toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Suède : les réfugiés devenus contribuables demandent à être entendus, « Nous faisons partie de ce pays, que cela vous plaise ou non »


Suède : les réfugiés devenus contribuables demandent à être entendus, « Nous faisons partie de ce pays, que cela vous plaise ou non »

En utilisant le slogan « Je suis 2015 », d’anciens réfugiés qui ont élu domicile en Suède ont raconté comment ils sont devenus partie intégrante de la société. Ils veulent que les politiciens voient que les réfugiés deviennent des chauffeurs de bus, des infirmières, des artistes – et des contribuables.

[…] Atoosa Farahmand était également une réfugiée. En 2015, lorsque des millions de personnes ont demandé une protection en Europe, les autorités suédoises traitaient sa demande d’asile. Elle a réussi à obtenir un emploi avant même d’avoir obtenu la résidence l’année suivante.

Ainsi, début mars, lorsque le parti libéral-conservateur Modéré a publié sur Facebook une photo de son chef, Ulf Kristersson, portant des vêtements de chasse et les mots: « Renforcez la frontière. La crise des réfugiés de 2015 ne doit jamais se répéter », a déclaré Farahmand en colère.

« J’ai pensé: ‘Comment a-t-il dépeint 2015 ?’ », Dit-elle. « Et dire aux gens que 2015 ne devrait pas se reproduire en Suède. »

Elle est allée sur Facebook et a posté une photo d’elle dans la même pose que Kristersson, les bras croisés, regardant directement dans la caméra au-dessus des mots: « Jag är 2015!  » – Je suis 2015. Et elle s’est adressée à lui, racontant sa propre histoire, qu’elle a payé des impôts, respecté la loi, appris à parler couramment le suédois.

« Nous devons faire prendre conscience de la façon dont les réfugiés peuvent être positifs pour le pays », a-t-elle écrit en suédois. « Nous devons être entendus par tous ces politiciens qui parlent dans notre dos. Nous sommes tous des gens, et ceux qui se trouvent maintenant à la frontière entre la Turquie et la Grèce sont exactement comme vous et moi. »

« Vous dites que 2015 ne devrait plus jamais se produire », a-t-elle écrit à Kristersson. « Je voudrais dire que je fais partie de 2015 avec beaucoup d’autres, et nous faisons partie de ce pays, que cela vous plaise ou non. »

Elle a fini par encourager les autres à raconter leurs propres histoires de 2015. En quelques heures, son message était devenu viral.

Une nouvelle vie en Suède

Maintenant, un mois plus tard, Farahmand a recueilli plus de 1 500 histoires de personnes qui disent qu’elles sont aussi en 2015. Beaucoup sont d’anciens réfugiés de Syrie, d’autres d’Afghanistan ou de Somalie, ou ce sont des Suédois dont la vie a changé en 2015 lorsqu’ils ont aidé des réfugiés. et les migrants s’installent en Suède.

[…] Alors que la Suède a accordé l’asile en masse aux Syriens fuyant la guerre dans leur pays, elle n’a pas, comme de nombreux autres pays européens, dont l’Allemagne, offert les mêmes protections aux Afghans, dont le pays est secoué par la guerre et la violence depuis des décennies.

Une nouvelle discussion

« Mon objectif en ce moment est de rassembler toutes les histoires et de les transmettre au Parlement, à tous les politiciens élus, dans un acte physique », explique Atoosa Farahmand. « Ils doivent lire toutes les histoires. Nous faisons partie de ce pays, et il est très important qu’ils entendent nos voix, et que nous [entamions] une nouvelle discussion pour trouver des solutions à la situation en Grèce, mais aussi en Suède. « 

Mais les politiciens suédois ne sont pas seuls, dit-elle. « Ma position n’est pas seulement que la Suède doit prendre ses responsabilités, mais que tous les pays de l’UE doivent prendre leurs responsabilités. Vous savez combien de réfugiés se trouvent en Grèce en ce moment? Si vous les divisez en 27 pays de l’UE, cela ne ce ne sera pas une crise. Ce ne serait rien. « 

Farahmand veut voir le « Jag är 2015 » se transformer en un mouvement européen, avec des contributions de personnes de tout le continent, élevant leurs voix et se faisant entendre.

[…]dw.com

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Suède : les réfugiés devenus contribuables demandent à être entendus, « Nous faisons partie de ce pays, que cela vous plaise ou non »

    1. Filouthai

      Ce n’est pas parce qu’elle paie 10 euros d’impôt qu’elle est suédoise !
      Ce n’est pas parce qu’elle a appris le suédois qu’elle est suédoise !
      Ce n’est pas parce qu’elle travaille depuis deux ans qu’elle est suédoise !

      Je n’ai pas lu qu’elle remerciait la Suède et les suédois de l’avoir accueillie et de lui avoir donné une chance ?
      Cette dame fait partie de ces musulmans qui croient que tout leur est du et qui méprisent les infidèles.
      Renvoyez la chez elle avant d’avoir de plus graves problemes.

    2. robert davis

      Rien d’étonnant à ce que cette arabe qui se prétend suédoise dit: le virus covid19 aussi fait partie intégrante de l’homme tant qu’il ne le rejette pas, il n’est pas acceptable pour autant. Ces mus introduits par des politicards fous comme la merkel ou micron, une fois accrochés à la cellule humaine font partie intégrante de la personne et le tuent.

    3. LeClairvoyant

      « Le nid du coucou ».
      On connaît tous histoire. La corneille a fait son nid, et le coucou profite d’une absence de la corneille, et pond un œuf, mais elle se dit: «dans une maison qui a à manger pour 5 il y a manger pour 6». Puis l’œuf du coucou couvé par la corneille éclot quelques heures avant ceux de la corneille, et le filou enfant du coucou, met du cœur à l’ouvrage pour jeter du nid les œufs de la corneille qui commencent à éclore, et les petits de la corneille qui sont déjà sortis de la coquille, mais un à un cet rejeton d’intrus, les balance du haut du nid, puis la corneille ne comprend pas comme ses petits disparaissent les uns après les autres, et n’ayant d’autres enfants que ce bâtard, elle l’élève comme un prince ; pendant que le couple des coucous rependent ses cris suspects, coucou, cocu à toutes les corneilles, nous les coucous on est les oiseaux les plus rusés au monde et les plus feignants, nous faisons nourrir nos enfants par les corneilles, pendant que nous passons de bon-temps, on prie pour que le monde soit à nous et que les kons-kons nous remettent le Prix Nobel pour notre invention, qui nous va si bien. Amen !
      ,

    4. Ratfucker

      « Un autre contresens majeur, régulièrement infligé, est celui qui justifie l’accueil inconditionnel des immigrés par la vertu d’hospitalité, alors que celle-ci n’est que la version la plus raffinée de la méfiance et même de la xénophobie : il suffit d’avoir vécu et travaillé dans le Second Monde, pour comprendre que non seulement l’hospitalité y est ritualisée afin d’entériner le statut particulier de l’étranger, ainsi maintenu à distance, mais aussi pour lui faire comprendre qu’il n’est qu’un invité temporaire, non destiné à s’incruster. S’il ne le comprend pas, il devient un intrus et l’aimable accueil se transforme instantanément en son contraire, loi tristement vérifiée par la fin malheureuse du Capitaine Cook. »
      Si les incrustés ne comprennent pas qu’ils doivent se plier aux lois et coutumes du pays qui leur offre l’hospitalité, il leur restera le choix entre le barbecue et la marmite.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    32 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap