toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Une université américaine reçoit de Chine des kits de test contaminés


Une université américaine reçoit de Chine des kits de test contaminés

L’école de médecine de l’université de Washington (UW) a fait des efforts extraordinaires pour recevoir par avion des dizaines de milliers de kits de test de coronavirus chinois pendant une pénurie nationale causée par la déficience des tests fabriqués par des fonctionnaires incompétents des Centre de contrôle et prévention des maladies (CDC).

Un importateur de Seattle a fait appel à un correspondant chinois pour obtenir des kits de test d’une usine de Shanghai, Lingen Precision Medical Products, et les envoyer dès que possible dans un avion affrété par Amazon. UW Medicine a alloué 125 000 dollars US à l’achat de ces kits.

Hélas, fin de semaine dernière, l’affaire a pris un tournant inattendu : les kits de test étaient contaminés.

UW Medicine a arrêté l’utilisation des kits de test de Lingen Precision Medical Products, après qu’un petit pourcentage de ces kits ait montré des signes de contamination.

« J’ai recommandé à tous ceux qui ont ces tests de faire une pause et de ne pas les utiliser », a déclaré Geoff Baird, le président par intérim du département de médecine de laboratoire de l’Université de Washington, qui faisait partie du groupe qui s’est donné beaucoup de mal pour trouver et commander ces tests.

« Je ne peux pas dire que je ne suis pas déçu ».

M. Baird a déclaré qu’il avait appris l’existence du problème le 16 avril, lorsqu’un collègue lui a signalé qu’une partie du liquide des flacons qu’il avait envoyés semblait avoir changé de couleur.

Baird a dit qu’il s’est immédiatement rendu à l’endroit où UW Medicine stocke des kits de test et a commencé à « déchirer fébrilement les cartons d’emballage ».

Beaucoup de flacons semblaient être en bon état. Mais le liquide dans un petit pourcentage d’entre elles avait pris une couleur orange ou jaune, plutôt que rose vif, ce qui indiquait une croissance bactérienne. Certains semblaient également troubles.

Baird a estimé que pas plus de quelques pour cent des kits de test qu’il a vus avaient été touchés.

Les tests de laboratoire ont ensuite confirmé la présence d’une bactérie appelée Stenotrophomonas maltophilia, qui se développait dans les échantillons clairement contaminés. Mais après un examen plus approfondi, M. Baird a déclaré qu’il ne pensait pas que la croissance bactérienne ait probablement affecté les échantillons qui ont déjà été analysés, et qu’il ne pensait pas que quiconque devrait être retesté. Il a déclaré que les scientifiques ont ajouté des échantillons connus du nouveau coronavirus au liquide de conservation des échantillons contaminés, appelé milieu de transport viral, et l’ont comparé à un liquide non contaminé.
« Il n’y a absolument aucune différence », a-t-il dit.

Baird a dit qu’il avait mis en pause les commandes supplémentaires.

Anita Nadelson, la femme d’affaires de Seattle qui a aidé à commander les kits grâce à ses contacts commerciaux chinois, a déclaré que le fournisseur chinois avait dit qu’il rembourserait. C’est le moins qu’il puisse faire…

« Ils travaillent avec diligence pour identifier et résoudre le problème », a déclaré Nadelson. « Nous les avons examinés du mieux que nous pouvions. C’est un tournant inattendu des deux côtés ».

Mon expérience avec les fabricants chinois me dit qu’ils doivent se sentir honteux, humiliés, et qu’ils cherchent à remédier d’urgence au problème.

« Nous sommes également, par excès de prudence, en train de tester les prélèvements eux-mêmes, qui ont été emballés séparément », a déclaré M. Baird.

Parce que la contamination a été trouvée dans le liquide de conservation des échantillons, qui n’est pas en contact avec les patients, M. Baird a déclaré : « nous ne pensons pas qu’il y ait un réel mécanisme de préjudice pour les patients ».

Baird a déclaré que S. maltophilia est « omniprésent » et qu’il est un contaminant commun.

« Il vit sur des surfaces et sur des objets et des tubes d’usine », a-t-il déclaré. « Je pense que c’est dans votre maison, ma maison, c’est sur tout. »

Cependant, sur son site web, le National Institutes of Health indique que S. maltophilia peut causer des problèmes chez les personnes ayant un système immunitaire affaibli ou dans les hôpitaux.

Des kits contaminés distribués aux laboratoires de santé publique

M. Baird a déclaré avoir donné 20 000 kits de test à l’institut de Santé publique du comté de Seattle & King, et 15 000 autres au laboratoire de santé publique de l’État.

« Je ne sais pas encore combien ils en ont distribué », a-t-il déclaré.

Dans un communiqué de presse publié dimanche, le ministère de la santé de l’État a déclaré qu’il avait rappelé environ 12 000 kits envoyés aux autorités sanitaires locales, aux nations tribales et à d’autres partenaires.

« Nous travaillons avec nos partenaires pour qu’ils se débarrassent du produit et nous nous efforcerons de les remplacer aussi vite que possible », a déclaré John Wiesman, le secrétaire d’État à la santé, dans un communiqué.

« Environ 5 000 des 20 000 qu’ils nous ont donnés ont été distribués par nous, et environ 300 ont été utilisés », a déclaré James Apa, un porte-parole de la Santé publique – comté de Seattle & King, ajoutant que « le problème du kit lui-même ne devrait pas présenter de risque pour la santé des patients ».

© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Sources :

https://www.dailymail.co.uk/news/article-8245157/University-Washington-forced-halt-use-coronavirus-testing-kits-bought-China.html

https://www.sciencetimes.com/articles/25409/20200421/contaminated-coronavirus-testing-kits-from-china-force-uw-school-of-medicine-to-pull-out-use-despite-limited-supply.htm

https://www.newsmax.com/us/test-kits-contaminated-pandemic-washington/2020/04/22/id/964199/

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Une université américaine reçoit de Chine des kits de test contaminés

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    899 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap