toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’ultimatum des syndicats de policiers : sans masques, les policiers n’effectueront plus les contrôles du confinement. Beauvau retire les masques FFP2 aux agents car il y a bien une pénurie


L’ultimatum des syndicats de policiers : sans masques, les policiers n’effectueront plus les contrôles du confinement. Beauvau retire les masques FFP2 aux agents car il y a bien une pénurie

Les sept principales organisations syndicales de la police, des gardiens de la paix aux commissaires, ont mis en garde le ministère de l’Intérieur dans la soirée de ce mercredi 25 mars. Si les policiers n’ont pas de masques, ils n’effectueront plus les contrôles du confinement…

Le ton monte dans la police. Malgré les réunions, les annonces et les promesses, les masques n’arrivent toujours pas… La colère en bleu, elle, continue de grimper. Dans la soirée de ce mercredi 25 mars, les sept principales organisations syndicales de la police ont lancé un ultimatum à leur ministre. « Si les moyens de protection font défaut dans les services, les policiers ne feront que les missions réellement urgentes et ne procéderont plus au contrôle du confinement », préviennent les chefs de file d’Alliance, Synergie officiers, Unsa Police, SCSI, Unité SGP ainsi que les deux syndicats de commissaires, le SICP et le SCPN, dans un communiqué dévoilé ce jeudi matin.

De leur coté, les deux principaux syndicats de commissaires ont adressé le même jour un courrier à leurs adhérents. Le texte alerte « sur la situation préoccupante des forces de police » et dénonce aussi l’absence de matériel de protection dans les commissariats. « Une telle guerre ne peut être menée, encore moins gagnée, sans doter les troupes des indispensables armes de défense, afin que les chefs de service préservent la santé de leurs collaborateurs comme leur devoir l’impose », assènent les deux signataires, Olivier Boisteaux, président du SICP et David Le Bars, secrétaire général du SCPN.

« ON SAIT DEPUIS LE DÉBUT QU’ON N’EN A PAS ASSEZ »

Cette guerre des masques en train de s’envenimer a commencé dès le début de la crise sanitaire. Mi-février, les policiers de la région parisienne sont priés de fouiller coins et recoins de leurs commissariats à la recherche des tissus de protections, que ce soit les masques chirurgicaux FFP1 ou les masques plus conséquents, les FFP2. L’opération recensement vire au fiasco. Le 28, le premier constat tombe : non seulement le nombre de masques disponibles est ridiculement faible, mais certains stocks datent de 2001 alors que leur date de péremption est de 5 ans ! « On les a distribués quand même ! On sait depuis le début qu’on n’en a pas assez », admet un policier parisien.

Loading...

Mais avec le confinement du 17 mars, la pénurie va devenir criante. Les policiers, comme les caissières et les infirmières, sont priés de rester à leur poste quand les Français sont confinés chez eux. « On s’est retrouvé partie prenante de la chaine de soins, avec devant nous une crise sanitaire énorme, susceptible de tuer des milliers de gens, et toujours pas de masques ! » s’étrangle un syndicaliste.

POTENTIELS VECTEURS DE PROPAGATION DU VIRUS

Les 48 premières heures du confinement sont tendues. Mais les consignes du ministère de l’Intérieur interdisent toujours aux policiers de porter des masques sur la voie publique. « Ce n’est pas indispensable », clame Beauvau, qui semble surtout avoir pour objectif caché d’économiser un matériel en trop petites quantités.

Avec le confinement, le décalage entre ces consignes et la communication gouvernementale apparait abyssal. Alors que tous les spécialistes insistent sur le port des masques pour protéger les soignants, les policiers doivent toujours effectuer leurs contrôles nez au vent… Le 19 mars, les sept principales organisations syndicales de la police écrivent un premier courrier à Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur : « Vous persistez à dire que les policiers ne sont pas en risque ! Non seulement ils sont en risque, mais ils sont aussi potentiellement vecteurs de propagation de ce virus, à l’endroit de la population contrôlée, de leurs collègues, de leurs proches, de leurs familles. Ce danger que vous leur faites courir ne peut pas être entendu, encore moins compris, par les personnels que nous représentons. Souhaitez-vous prendre le risque de mettre de nombreux services de police hors d’état de fonctionnement comme cela a été le cas pour le commissariat de Sanary-Sur-Mer ? » grincent les sept chefs de file au nom de leurs adhérents.

LE PORT DE MASQUE LAISSÉ « À L’APPRÉCIATION DE CHACUN »

En conclusion de ce premier courrier, trois jours après que le chef de l’Etat ait décrété l’état de « guerre », les syndicats de police demandent d’abord à leur ministre, « solennellement », de donner « les instructions nécessaires pour autoriser le port des masques aux policiers ». Une demande qui avec le recul apparait surréaliste. Sous la pression, les instructions de la place Beauvau vont donc changer. Les policiers seront finalement autorisés, mais uniquement « en cas de nécessité », à porter leur masque chirurgical sur la voie publique. Coincé entre sa pénurie de matériel et le besoin de protéger ses agents, le ministère laisse désormais « à l’appréciation de chacun », le soin de… porter un masque. Mais chaque commissariat dispose de stocks très limités.

Lundi 23 mars, le ministère de l’Intérieur organise une réunion, par visio-conférence, entre les syndicalistes et Jérome Salomon, le directeur général de la Santé. Objectif de la séance, calmer la grogne et rassurer les policiers. « Cela a provoqué le résultat inverse, constate un participant. Jérome Salomon, le même que celui que l’on voit tous les soirs à la télé expliquer qu’il faut rester confiner, est venu nous dire qu’à moins d’un quart d’heure en tête à tête on ne risquait pas d’attraper le virus ! » raconte ce témoin. Devant les syndicalistes policiers, le patron de la DGS explique que dans leur cas le port du masque n’est donc pas indispensable. « Cette réunion n’a fait que conforter notre opinion sur l’absence de prise en compte par nos autorités des besoins vitaux, et urgents, des forces de l’ordre », écrivent alors les syndicats de commissaires dans leur courrier à leur adhérents.

« LA PREUVE QU’IL N’Y A PAS DE STOCKS DE MASQUES EN FRANCE »

Ce mercredi 25 mars, deux jours après cette réunion « ratée », un autre évènement va mettre le feu aux poudres. Le ministère de l’Intérieur somme ses commissariats de « mettre à la disposition du ministère de la Santé » tous ses stocks de masque FFP2, « périmés ou non ». « Avec cette demande, légitime si les hôpitaux en manquent, nous avons désormais la preuve qu’il n’y a pas de stocks de masques en France », raisonne un syndicaliste.

Learn Hebrew online

Ce mercredi 25 mars, les sept syndicats réclament donc de connaitre « l’état des stocks des masques disponibles » (Chirurgicaux, FFP1 et FFP2) au ministère de l’Intérieur. Ils veulent savoir combien de masques, de chaque catégorie, « ont été commandés pour faire face à la durée totale du confinement ». Enfin, ils exigent d’être informés « des délais d’approvisionnement et de distribution dans les services. »

MISE EN GARDE CLAIRE

Faute de réponse à ces trois questions, ces sept syndicats menacent de « ne plus assurer les contrôles de confinement ». « Les gendarmes qui disposent des stocks de masques de l’armée, et qui ont même des hélicoptères pour dire aux gens par mégaphones de rester chez eux, s’en chargeront », ironise un policier furax.

De leur coté, dans leur courrier adressé aujourd’hui à tous les commissaires, les deux syndicats sont tout aussi clairs : « Si nous devions ne plus avoir de moyens de protection disponibles dans les jours à venir, nous engageons nos collègues chefs de service à faire preuve de compréhension et de discernement dans leurs services respectifs, en privilégiant la sécurité des effectifs dont ils ont la charge et la responsabilité », écrivent les signataires. Là aussi, une mise en garde claire à l’attention du ministère de l’Intérieur. « Gardons toujours à l’esprit qu’imposer aux effectifs de terrain des contrôles sans protection peut constituer un manquement à une obligation de sécurité qui pourrait nous être reproché », concluent les commissaires. Pas de masque demain, pas de contrôle après-demain…

Loading...

Marianne

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *