toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Ziad Khoury, préfet de l’Aisne, a pris un arrêté visant à interdire la vente d’alcool dans son département


Ziad Khoury, préfet de l’Aisne, a pris un arrêté visant à interdire la vente d’alcool dans son département

Le préfet a pris un arrêté visant à éviter «les troubles et violences, notamment intra-familiales».

Le préfet de l’Aisne ne veut plus une goutte d’alcool dans son département. Ziad Khoury a en effet pris un arrêté ce lundi soir visant à interdire la vente de toute boisson alcoolisée «dans l’ensemble du territoire du département de l’Aisne» jusqu’au 31 mars prochain.

«La consommation excessive d’alcool est de nature à créer des risques accrus de troubles et violences, notamment intra-familiales», est-il précisé dans l’arrêté édité hier soir et mis en pratique dès ce matin chez tous les commerçants de l’Aisne.

Barricades de palettes

«Nous avons reçu l’arrêté préfectoral ce mardi matin, explique-t-on au Carrefour Market de Villers-Cotterêts (Aisne). On a donc bâché tous les rayons “alcool” et affiché l’arrêté à l’entrée du magasin. Certains clients sont très déçus en arrivant, d’autres nous appellent pour vérifier si l’interdiction est bien passée.»

Le gérant d’un supermarché à Braine, à la frontière entre l’Aisne et la Marne, explique lui aussi qu’il a «reçu l’arrêté ce mardi vers 11 heures», même si «l’information fuitait depuis quelque temps sur les réseaux sociaux». «Je vais barricader mon rayon liquides avec des palettes, explique-t-il dépité. C’est une énorme problématique pour nous. On a déjà un magasin vide de chez vide, en rupture de stock sur de nombreux produits, et maintenant on se fait insulter par nos clients qui ne trouvent plus d’alcool. Les clients commençaient tout juste à accepter le confinement, alors là…» Plus inquiétant, ce directeur de magasin assure que ses clients «se dirigent tous vers la Marne voisine pour faire leurs courses», créant des flux peu compatibles avec les règles de confinement actuelles.

«On n’est pas contre une petite bière»

Ce n’est pas la première fois dans le département que de telles mesures sont prises, mais elles sont d’habitude plus limitées dans le temps. «Les jours de fête comme le 14 juillet, on doit souvent arrêter de vendre de l’alcool à partir de 19 heures, mais pas toute la journée…» poursuit-on au supermarché de Villers-Cotterêts.

Quoiqu’il arrive, cette interdiction sonne comme un coup dur pour les habitants de l’Aisne. «On se lève à 6 heures pour semer les betteraves et on passe la journée dans les champs, témoigne un agriculteur. Effectivement, on n’est pas contre une petite bière en début de soirée.» Lui aussi est allé se ravitailler dans la Marne.

Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Ziad Khoury, préfet de l’Aisne, a pris un arrêté visant à interdire la vente d’alcool dans son département

    1. Charles Martel

      @ yacocito
      La burqa ? On l’a déjà ! Elle est en circulation par le voile + le masque.
      La charia est complète puisque les bars, boites de nuit et concerts sont fermés.
      Ils ont gagné, mais que vont faire les djihadistes ? C’est le désert … plus de victime potentielle dans les rues.

    2. Yannouch

      Un préfet musulman sans doute, qui veut soumettre tout le monde à la charia en usant de son autorité professionnelle !!! débile !

    3. Well

      Son arrêté est abrogé, il veut nous faire croire que c’est lui-même qui l’a abrogé,ce qui m’étonnerait fort,pour sa charia,il attendra encore un peu .

    4. robert davis

      Avec plus de 10 m. de mus en France, leur démographie (excellente d’après les politicards grâce …à eux! sic) et leur invasion qui continue, la France n’a aucune chance de s’en sortir.Le seul espoir c’est un/une Présidente décidé/e à les expulser d’une manière ou d’une autre le plus simple étant d’arrêter de leur verser des allocs. ce que bien sûr micron ne fera jamais. MARINE PRESIDENTE.

    5. andre

      Je suis choque par ces messages de lecteurs. C’est pendant la crise du Coronavirus que ce prefet (peu importe sa religion) voulait interdire la vente d’alcool, pensant (avec justesse, sans doute) que cette periode etait suffisamment propice, deja, a des possibles exces dangereux. A titre de comparison; sans doute depuis fort longtemps (j’en ai fait l’experience il y a plus de cinquante ans), les supermarches se voient interdire aux Etats-Unis la vente d’alcool les jours d’election. Rien a voir avec la charia (dont, bien sur, nous combattrons toute velleite d’installation).

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *