toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Une jeune député iranienne a osé dire une vérité « Rouhani gaspille l’argent iranien pour soutenir les Palestiniens qui ne le méritent pas »


Une jeune député iranienne a osé dire une vérité « Rouhani gaspille l’argent iranien pour soutenir les Palestiniens qui ne le méritent pas »

La députée iranienne Soukina Almasi a envoyé un message clair au président Hassan Rouhani, dans lequel elle dit que la cause de la Palestine vole le pain quotidien des iraniens.

Dans sa missive la parlementaire Soukina Almasi a écrit à Hassan Rouhani que son gouvernement « gaspille l’argent iranien pour soutenir les Palestiniens qui ne le méritent pas et, comme des bons profiteurs, ils sucent le sang des chiites iraniens« .

S’adressant à Rouhani, Almasi a ajouté: « M. Rouhani … abaissez un peu le verre feuilleté de votre voiture blindée et regardez les gens qui ont plus besoin d’aide gouvernementale que les Arabes palestiniens . »

Et si cette colère, de Soukina Almasi est légitime. 

Le régime continue de financer des activités terroristes à l’étranger alors que les Iraniens ont à peine de quoi acheter du pain, des yaourts et d’autres produits de base.

En 2019, le gouvernement iranien a dépensé 5 milliards de dollars pour la force Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (FQ-CGRI) parce qu’il soutient le Hezbollah, le Hamas et d’autres organisations terroristes étrangères, et qu’il planifie des attentats en Europe.

Dans le même temps, l’économie de l’Iran a reculé de près de 7 %, et l’inflation est passée de 30 % à 41 %. Résultat : les Iraniens ordinaires ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. Le prix des légumes, par exemple, a fait un bond de 133 % en janvier 2020 par rapport à l’année précédente, et le prix de la viande a augmenté de 117 %,. Et malgré tout, l’Iran n’a pas cessé d’exporter le terrorisme.

Malgré la contraction de l’économie, le régime augmente ses dépenses de répression. Son projet de budget 2019-2020 accorde une augmentation de 32 % au ministère iranien du Renseignement, qui surveille et réprime les Iraniens, indique un rapport de la Foundation for the Defense of Democracies (FDD), un groupe de réflexion à Washington.

En 2018, la force de maintien de l’ordre qui surveille les Iraniens a bénéficié d’une hausse colossale de 84 %, selon l’International Institute for Strategic Studies (IISS), un groupe de réflexion à Londres. Le durcissement de la sécurité intérieure fait suite aux protestation qui ont dénoncé la mauvaise gestion de l’économie et le financement de la force Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (FQ-CGRI).

Selon Saeid Golkar, spécialiste du Moyen-Orient et professeur de sciences politiques à l’université du Tennessee à Chattanooga, le renforcement des forces de sécurité intérieure en période de crise est une procédure courante des régimes oppressifs qui ne se soucient que d’eux-mêmes.

« Le citoyen lambda n’a jamais été important, il n’est pas important et il ne sera jamais important pour la République islamique d’Iran, a déploré M. Golkar. Concentrer son attention sur l’armée – c’est la première politique qu’il faut suivre, parce qu’on a besoin de [l’armée] pour réprimer le peuple. »

Ce régime, contrairement à la plupart des régimes dans le monde, se sert des revenus du pétrole pour soutenir le terrorisme, financer des organisations terroristes et financer son programme de missiles. 

L’Iran a annoncé  en décembre 2019 un « budget de résistance » face aux sanctions asphyxiantes imposées par les Etats-Unis, son ennemi juré. Le budget présenté au Parlement par le président Hassan Rohani s’élève à 4.845.000 milliards de rials (près de 33 milliards d’euros au taux du marché libre) et comprend selon lui un « investissement » russe de cinq milliards de dollars (environ 4,5 milliards d’euros) en train d’être finalisé.

Le retrait unilatéral des Etats-Unis en 2018 de l’accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015 et le rétablissement dans la foulée de lourdes sanctions contre l’Iran ont asphyxié son économie notamment le secteur vital du pétrole.

A la suite de la violation par le régime iranien de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies et des essais d’un missile balistique capable de transporter des armes nucléaires, les sanctions américaines ont été réinstallées les unes après les autres. Le département du Trésor américain a émis un nouvel avis à la Maritime Petroleum Shipping Community, bloquant littéralement les tentatives du régime iranien de contourner les sanctions, annulant effectivement les exportations de pétrole du régime iranien.

Depuis 2018, plusieurs sanctions ont été imposées à l’Iran dans le cadre de la campagne de « pression maximale » de l’administration américaine. Selon le Fonds monétaire international, les exportations de brut de l’Iran ont chuté de 72 % en 2019 à moins de 600.000 barils par jour comparé à 2016, année qui a suivi celle de la conclusion de l’accord sur le nucléaire iranien, assorti de la levée de sanctions.

 

Financement du terrorisme : le GAFI rétablit toutes les sanctions contre l’Iran

En février 2020 Le Groupe d’action financière (GAFI) a rétabli l’ensemble des sanctions contre l’Iran, jugeant que Téhéran n’avait pas pris les mesures attendues contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Le GAFI est un organisme intergouvernemental créé en 1989 qui a pour objectif d’assainir le système financier international en incitant les pays membres ou ceux souhaitant le rejoindre à se doter d’une législation contre le blanchiment d’argent et le financement du « terrorisme ».

En juin 2016, après la volonté exprimée par Téhéran de se joindre au GAFI, l’organisme international avait suspendu les « contre-mesures » (sanctions) prises par ses membres contre l’Iran, le seul pays qui figure sur sa liste noire avec la Corée du Nord, pour lui donner le temps de se mettre en conformité avec les normes internationales.

Trois ans et demie plus tard, le GAFI revient sur sa position : « Compte tenu de la non-application de la Convention de Palerme contre la criminalité transnationale organisée conformément à nos normes, le GAFI lève la suspension de toutes les sanctions et appelle ses membres à les appliquer de manière efficace » contre l’Iran, a-t-il indiqué dans un communiqué diffusé au terme d’une réunion à Paris.  
Depuis 2016, parallèlement au durcissement de l’administration Trump à l’égard de Téhéran, le GAFI avait adressé plusieurs mises en garde à l’Iran qui ne ratifie pas la Convention de Palerme et les conventions financières contre le terrorisme.

Le terrorisme et le bellicisme sont indispensables à ce régime et essentiels à sa survie. Il n’abandonnera jamais le financement du terrorisme ni le blanchiment d’argent. Il ne se soumettra jamais non plus à la transparence financière. Le commerce avec ce régime ne sert pas les intérêts du peuple iranien et ne fait qu’alimenter la machine de répression et de terrorisme des mollahs.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Une jeune député iranienne a osé dire une vérité « Rouhani gaspille l’argent iranien pour soutenir les Palestiniens qui ne le méritent pas »

    1. robert davis

      Il faut augmenter l’étranglement de l’économie iranienne jusqu’à ce que les mollahs arrivent au bout du rouleau. Le bombardement de ses sites nucléaires peut achever ce régime nazi.

    2. marcus 88

      L ÉTERNEL DIEU DE LA BIBLE DIT A ISRAËL .JE BÉNIRAIS CEUX QUI TE BÉNISSENT ET JE MAUDIRAIS CEUX QUI TE MAUDISSENT CHACUN RÉCOLTERA CE QUI LA SEMÉE

    3. Pinhas

      Bravo à cette députée courageuse pour ce cri , cet appel au secours pour le peuple Iranien.
      Elle sait ce qu’elle risque en agissant ainsi .
      Elle sait que si on l’emprisonne ou la tue le peuple se soulèvera et peut-être écrasera toute cette vermine ( religieuse )

    4. Moka

      Elle aurait dû dire : La haine d’Israël vole le pain des iraniens ,cette haine qui unis tous muzzzs à travers le monde islamique ( et non islamique aussi )malgré leurs différents.Une part infinie de vérité que l’on aimerait bien ettendre de la part des dirigeants du Maghreb et du Moyen-Orient et d ´Asie .Cette cause palestinienne si chère aux antisémites muzzs du Maghreb qui vole aussi le pain de la bouche de nombreuses personnes dans le besoin ..On déshabille les pauvres ,pour vêtir les riches .Les assistés ,les quémandeurs, les pauvres chéris en territoire volé ,prison à ciel ouvert .Engraissé généreusement par de nombreux pays à travers le monde dont les masochistes israéliens ,nourrir et soigner ces ingrats qui savent se montrer très reconnaissant .La majorité des palestiniens ne veulent pas la paix mais l ‘aneantissement d ´Israël.

    5. doudou

      voila une deputee qui n’a pas froid aux yeux et qui dit tout haut ce que certains pensent tout bas,en effet  » les palestiniens,leur president et ceux qui les soutiennent ne meritent pas qu’on s’apesantisse sur leur sort,rouhani et sa clique egalement d’ailleurs,surtout qu’ils ont une haine viscerale d’israel,j’espere qu’Achem punira toute cette racaille qui veut du mal aux juifs et à israel,aussi bien » les muses que les non muses »;amen.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *