toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Coronavirus : « En cherchant à limiter les dégâts pour l’économie, le gouvernement aura alourdi la facture »


Coronavirus : « En cherchant à limiter les dégâts pour l’économie, le gouvernement aura alourdi la facture »

Philippe Lemoine, auteur du blog « Nec Pluribus Impar », critique les simulations sur les prévisions du nombre de victimes du coronavirus et revient sur la stratégie du gouvernement. « En cherchant à limiter les dégâts pour l’économie (un objectif en soi tout à fait respectable), le gouvernement aura finalement alourdi la facture. »

Depuis plus d’une semaine maintenant, les Français sont confinés chez eux, bien qu’ils soient encore autorisés à sortir pour aller travailler, faire leurs courses ou promener leur chien. Pourtant, il y a à peine plus de deux semaines, le Président avait trouvé judicieux de se rendre au théâtre avec sa femme et d’expliquer que les gens ne devaient pas bouleverser leurs habitudes à cause du coronavirus. On voit avec cet exemple combien la perception de la menace que représente cette épidémie a changé du tout au tout, y compris au sommet de l’État, en un intervalle de temps extrêmement court.

Juste après l’annonce par le chef de l’État qu’il avait pris la décision de maintenir les élections municipales, j’avais publié un article dans lequel je critiquais cette décision et prédisais que le système hospitalier serait bientôt submergé par les cas de coronavirus nécessitant un admission en réanimation, ce qui risquait de faire exploser le taux de létalité si les besoins excédaient nos capacités. Malheureusement, la suite des événements a pour l’instant donné raison à cette prédiction, mais depuis la situation a évolué de telle façon qu’il est, selon moi, très difficile de savoir vers quoi nous allons.

CATASTROPHE SANITAIRE

Alors que jusqu’à il y a seulement une dizaine de jours, en dépit de ce qui s’était passé en Chine et de ce qui était déjà en train de se passer en Italie, quasiment tout le monde pensait que cette épidémie n’était qu’un phénomène sans importance, il semble que l’immense majorité des gens, au moins parmi les commentateurs, soient depuis passés à l’excès inverse et partent dorénavant du principe qu’il est certain que nous allons vers une catastrophe sanitaire qui va faire des millions de morts à travers le monde.

Cette prédiction apocalyptique a trouvé un soutien de poids la semaine dernière, après la publication par une équipe d’épidémiologistes prestigieux d’Imperial College à Londres d’un papier sur les simulations de l’épidémie qu’ils ont réalisées, dont les résultats ont été présentées à l’Élysée le 12 mars, juste avant que le président ne prenne malgré tout la décision de ne pas reporter le premier tour des élections municipales. Ces simulations battent en brèche la stratégie de l’aplatissement de courbe, qui consiste à ralentir la diffusion de l’épidémie pour l’étaler dans le temps et éviter que les services hospitaliers croulent sous le nombre de cas à traiter, sans pour autant chercher à arrêter complètement l’épidémie.

En effet, d’après les résultats de ces simulations, même les mesures qui ont été proposées pour implémenter une stratégie de ce type ne permettraient pas d’empêcher la submersion du système hospitalier, puisque, dans le meilleur des cas, les besoins en lits de réanimation seraient huit fois supérieurs à notre capacité. Si rien n’est fait, le nombre de morts serait de plus de 500.000 en Grande Bretagne et de plus de 2 millions aux États-Unis, mais, dans le meilleur des cas toujours, les mesures visant simplement à ralentir l’épidémie ne parviendraient à diminuer le nombre de morts que de moitié. Les simulations présentées dans le papier concernent la Grande-Bretagne et les États-Unis, mais dans le cas de la France, on peut supposer un nombre de victimes dans le même ordre de grandeur.

FAUT-IL CROIRE CES SIMULATIONS ?

Les auteurs de cette étude concluent donc que, pour éviter un carnage (d’autant que les estimations du nombre de morts données plus haut ne prennent pas en compte l’explosion du taux de létalité que provoquerait la submersion du système hospitalier), une stratégie visant seulement à ralentir l’épidémie n’était pas viable et que le seul moyen était d’adopter une stratégie beaucoup plus radicale pour arrêter complètement l’épidémie. Mais leurs simulations montrent qu’il faudrait alors rester confinés jusqu’à ce qu’un vaccin ou une autre solution pharmaceutique soit disponible, ce qui pourrait prendre plus d’un an. Le problème est que, comme je l’ai expliqué dans un article où je décortique le modèle en détail et que je vous invite à consulter si vous souhaitez en savoir plus, il est douteux que nous puissions faire confiance aux résultats de ces simulations.

En quelques mots, le modèle utilisé pour réaliser ces simulations commence par générer une population de plusieurs millions d’individus (la taille varie selon le pays où l’on veut simuler la propagation de l’épidémie), répartie sur le territoire de façon à reproduire la distribution de la population dans la réalité. À chaque étape de la simulation, correspondant chacune à une durée de 8 heures dans la réalité, le modèle calcule la probabilité que chaque individu ait été infecté pendant cette période, en fonction des gens qu’il a côtoyés au travail, à la maison ou à l’école et dans la rue et selon que ces derniers étaient infectés ou pas, puis fait un tirage aléatoire pour déterminer selon cette probabilité si l’individu a été infecté pendant cette période.

Les différentes politiques qui peuvent être adoptées pour ralentir ou arrêter complètement l’épidémie affectent le taux de contact entre les gens dans chaque environnement et donc les résultats de la simulation. Ensuite, il n’y a plus qu’à laisser tourner la simulation pendant quelque temps, pour voir comment l’épidémie progresse dans le temps. Les auteurs de l’étude ont fait tourner cette simulation plusieurs fois avec différentes combinaisons de politiques en place pour voir comment chacune affecte la propagation de la simulation et c’est ainsi qu’ils sont arrivés aux conclusions que j’ai décrites brièvement plus haut.

DES HYPOTHÈSES LARGEMENT ARBITRAIRES

Le problème est que, comme je l’explique en détail dans le papier que j’ai écrit sur la question, il est douteux que nous puissions vraiment nous fier à ces résultats. En effet, non seulement les auteurs de l’étude auraient pu spécifier le modèle de façon sensiblement différente, mais, de surcroît, ils ont dû faire beaucoup d’hypothèses largement arbitraires sur la valeur des paramètres du modèle. On ne sait pas et, comme ces simulations requièrent des ressources computationnelles énormes et prennent beaucoup de temps, on ne peut pas savoir, comment les résultats auraient été affectés si les auteurs avaient essayé une des milliers d’autres façons, tout aussi plausibles, de spécifier et de paramétriser le modèle. Peut-être qu’ils auraient été très similaires, mais outre que ça paraît très improbable, on n’en sait rien.

Par exemple, ils font l’hypothèse qu’une politique de confinement réduit certes les contacts en dehors du ménage, mais qu’elle augmente ces derniers de 25% au sein des ménages. Pourquoi 25% plutôt que 50% ou 75% ? La vérité c’est que les auteurs de l’étude n’avaient aucune raison de préférer une valeur de 25% plutôt qu’une valeur de 50% ou 75%, mais il fallait bien qu’ils en choisissent une et, comme je viens de l’expliquer, ils ne pouvaient pas essayer toutes les valeurs dans l’intervalle assez large de celles qui sont intuitivement plausibles. À mon avis, bien qu’intellectuellement je trouve ce genre de modèle très intéressant, il y a beaucoup trop de degrés de liberté dans la spécification du modèle et le choix de la valeur des paramètres pour qu’un tel exercice soit vraiment utile à la prise de décision.

Tout un tas de théories ont été proposées pour expliquer ces incohérences, qui sont d’ailleurs souvent plausibles, mais la vérité est que pour l’instant on en sait rien.

Comme je l’explique plus en détail dans mon article sur le modèle d’Imperial College, la situation est vraiment très étrange, les données que nous avons sont difficiles à interpréter, généralement de mauvaise qualité et souvent difficiles à réconcilier entre elles. Pour ne citer qu’un exemple, comment se fait-il que des pays comme l’Allemagne et le Japon comptent si peu de morts par rapport à l’Italie ou même l’Espagne et la France, alors qu’a priori le virus y est présent depuis aussi longtemps sinon plus ? Tout un tas de théories ont été proposées pour expliquer ces incohérences, qui sont d’ailleurs souvent plausibles, mais la vérité est que pour l’instant on en sait rien.

Il est possible que le nombre de morts dans ces pays se mette bientôt à exploser, mais il est aussi possible qu’il continue d’augmenter doucement. Je n’ai aucun doute que le coronavirus est intrinsèquement plus dangereux que la grippe, un point que je discute aussi dans mon papier, mais une théorie que personnellement je considère tout à fait plausible est qu’il n’est pas intrinsèquement aussi dangereux qu’on pouvait le craindre, simplement nos systèmes de santé sont plus fragiles qu’on aurait pu le penser et il suffit que 2 ou 3 choses aillent de travers au début de l’épidémie pour que la situation s’emballe et que ça tourne au désastre. Cela expliquerait pourquoi les cadavres s’empilent en Lombardie et dans certains endroits en France et en Espagne, alors qu’ailleurs la situation paraît plus ou moins sous contrôle. Je pense que nous en saurons plus dans quelque temps, mais que pour l’instant, nous devons admettre cette incertitude.

Mais ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas se préparer au pire, quand bien même il pourrait ne pas arriver ! Il n’est pas nécessaire ni même utile selon moi de s’appuyer sur des modèles mathématiques compliqués au statut épistémique douteux pour prendre des précautions. Il suffisait d’un peu de bon sens et d’observer ce qui s’était passé en Chine et ce qui était en train de se passer en Italie juste à côté de chez nous. En effet, on peut difficilement soupçonner le gouvernement chinois de surestimer le prix de la vie humaine par rapport à l’économie, donc le fait qu’il ait néanmoins pris la décision de mettre en quarantaine une province entière dont la population est presque aussi grande que celle de la France et de mettre au ralenti le reste du pays pendant plusieurs semaines à cause de cette épidémie aurait dû nous mettre la puce à l’oreille que peut-être ce qui était en train de se passer n’était pas qu’une grippe un peu méchante…

« APLATIR LA COURBE », ET ENSUITE ?

Pourtant, même après que les choses ont commencé à dégénérer en Italie, nos dirigeants et la plupart des experts ont continué à sous-estimer le danger ou, en tout cas, n’ont pas fait le choix de prendre des mesures de précaution qui auraient finalement coûté beaucoup moins cher à l’économie que ce qu’elles vont finalement nous coûter parce que nous avons trop attendu. Surtout, même à l’époque (quand on ne savait pas encore de façon certaine ce qui allait se passer en France), on pouvait voir qu’il y avait une asymétrie de coût : arrêter le pays 2-3 semaines le temps que les données s’accumulent et qu’on puisse déterminer la nature exacte du problème aurait certes pénalisé notre économie s’il s’était avéré que le danger n’était pas si terrible qu’on pouvait le craindre, mais ne pas le faire ou le faire trop tard aurait un coût autrement plus important si le pire venait à se produire.

Même dans l’hypothèse relativement optimiste, mais que je considère aujourd’hui plausible, où la courbe du nombre de morts et celle du nombre de gens qui sont admis en réanimation commence à s’aplatir dans une semaine (comme ça semble être le cas en Italie depuis quelques jours), il faudra encore un moment après ça avant que le nombre de morts et de personnes en réanimation atteigne un plateau. Mais quand ce sera le cas, il nous faudra encore attendre longtemps avant que nous puissions commencer progressivement à retrouver un semblant de vie normale, car les unités de soins intensifs seront pleines et on ne pourra pas lever les mesures de distanciation sociale tout de suite, puisque le moindre afflux de patients saturerait immédiatement de nouveau les hôpitaux.

En définitive, le gouvernement a attendu avant de prendre des mesures fortes par peur de pénaliser l’économie, mais à cause de ça, nous devrons rester confinés plus longtemps que s’il avait pris ces mesures plus rapidement, parce qu’au moment où l’épidémie atteindra un plateau il y aura plus de gens dans les hôpitaux que ça n’aurait été le cas autrement. En effet, comme le nombre de gens admis en réanimation croît de façon exponentielle ou polynomiale tant qu’on n’a pas réussi à ralentir l’épidémie, il y aura beaucoup plus de gens dans les unités de réanimation au moment où l’épidémie atteindra un plateau que si le gouvernement avait ordonné le confinement ne serait-ce qu’une semaine plus tôt. Sans même parler des pertes en vies humaines, le coût pour l’économie sera donc finalement plus élevé qu’il ne l’aurait été si le gouvernement avait réagi plus tôt. Ainsi, en cherchant à limiter les dégâts pour l’économie (un objectif en soi tout à fait respectable), le gouvernement aura finalement alourdi la facture.

Il faudra se demander, quand tout sera fini, comment il se fait que des gens anonymes sans qualifications particulières mais apparemment dotés d’un minimum de bon sens avaient anticipé cette crise et commencé à suivre la situation dans le reste du monde il y a plusieurs semaines, alors que nos dirigeants n’ont manifestement suivi ça que de très loin et ne s’étaient à l’évidence pas préparés au pire. Il faudra d’ailleurs également s’interroger sur le rôle des médias dans cette affaire, qui n’ont guère fait preuve de plus de clairvoyance que le gouvernement, ni été très présents pendant la crise pour exiger plus de transparence de la part de celui-ci. On pourra s’estimer heureux si nous évitons un carnage cette fois-ci, mais à supposer que ce soit effectivement le cas, on n’aura peut-être pas autant de chance la prochaine fois et, un jour ou l’autre, il y aura une prochaine fois.

Marianne

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap