toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Interdiction de la chloroquine: Véran a saisi le Haut conseil pour la faire interdire 3 heures seulement après la publication de l’étude Lancet contestée par de centaines de chercheurs… de nombreuses études démontrent le contraire


Interdiction de la chloroquine: Véran a saisi le Haut conseil pour la faire interdire 3 heures seulement après la publication de l’étude Lancet contestée par de centaines de chercheurs… de nombreuses études démontrent le contraire

Olivier Véran a saisi le Haut Conseil Scientifique pour lui demander d’interdire l’utilisation de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine, 3 heures seulement après la publication de l’étude qualifiée de « foireuse », de « merde » par plusieurs professeur français… Dès lors on s’interroge sur la motivation du ministre : Pour qui roule-t-il ?

La chloroquine est utilisée depuis plus de 50 ans et tous les médecins connaissent bien ce médicament. La revue The Lancet publiait même en 2003 une étude démontrant son absence de risque. Pourtant, en mars 2020, le ministre Véran la faisait interdire hors carde hospitalier, retirant ainsi le droit  des médecins de prescrire le traitement qu’ils jugeaient adéquat.

Puis, il y a quelques jours, le même Véran utilisait l’étude Lancet pour faire définitivement interdire la prescription de la chloroquine dans le cadre du Covid 19…

On sait par ailleurs, que l’OMS qui semble avoir partie liée au laboratoire Gilead qui veut vendre son Remdesivir, dont le traitement coute 10 000 Euros et qui n’a pour le moment pas prouvé son efficacité. Pire, le Remdesivir semble avoir beaucoup d’effets indésirables.

En France, plusieurs membres des divers « conseils scientifiques » qui conseillent le gouvernement semblent eux aussi avoir des intérêts avec les grands laboratoires dont Gilead.

Olivier Véran va devoir répondre à de nombreuses questions après la crise sanitaires, notamment sur ce qui a motivé ses décisions iniques et contestées par de très nombreux médecins, chercheurs et scientifiques.

L’Australie et des centaines scientifiques français, britanniques, chinois ont dénoncé les malversations de l’étude publiée dans The Lancet, qui conclut négativement contre l’hydrochloroquine.

Plus de 120 scientifiques de haut niveau ont critiqué (3) les séries de lacunes dans l’étude du Lancet qui a supposément révélé que le médicament hydroxychloroquine soutenu par Trump augmentait le risque de décès des patients atteints de Covid-19 et a mis fin aux essais mondiaux.

Les scientifiques ont découvert 10 failles, dont des données de patients qui « ne correspondent pas » aux dossiers.

Parmi les signataires, on trouve le controversé épidémiologiste britannique, le professeur Neil Ferguson.

Des chercheurs australiens ont émis des doutes sur l’origine des données utilisées pour l’étude de Lancet.

Les conclusions de l’étude selon lesquelles le médicament contre le paludisme augmente le risque de décès ont suscité des craintes dans le monde entier.

Les essais mondiaux sur l’homme ont été interrompus, notamment deux études de l’université d’Oxford au Royaume-Uni.

Les plus grandes stars de la recherche médicale britannique, parmi lesquelles Sir Nicholas White, ont signé une lettre ouverte à Richard Horton, éditeur du Lancet, pour lui faire part de leurs doutes sur l’honnêteté de l’étude que le magazine scientifique a accepté de publier.

The Lancet publie une correction de l’étude anti-hydrochloroquine contestée

La première anomalie de l’étude publiée dans le Lancet est qu’elle ne porte pas sur des malades mais sur des études. La seconde est que les études prises en compte sont douteuses, au moins pour l’Australie.

Surtout, des questions commencent à se poser sur l’existence de l’entreprise Surgisphere, en charge de la collecte des données publiées dans le Lancet. Il y a eu beaucoup de démentis des sources mentionnées, mais pas un seul témoignage, ni d’un hôpital partenaire, ni d’un médecin ayant fourni des données sur l’étude.

L’étude s’est appuyée sur les données de la société d’analyse de données de santé Surgisphere, dont le fondateur, Sapan Desai, est l’un des quatre auteurs de l’article. Plus d’informations sur Sapan Desai sont nécessaires à une bonne compréhension de cette étude qui va comme un gant à Gilead et son remdesivir, qui commence à être livré au monde entier à la vitesse de 10 000 dollars par patient – et soigne très peu, pas plus de 7% des malades.

Une nouvelle étude sérieuse sur l’hydroxychloroquine conclut que le traitement ambulatoire précoce est le plus efficace pour le traitement des patients atteints du coronavirus de Wuhan, selon le Dr Harvey A Risch de l’université de Yale.

L’étude, qui a été menée par le Dr Harvey A Risch de l’université de Yale, suggère que les études en phase tardive n’ont pas analysé la question de l’utilisation efficace de l’hydroxychloroquine en phase précoce.

Selon le Dr Risch, la mise en place immédiate et précoce d’un traitement pour les patients à haut risque atteints de COVID-19 est essentielle pour contrôler la crise de la pandémie de coronavirus.

À ce jour, plus de 1,6 million d’Américains ont été infectés par le COVID-2 et plus de dix fois plus sont porteurs d’anticorps contre ce virus.

Les patients à haut risque présentant une progression de la maladie symptomatique ne bénéficient que d’un traitement d’hospitalisation, avec sa mortalité élevée.

Selon le résumé de l’étude, qui n’a pas encore été examiné par des pairs, le Dr. Risch a déclaré qu’un traitement ambulatoire qui empêche l’hospitalisation est désespérément nécessaire.

Dans un rapport de 29 pages (2), l’étude suggère que la maladie ambulatoire précoce est très différente de la maladie hospitalisée plus tard et que les traitements diffèrent.

L’hydroxychloroquine+azithromycine a été utilisée comme traitement pour plus de 300 000 adultes âgés présentant des comorbidités multiples, avec une proportion estimée d’arythmies cardiaques diagnostiquées attribuables aux médicaments : 47/100 000 utilisateurs, dont la mortalité estimée est [inférieure à] 20%, soit 9/100 000 utilisateurs, contre 10 000.

Cinq études, dont deux essais cliniques contrôlés, ont démontré une efficacité majeure significative du traitement ambulatoire.

Le professeur Raoult publie également sa propre étude scientifique sur près de 4000 patients traités démontrant largement les bénéfices de l’hydroxychloroquine.

« Je ne sais pas si ailleurs l’hydroxychloroquine tue, mais ici, elle a sauvé beaucoup de gens »

Didier Raoult, défenseur de l’hydroxychloroquine, a révélé la publication d’un résumé d’une étude effectuée sur 3 737 patients traités à l’ IHU (Institut Hospitalo-Universitaire) Méditerranée infection à Marseille, dont il est directeur.

C’est à la suite de la publication d’une étude par la revue scientifique The Lancet, dans laquelle l’hydroxychloroquine était jugée inefficace et néfaste, que le célèbre professeur Marseillais – qui a qualifié cette étude de « foireuse » – a décidé de réagir. Le professeur Raoult précisait ce lundi 25 mai : « Je ne sais pas si ailleurs l’hydroxychloroquine tue, mais ici, elle a sauvé beaucoup de gens », ainsi que le rapporte Le Parisien.

 

Il a récemment exprimé son opinion sur BFMTV à propos de cette étude publiée par The Lancet, et dont les résultats le laissent sceptique. Il a déclaré : « Comment voulez-vous qu’une étude foireuse faite avec les big data change ce que nous avons vu ? Nous avons fait 10 000 électrocardiogrammes ici chez les malades, qui ont tous été vus par une équipe de cardiologues. Je ne vais pas changer d’avis, quel que soit l’étude et le journal. […] Moi c’est pas mon problème, il nous est passé 4 000 malades dans les mains, je vais pas changer d’avis parce qu’il y a des gens qui font du big data, qui est une fantaisie délirante qui mélange toutes les données. »

Ce mercredi, il a apporté sa propre étude et l’a publiée sur le site de L’IHU Méditerranée infection à Marseille, relate Le Parisien. Le résumé de cette étude précise : « Nous rapportons rétrospectivement la prise en charge clinique de 3 737 patients, dont 3 054 (81,7 %) traités par HCQ-AZ (d’hydroxychloroquine-Azithromycine) pendant au moins trois jours et 683 (18,3 %) patients traités par d’autres méthodes. »

 

« Nous avons diagnostiqué 6 836 patients (soit 10,4 % des patients venus consulter), dont 3 737 inclus dans notre cohorte. L’âge moyen était de 45 ans, 45 % étaient des hommes, et le taux de mortalité était de 0,9 % », est-il mentionné dans cette étude qui explique que « ni torsades de pointes [troubles du rythme cardiaque], ni morts subites n’ont été à déplorer ».

Sources :

https://academic.oup.com/aje/advance-article/doi/10.1093/aje/kwaa093/5847586
https://doi.org/10.1093/aje/kwaa093
https://www.theguardian.com/world/2020/may/29/covid-19-surgisphere-hydroxychloroquine-study-lancet-coronavirus-who-questioned-by-researchers-medical-professionals
https://zenodo.org/record/3862789#.XtDIRDozaUn
https://www.sify.com/news/lancet-issues-correction-on-study-that-led-who-to-pause-hcq-trial-news-national-uf4jOweeacfch.html







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Interdiction de la chloroquine: Véran a saisi le Haut conseil pour la faire interdire 3 heures seulement après la publication de l’étude Lancet contestée par de centaines de chercheurs… de nombreuses études démontrent le contraire

    1. doudou

      le pr veran est jaloux du pr raoult ,lui et micron ayant des acointances avec les laboratoires ,veulent discréditer ce dernier,pourtant il est prouvé que l’hydrochloroquine a soigné pas mal de patients !

    2. robert davis

      A peine le lancet ce magazine faussement scientifique et vraiment nazi sort un article mensonger sur le HCL que microbe se précipite pour lancer un décret contre le HCL : ce n’est pas seulement suspect mais surtout REVELATEUR des mensonges de micron!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *