toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Mehdi Aifa, militant LGBT, dénonce “L’islam comme ‘religion de paix et d’amour’ n’est qu’un mantra répété par nos ayatollahs et autres soldats d’Allah”


Mehdi Aifa, militant LGBT, dénonce “L’islam comme ‘religion de paix et d’amour’ n’est qu’un mantra répété par nos ayatollahs et autres soldats d’Allah”

Mehdi Aifa, militant LGBT, dénonce “la vindicte populaire de musulmans” visant Mila, cette adolescente homosexuelle de 16 ans qui a osé insulter leur religion. Tribune.

« J’emmerde l’islam, je pisse avec joie sur le Coran, je me torche avec les sourates et je crache sur les hadiths. L’islam a tout mon mépris ». Ces propos me vaudront une condamnation à mort en Arabie saoudite, en Iran ou au Pakistan, pays d’origine d’Asia Bibi, jeune femme condamnée à mort pour avoir blasphémé et qui, pour préserver sa vie, s’est exilée avec sa famille au Canada.

En France, nous avons Mila, jeune adolescente de 16 ans, accusée par des musulmans d’avoir blasphémé contre l’islam et le Prophète. Pour avoir dit sous le sceau de la liberté d’expression tout le mal qu’elle pensait de cette religion. Liberté garantie par le droit qui ne reconnaît plus le blasphème depuis 1881. Pour ce « crime », Mila a subi et continue de subir la vindicte populaire de musulmans.

Pour ces musulmans, parler de l’islam quand on est blanche, athée et lesbienne déclenche chez eux une réaction en chaîne épidermique et viscérale. Impossible pour ces ayatollahs autoproclamés de laisser cet excès de zèle impuni.

Loading...

Le bras gauche de la fachosphère, c’est la muslimsphère, très active sur les réseaux sociaux, ce sont eux qui ont donné un tel écho à cette affaire, ils ont contribué à rendre visible la vidéo de Mila et par extension les propos dont ils se plaignent aujourd’hui. C’est par eux également que sont venus les injures, les appels aux viols, les menaces de mort, l’homophobie, le racisme anti-blanc… Une réaction en chaîne qui ne s’est pas limitée aux réseaux sociaux. En effet, Mila, sous le poids des menaces, a dû être déscolarisée d’urgence de son établissement scolaire, son intégrité physique n’étant plus garantie par l’École de la République.

 » La victime devient la coupable et les agresseurs les victimes, une inversion victimaire habituelle dans ce genre de polémique. « 

Nous en sommes là, en France, pays des Lumières et de l’irrévérence, qui a dans son ADN un anticléricalisme primaire et qui, pourtant, est contraint d’observer la montée sur l’échafaud d’une jeune Française condamnée par la vindicte populaire de musulmans pour avoir blasphémé contre une figure imaginaire.

La ministre de la Justice, telle une papesse sortant du conclave, donne un coup de massue aux laïcards en déclarant que « l’insulte à la religion est une atteinte à la liberté de conscience ». Fournissant ainsi un blanc-seing aux détracteurs de Mila.

La justice, quant à elle, pour satisfaire une certaine opinion publique, est contrainte d’ouvrir une enquête contre l’hérétique pour « provocation à la haine à l’égard d’un groupe de personnes, à raison de leur appartenance à une race ou une religion déterminée ». Enquête qui sera par la suite classée sans suite mais qui aura pour effet de distiller un peu plus de confusion dans la tête de nos ayatollahs 2.0. La victime devient la coupable et les agresseurs les victimes, une inversion victimaire habituelle dans ce genre de polémique.

 » Nous passerons sur le silence de la gauche, des associations LGBT et des féministes sur l’affaire Mila. Ils avaient piscine toute la semaine. « 

Ces soldats d’Allah, cette communauté musulmane qui hurle au racisme quand on s’attaque à leur religion, sont symptomatiques d’une conscientisation ratée. Ces musulmans considèrent que les propos sur leur religion de la « pute lesbienne qu’il faut brûler » sont dirigés contre leur personne car ceci ferait partie intégrante de leur identité. Or, l’islam n’est pas une race. On ne naît pas musulman, on le devient.

Nous passerons sur le silence de la gauche, des associations LGBT et des féministes sur l’affaire Mila. Ils avaient piscine toute la semaine. Pour illustrer cette cécité volontaire et passagère, rien de mieux que les Trois Singes de la Sagesse : « Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire. »

Learn Hebrew online

L’affaire Mila révèle deux choses : la lâcheté de nos institutions, de nos politiques et de nos personnalités publiques qui, sous couvert de ne pas vouloir stigmatiser une population ou de faire « le jeu de l’extrême droite », brillent par leur silence, laissant Mila dans la gueule du loup. Enfin, que l’islam comme « religion de paix et d’amour » n’est qu’un mantra répété par nos ayatollahs et autres soldats d’Allah. Ces derniers, par leur haine, leurs menaces et leurs injures ne font pourtant que valider les propos de Mila : « Le Coran, il n’y a que de la haine là-dedans… ».

Valeursactuelles

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Mehdi Aifa, militant LGBT, dénonce “L’islam comme ‘religion de paix et d’amour’ n’est qu’un mantra répété par nos ayatollahs et autres soldats d’Allah”

    1. Jean-Francois Morf

      La première des choses à faire est de définir Dieu et Satan, sinon c’est pas scientifique.
      Dieu est le hasard qui fait parfaitement bien les choses: il a créé le big bang il y a 13,8 milliard d’années, la lumière 380’000 ans plus tard, etc, etc. Il a mis 3,5 milliard d’années pour mettre au point homo sapiens et lui donner une conscience, ce que les intelligences artificielles n’auront jamais. Il a créé Jésus Christ, son fils spirituel.
      Satan est le hasard qui fait mal les choses: il a créé AntiChrist, son fils spirituel. L’adoration d’antiChrist débute en 622, exactement 666 ans après C/-43K1, la comète de J.C. Et rendez à Dieu ce qui est à Dieu: vous verrez cette comète en Googlant « caesar comet coin ». Jules Caesar n’est PAS divin, Jésus Christ est divin.
      Satan est plus connu sous le nom de Allah, il se prétend plus grand que Dieu, ce qui est normal pour un menteur. Sa charia est le manuel du parfait criminel.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *