toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Grèce: Projet de construction d’un mur flottant anti-migrant, pour restreindre le flux migratoire. Le pays compte 87.000 demandeurs d’asile


Grèce: Projet de construction d’un mur flottant anti-migrant, pour restreindre le flux migratoire. Le pays compte 87.000 demandeurs d’asile

Afin de contrôler l’arrivée de migrants qui arrivent par la mer, la Grèce pense avoir trouvé la solution. Fin janvier, Athènes a annoncé la construction d’un mur flottant en mer Égée. Une décision qui a suscité de vives réactions. État des lieux.

Depuis 2015, la crise migratoire s’est amplifiée avec l’arrivée des réfugiés, notamment en provenance de Syrie et d’Afrique subsaharienne. Ils étaient un million en 2015 à tenter leur entrée en Europe, un nombre qui a baissé au fil des ans. Mais leur périple est jonché de morts, principalement en mer. D’après l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), près de 2.000 migrants sont morts en tentant la traversée en 2019.

La Grèce est l’une des destinations privilégiées de ceux qui traversent la Méditerranée. Leur afflux massif a engendré une situation tendue entre immigrés et locaux. Les manifestations se multiplient dans le pays depuis fin janvier. D’un côté, les habitants dénoncent la multiplication des camps de migrants et de l’autre, les migrants se plaignent de conditions de vie insalubres. Au total, le pays compte 87.000 demandeurs d’asile officiellement recensés.

À Athènes, le gouvernement a décidé d’agir et projette de construire un mur flottant anti-migrant, pour restreindre le flux migratoire «en cas d’urgence.»

«Cela ne peut pas continuer ainsi. Il reste à savoir si [ce barrage] fonctionnera», a déclaré Nikolaos Panagiotopoulos, le ministre de la Défense nationale à la radio privée Skaï.

Dans un appel d’offres publié par le ministère de la Défense fin janvier, le gouvernement conservateur appelle à la construction «d’un système de protection flottant», dans le but de gérer «le flux de réfugiés et de migrants qui augmente sans cesse». Un barrage qui s’étendra sur 2,7 km, et s’élèvera à 50 cm au-dessus de l’eau, si ce n’est plus. Un mur qui sera testé au nord de l’île de Lesbos et dont la construction sur quatre ans est estimée à 500.000 euros, comme le relate le Parisien.

L’annonce a suscité de vives réactions sur la scène internationale. Les ONG ont fortement critiqué l’initiative qui ne ferait qu’aggraver la situation des migrants. Human Rights Watch considère ainsi le projet comme «insensé et menaçant».

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *