qui a divisé le dos du secteur bancaire libanais, d’autant plus que les sanctions ont perdu la confiance de la communauté internationale au Liban.

Depuis le début du soulèvement du «17 octobre» au Liban, de nombreuses voix appelant à lutter contre la corruption des cartels en lien avec le Hezbollah.

L’année dernière, un rapport comprend plus de 500 pages rapporte de nombreux détails sur les mouvements d’argent qui parviennent au Hezbollah. Il existe une liste de personnes travaillant pour le Hezbollah en particulier en Amérique du Sud et en Afrique. Il existe également un certain nombre d’institutions et de magasins disséminés dans les pays africains qui ont une couverture de service commercial à but politique, renseignements et finances du Hezbollah.

Le rapport poursuit également le mouvement du commerce de la drogue de la Bekaa vers le port et l’aéroport et son passage sans inspection par des avions privés vers l’Amérique du Sud, en particulier le Venezuela.

En 2018, un document « légitimant » l’appareil de sécurité du Hezbollah a été dévoilé ! Le Commandant des services de sécurité de l’aéroport de Beyrouth octroi des licences au Hezbollah pour exploiter la zone interdite.

Cette déclaration est la première décision officielle écrite stipulant que le Hezbollah doit être autorisé à pénétrer dans les zones interdites à l’aéroport, ce qui suggère la légitimité du » Hezbollah « comme s’il s’agit d’appareil de sécurité affilié à l’État libanais.

Des permis, quotidiens ou mensuels, sont accordés pour le mouvement terroriste. Notant dans le même contexte, que le Hezbollah est exonéré d’apposer un cachet de dix mille livres libanaises sur chaque permis de import ou export, ce qui prive le Trésor public de revenus énormes dépassant des dizaines de millions de dollars par an

Situation du Liban, un pays en faillite

La pandémie de Coronavirus a été un coup dévastateur pour la livre libanaise. La pandémie a pesé sur la vie des Libanais et ses graves conséquences ont imposé de lourdes charges aux fonctionnaires, car elles ont poussé davantage de travailleurs vers le cycle du chômage et ont paralysé le reste de la roue économique.

La livre libanaise éprouve une chute qu’elle n’a pas connue, même au milieu de la guerre civile que le Liban a connue au siècle dernier, et chaque heure, elle enregistre une baisse record plus négative. Actuellement, un dollar équivaut à 4 000 livres libanaises.

Ce prix ne continuera pas tel quel, mais augmentera encore face au dollar, d’autant plus que les autorités financières, gouvernementales et parlementaires semblent incapables de gérer le pays qui est désormais bloqué par ses dettes localement et internationalement. Le 1er mai 2020, le gouvernement libanais a déposé une demande au FMI pour sauver le pays.

A Beyrouth, les regards se tournent vers le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh. En mars 2020, le Liban a échoué dans le remboursement de la dette euro-obligataire d’un montant de 1,2 milliard de dollars, qui est une créance souveraine en devises.

Et à la mi-avril 2020, le Liban n’a pas payé 700 millions de dollars supplémentaire en l’Eurobond, et le gouvernement est dans l’incertitude concernant le sort du prochain droit au paiement de la cotisation de l’Eurobond pour juin 2020.

Dans la pratique, lorsque l’État n’est pas en mesure de payer ses dettes, il devient insolvable, ce qui est le cas au Liban aujourd’hui, qui recherche une aide internationale pour le sauver de sa crise, qui est aggravée en raison des conditions locales, y compris l’hostilité ouverte du Hezbollah envers les alliés sunnites traditionnels comme l’Arabie saoudite, ce qui a conduit cette dernière à rompre complètement avec les aides au Liban.

Le Liban est l’un des pays les plus endettés du monde et ses dettes s’élèvent à 92 milliards de dollars, soit plus de 170% de son PIB.

Le Hezbollah contrôle le secteur de la change et provoque la rareté de la liquidité en devises

Alors que le rythme de la crise libanaise s’intensifie et que le pays est proche d’un effondrement économique et d’une révolution massive contre la classe politique, le Hezbollah mène sa guerre pour contrôler maintenant le service de change et le secteur bancaire du pays.

Des experts ont laissé entendre que l’État libanais avait été « kidnappé » par le Hezbollah, tandis que la classe politique était occupée à « protéger la corruption et que le peuple libanais était le plus grand perdant« .

Le Hezbollah, indépendamment du démenti de Nasrallah, exerce une grande pression sur les banques, à la fois pour enfreindre les sanctions et pour contrôler le secteur de la change dans le pays.

Le Hezbollah contrôle une large partie des magasins qui gèrent l’offre de devises et les taux de change, ce qui signifie que cette milice prend plus de poids dans l’économie libanaise en l’absence d’agences de régulation.

Le Hezbollah fait pression sur les banques pour qu’elles obtiennent des devises de quelque manière que ce soit, non seulement au Liban mais aussi en Syrie, et ses agents qui sont derrière la pénurie de liquidités en devises.

L’État et la classe politique sont les otages des armes du Hezbollah et de sa corruption. Il est claire que est difficile dans ces circonstances de restaurer l’État et de restaurer la souveraineté face aux passeurs et des trafiquants de devises sur le marché noir.

Les mécanismes que le Hezbollah utilise pour contrôler le dollar sur le marché libanais passent par ces changeurs de devises influents qui sont ses affiliés, qui contrôlent le taux de change et le volume de l’offre sur les marchés et servent leurs intérêts.

Le Hezbollah utilise ces bureaux de change non seulement pour contrôler les taux de change, mais aussi pour faire passer le dollar en contrebande en Syrie et aussi pour l’acheter de Syrie, où le carburant importé est vendu et revendu, alors qu’ il était à l’origine destiné au marché libanais.

Les autorités organisatrices et responsables évitent de poursuivre ces bureaux de change du Hezbollah, de sorte que chaque partie décline toute responsabilité la jettent-le d’autre part.

Le ministère de l’Économie confie la responsabilité au Comité de contrôle bancaire de la Banque du Liban, et le Comité le jette au procureur financier, tandis que la Banque du Liban n’est pas en mesure de dissuader les banques qui s’abstiennent de donner aux déposants leur argent en dollars.

Le ministère de l’Économie lance la balle à la Commission de contrôle bancaire de la Banque du Liban, et le Commission l’a bascule au procureur financier, tandis que la Banque du Liban n’est pas en mesure de dissuader les fraudeurs.

Le Hezbollah dispose également d’un système d’importateurs de carburant qui le font passer en contrebande en Syrie, le vendent là-bas, prennent l’argent en dollars et le rendent au Liban par le biais des changeurs de monnaie coopérant avec eux, mais il n’est pas mis sur le marché mais va plutôt aux caisses du parti d’une manière ou d’une autre.

Le Hezbollah a également la capacité de faire de la contrebande et d’entrer des millions de dollars dans le pays, qui peuvent provenir d’avions en provenance d’Iran ou d’Irak, car il en a besoin pour financer ses éléments au Liban et en Syrie dont les salaires sont traités en dollars et dont le total est estimé à 40 à 60 millions de dollars par mois. Même en supposant qu’il entre une partie de la devise pour le pays, il ne sert pas l’économie, mais plutôt l’économie parallèle créée par le Hezbollah.

Ce qui se passe actuellement aux taux de change n’est pas le résultat de la crise actuelle, et ses racines remontent à 2019, comme Nasrallah avait menacé les banques en mai 2019 et leur avait dit: « O banquiers au Liban, si vous ne coopérez pas pour faire face à la situation économique, même votre capital ne vous reviendra pas « .

La crise de la rareté du dollar a commencé à s’aggraver avec les manifestations qui ont eu lieu en octobre 2019. Le Hezbollah avec ses institutions, est au cœur de la crise monétaire représentée par la dépréciation du taux de change de la livre par rapport au dollar américain.

Les libanais utilisent le dollar plus que leur monnaie officielle

Le Liban utilise le dollar américain comme monnaie principale dans la conduite de la vie quotidienne des citoyens, pour les transactions commerciales, pour l’importation, l’exportation et le dépôt dans les banques et autres.

Si nous demandions à un citoyen libanais le prix de sa chemise, il dirait, par exemple, cinquante dollars, ou un autre exemple, la bourse pour un étudiant est de 1000 dollars. J’ai acheté une telle valeur en dollars.

La présence des pays « dollarisés » est fréquente dans des économies comme en Amérique latine et du Sud, en Afrique et dans les pays d’Asie.La situation de l’Etat du Venezuela est donc similaire à la réalité libanaise, car ils utilisent une monnaie qui n’est pas la leur. Les deux dépendent de la fixation du taux de change de la monnaie nationale par rapport au dollar américain.

Les pays « dollarisés » représentent un état exceptionnel parmi les autres états et le comportement des consommateurs de leurs citoyens est complètement différent des autres pays.

Le Liban dépend de centaines de milliards de dollars pour faire tourner sa roue économique, mener des activités commerciales et fournir des liquidités au secteur privé, importer et exporter, alors que, en revanche, l’utilisation de la livre libanaise est limitée aux secteurs publics et aux installations gouvernementales de l’État libanais.

Les employés de l’État perçoivent leurs salaires en livres libanaises, de sorte que l’effondrement de la livre a automatiquement conduit à un écart de salaire croissant entre les employés du secteur privé et les employés du secteur public qui semblent être victimes des turbulences financières que traverse le pays.

L’effondrement de la livre doublera automatiquement le déficit du budget public, d’autant plus que l’effondrement de la monnaie a également entraîné une hausse des prix des produits de base tels que la viande, les légumes, le fromage, les transports et l’hospitalisation.

Il y a 7 mois, le salaire minimum au Liban était de 450 dollars, soit 675 milliers de livres, mais avec le recul de la livre actuelle, le salaire minimum a atteint 146 dollars. Il s’agit d’une valeur d’achat équivalant à 15% du salaire minimum officiellement reconnu au Liban, soit 750 000 livres.

L’effondrement de la monnaie nationale va encore renfoncer le Hezbollah qui fonctionne en dollars. Le problème majeur du Liban est que le Hezbollah détient les décisions de ce pays, y compris la décision financière.

Maintenant, avec toute la mauvaise situation économique dont souffre le Liban, l’effondrement de la situation financière et le taux de change de la livre par rapport au dollar, il n’y a pas de résurrection pour le Liban, et pas de salut de ses crises, tant que cette milice armée corrompue est liée à un pays extérieur, qui est l’Iran et travaille exclusivement pour lui, en dehors du cercle de la responsabilité et de la punition.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

  • (1) Le taux de change a dépassé 4000 livres par rapport au dollar.Ce prix ne restera pas le même, mais augmentera encore.
  • (2)Le Captagon est une drogue populaire dans certains pays arabes, constituée de fénéthylline éventuellement mélangée à de la caféine.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Le groupe terroriste Hezbollah gagne 400 millions $ par an, rien que par la contrebande de mazout

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    146 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap