toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Délit de blasphème, en garde à vue pour une banderole «Macronavirus»: des milliers de banderoles en solidarité pour critiquer le gouvernement


Délit de blasphème, en garde à vue pour une banderole «Macronavirus»: des milliers de banderoles en solidarité pour critiquer le gouvernement

À la suite de la mise en garde à vue d’une jeune femme à Toulouse, pour avoir accroché une banderole « Macronavirus, à quand la fin ? » sur sa maison, les manifestations de soutien se sont multipliées. En retour, les convocations au commissariat se sont elles aussi multipliées, accentuant la polémique.

Accrocher une banderole « Macronavirus, à quand la fin ? » a valu à une jeune femme d’être mise en garde vue pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique ». Il lui a également été reproché d’avoir affiché publiquement son avis politique.

Une atteinte à la liberté d’expression que de nombreux Français n’ont pas acceptée. Des manifestations de soutien se sont ainsi multipliés partout en France et une vidéo a été mise en ligne par la CGT du CHU de Purpan à Toulouse, montrant les photos de 500 personnes posant avec le même message :

Quatre jours plus tard, ce mardi, ses colocataires ont également été convoqués au commissariat pour la même infraction, ce qui a accentué la polémique. D’autant que la banderole reprend un terme publié en Une de Charlie Hebdo en janvier 2020, comme le précise Claire Dujardin, l’avocate de la jeune femme.

Loading...

Son avocate dénonce ainsi une atteinte à la liberté d’expression et une action policière disproportionnée. Plusieurs collectifs d’associations, syndicats et partis politiques ont également appelé à ce que « ces pratiques répressives cessent immédiatement et soient condamnées par le gouvernement ou ses représentants ».

Cependant, le procureur de la République de Toulouse ne l’entend pas de cette oreille et a bien l’intention de poursuivre les investigations. Ce dernier ayant demandé aux services de police d’intervenir au domicile des personnes ayant accroché ce genre de banderoles.

Une décision que la Ligue des droits de l’Homme de Toulouse dénonce, décrivant le procureur de « ridicule » et « dangereux ».

Sur sa page Facebook, la Ligue des droits de l’Homme déclare : « Le procureur de la République de Toulouse a demandé aux services de police d’intervenir au domicile de personnes ayant affiché à leurs balcons des banderoles portant l’inscription ‘Macronavirus, à quand la fin ?’ Des policiers se sont donc rendus aux domiciles de ces ‘dangereux délinquants’ et ont procédé à au moins une garde à vue sur le fondement juridique d’un outrage à personne dépositaire de l’autorité publique. »

« Outre le ridicule qui atteint le procureur et dont il ne semble pas avoir conscience, c’est sa volonté délibérée de s’en prendre à la liberté d’expression, même utilisée en termes ironiques, qui inquiète. Chargé, aux termes de son statut, de faire respecter la liberté de tous, le procureur de la République de Toulouse use d’une incrimination pénale détournée de ses fins dans le but d’intimider et de faire taire des opposants politiques », estime la Ligue des droits de l’Homme.

Celle-ci déclare également attendre avec impatience l’avis du Conseil supérieur de la magistrature. En précisant que face à un tel zèle, si aucune suite n’est donnée aux nombreuses plaintes déposées, laissant le procureur de la République continuer ses actions, alors « c’est l’institution judiciaire elle-même qui perd sa crédibilité ».

Learn Hebrew online

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Délit de blasphème, en garde à vue pour une banderole «Macronavirus»: des milliers de banderoles en solidarité pour critiquer le gouvernement

    1. Yéh'ezkel Ben Avraham

      Il est exact qu’il est insultant, pour le coronavirus, d’être comparé à Macron… ce dernier étant bien plus dangereux pour les Français!

    2. Miss Daisy

      Maintenant qu’ils ont réussi à enfermer la population dans les maisons-prisons sous prétexte de contamination et qu’ils continuent à la tenir par la peur de la mort, ils peuvent enfin sévir… ce qu’ils ne peuvent pas faire quand le peuple est dans la rue… Une certaine armée usait des mêmes procédés pour agir en toute impunité… la mise en place des « brigades sanitaires  » dont parle Édouard Philippe et le projet d’application de traçage sur les smartphones ressemblent fort au « badge » obligatoire de cette triste époque…

    3. Jankel

      Demandez donc aux flics de faire une action utile dangereuse pour eux, et vous allez les voir déguerpir leurs jambes à leur cou!

    4. robert davis

      La 5ème république du général dégueu est pourrie mais à qui la faute? aux veaux juifs compris! en Israel il parait que 90% des juifs français votent pour micron anti Israel par peuuuur de…Marine pro Israel! La c. est impardonnable. MARINE RESIDENTE.

    5. Jean Aimar

      Macron ne tolère pas le crime de lèse majesté , mais il adore la crème de baise majesté !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *