toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Encouragée par la gauche, une régularisation de 600.000 clandestins musulmans en Italie sous prétexte de Coronavirus


Encouragée par la gauche, une régularisation de 600.000 clandestins musulmans en Italie sous prétexte de Coronavirus

Alors étonnez-vous que le gouvernement de Giuseppe Conte a décidé de régulariser les travailleurs sans-papiers pour diminuer l’impact de la Covid-19. Cette mesure exceptionnelle, appelée « décret reprise » a été adoptée le 13 mai 2020 par le gouvernement italien qui a décidé de régulariser les sans-papiers.

La régularisation de nombreux sans-papiers, va logiquement s’accompagner de la régularisation de nombreux dont le permis de séjour est venu à expiration. Au total, cette décision concerne 600.000 personnes. Seules les personnes déjà présentes sur le sol italien avant la date du 8 mars 2020 sont concernées par cette régularisation et devront le démontrer. Elles auront également besoin d’un contrat de travail.

Mais le gouvernement italien la juge nécessaire en considération des dommages économiques dus au coronavirus.

Une attention particulière sera accordée dans les prochains mois aux orientations qu’entend donner le gouvernement au pays en matière d’immigration. Matteo Salvini a multiplié les initiatives durant son passage au ministère de l’Intérieur pour durcir l’approche des autorités à ce sujet, ce qui a fait bondir sa cote de popularité.

Sous la gouverne de Matteo Salvini, l’Italie a refoulé à plusieurs reprises des vaisseaux ayant sauvé des migrants qui tentaient de traverser la mer Méditerranée. Le ministre de l’Intérieur avait notamment fait adopter en août 2020, avant l’éclatement de la crise politique, une loi qui permet de saisir les embarcations et d’imposer des amendes importantes aux commandants.

L’arrivée d’un nouveau gouvernement mène semble t-il un  assouplissement des politiques en place à ce sujet. La mise à l’écart de Matteo Salvini encourage désormais les nouveaux sans-papiers. Giuseppe Conte dit avoir le cœur qui bat traditionnellement à gauche. Son gouvernement compte  vingt et un ministres dont dix appartenant au Mouvement 5 Étoiles, neuf au Parti démocrate et un à la formation politique d’extrême gauche “Libres et Égaux”.

L’alliance hétéroclite entre le Parti démocrate et le M5S rend à nouveau fréquentable la gauche antisystème. Le pays fait pourtant  face au péril vert. Le nier, c’est l’encourager et la facture du futur sera terrible notamment en Italie où son implantation se fait avec l’aide de la bien-pensance qui croit le manipuler pour faire prospérer sa boutique altermondialiste. De la France qui est l’émanation de l’islamo-gauchisme, en passant par l’italie, tous les pays tentent de nouer des alliances contre nature avec la gauche immigrationniste.

La conversion à l’islam d’une ex-otage provoque la polémique en Italie

Un pays majoritairement catholique, la conversion à l’islam d’une ex-otage provoque la polémique en Italie.

Libérée après 18 mois de détention aux mains du groupe islamiste al-Shebab, l’humanitaire italienne Silvia Romano, 25 ans, s’est convertie à l’islam durant sa détention.

Un député de droite en Italie a été réprimandé mercredi après avoir qualifié une «néo-terroriste» une jeune Italienne convertie à l’islam alors qu’elle était retenue en otage en Somalie.

Silvia Romano, 24 ans, est descendue d’un avion du gouvernement italien portant le hidjab vert typique des femmes musulmanes somaliennes. Elle aurait déclaré aux procureurs de Rome qu’elle s’était convertie librement au cours de son calvaire d’enlèvement de 18 mois, qui comprenait la détention en captivité par des militants al-Shabab en Somalie.

L’ancienne otage Silvia Romano à son arrivée en Italie

 

Alessandro Pagano, un élu du parti anti-migrant League, a attiré des huées et une réprimande de collègues de la chambre basse du Parlement après avoir mentionné la cas de Romano tout en se plaignant du refus du gouvernement de rouvrir des églises pendant la fermeture du coronavirus.

Pagano a allégué qu’il y avait une « forte tendance anti-religieuse » dans le gouvernement de coalition actuel de l’Italie, ajoutant « et pourtant quand un néo-terroriste revient … » Sa remarque était une référence apparente à la décision du Premier ministre italien et ministre des Affaires étrangères de accueillir Romano à l’aéroport de Rome Ciampino à son retour.

Les autorités italiennes ont annoncé samedi 9 mai  2020 la libération de la jeune Italienne Silvia Romano, 25 ans, enlevée en novembre 2018 par des membres du groupe islamiste al-Shebab alors qu’elle travaillait comme bénévole dans une ONG au Kenya. Emmenée en Somalie, régulièrement déplacée d’un lieu de détention à un autre, elle est finalement revenue au pays le 10 mai après de longues tractations entre le groupe islamiste et les agents du renseignement italiens, appuyés par leurs homologues turcs.

Cités par La Repubblica, les enquêteurs n’excluent pas que cette conversion soit le résultat de la situation psychologique éprouvante dans laquelle s’est trouvée Silvia Romano pendant ces 18 mois : «Il y a eu d’autres cas dans le passé».

La Repubblica, qui juge que cette conversion est «une double victoire des shebabs» : «D’assassins cruels, les shebabs peuvent désormais être considérés des geôliers pleins de compassion, puisqu’ils ont réussi à pousser leur otage à embrasser leur dieu», affirme le quotidien de centre-gauche.

Une embrasure psychologisante explorée avec plus ou moins de finesse sur les réseaux sociaux, où nombre d’internautes comparaient la jeune Milanaise à diverses personnalités réelles ou fictives emblématique du «syndrome de Stockholm», caractérisé chez d’anciens otages par une sympathie pour leurs ravisseurs et une hostilité envers les forces de l’ordre – critères non établis chez Silvia Romano.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Encouragée par la gauche, une régularisation de 600.000 clandestins musulmans en Italie sous prétexte de Coronavirus

    1. robert davis

      Il est bien dommage pour les Italiens et les européens que Salvini ne gouverne plus l’Italie : ce ridicule conte détruit l’Italie politiquement et économiquement et on ne voit pas la relation entre le virus et les régularisations sinon qu’elles sont à l’opposé de la logique car du fait du virus le chomage dans tout l’occident augmente et on n’a vraiment pas besoin de la M.O. de ces nègres mus qui ne font que du dégat à l’économie et encore plus aux populations locales dont elle préparent le remplacement!!!

    2. Pinhas

      Ce sera seulement lorsqu’ils se feront égorgés que ces sombres crétins comprendront leur lâcheté et leur collaboration avec l’ennemi.

    3. Anti islam

      Et voilà, régulariser pour but de les faire voter contre la monté de Salvini, malin la gauche, toutes ces pourritures de gauche sont à fusiller pour haute trahison !!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *