toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Des islamistes se revendiquant de l’Etat islamique prévoyaient un énorme attentat à Genève


Des islamistes se revendiquant de l’Etat islamique prévoyaient un énorme attentat à Genève

Des membres suisses du groupe Etat islamique ont tenté de faire exploser les gigantesques citernes de Vernier, à côté de l’aéroport de Cointrin, révèle notre enquête. Récit d’une catastrophe avortée

Des explosions massives à Vernier. Alerte générale. Un immense brasier menace les cités, toutes proches, du Lignon et des Avanchets. Les pompiers de Genève, tous mobilisés, demandent des renforts aux cantons voisins. Des fumées noires et toxiques enveloppent la ville et paralysent l’aéroport. Le scénario catastrophe d’un film à venir? Ou celui d’un exercice de la protection civile? Pire: le plan d’un attentat djihadiste déjoué par le Service de renseignement de la Confédération (SRC). Des Suisses liés au groupe Etat islamique (EI) ont fomenté un projet terroriste qui ciblait les citernes de Vernier. Cette machination terrifiante met en lumière la volonté et la capacité de l’EI de nuire aux intérêts helvétiques.

Au cours d’une enquête de plusieurs mois, Le Temps a remonté les pistes, compilé des informations, accumulé les témoignages et corroboré les allégations pour débrouiller un écheveau où s’entremêlent les parcours des djihadistes suisses de l’EI. Ce long travail révèle quelques pans d’une histoire qui reste mystérieuse. La plupart des interlocuteurs ont refusé que leurs noms respectifs soient mentionnés, beaucoup ont même préféré ne pas être cités du tout. Enfin, certains faits ont été sciemment tus pour ne pas compromettre les enquêtes en cours.

Daniel, le cerveau

Au cœur de l’affaire, un nom revient sans cesse, Daniel D. alias Abu Ilias al-Swisri, de son nom de guerre au sein de l’EI. Le jeune homme, âgé aujourd’hui de 25 ans, a grandi au Lignon, s’est converti à l’islam en 2013 et a rejoint l’EI en 2015. Avant qu’il n’embrasse l’islam le plus radical et l’idéologie haineuse de I’EI, avant qu’il ne devienne l’un des terroristes suisses les plus dangereux et les plus recherchés, il ne faisait pas de vagues et était considéré comme un garçon affable.

Loading...

Mais les témoignages de certains de ses anciens amis, sympathisants de l’EI, et les informations recueillies par les services du renseignement américains ont révélé son rôle important aussi bien dans l’organisation terroriste qu’au sein du réseau djihadiste genevois. Depuis son lieu de captivité dans le Kurdistan syrien, une prison à Hassaké où s’entassent les djihadistes étrangers dans des conditions épouvantables, Daniel D. nie avoir eu la fonction, le rôle et la dangerosité qu’on lui prête.

Le SRC s’est rendu en Syrie fin janvier pour interroger les trois djihadistes suisses détenus dont Daniel D., arrêté en juin 2019. Il a dûment cuisiné Daniel D. au sujet des attentats projetés en Suisse. Impossible de dire de ce qui en est sorti, mais tant que Daniel D. n’aura pas été confronté à certains de ses anciens complices genevois, il sera difficile de faire toute la lumière sur l’étendue de la menace que représentait et représente encore le réseau genevois. Revenons au début de cette histoire, au moment où des jeunes salafistes, prêts à en découdre avec l’ordre établi, s’agrègent en une petite bande autour de la mosquée du Petit-Saconnex.

Des apprentis djihadistes

Courant 2014, l’EI prend le dessus sur les autres groupes qui combattent les forces gouvernementales syriennes, se fait connaître par ses conquêtes territoriales en Irak et en Syrie et par la décapitation médiatisée de certains de ses otages. A Genève, des jeunes convertis rêvent de djihad et de revanche sur la vie. Non pas qu’ils soient mal lotis, mais ils sont en marge, en rupture scolaire ou en recherche d’emploi. Leurs connaissances de l’arabe sont quasi nulles et leur compréhension de l’islam rudimentaire.

Vers la ville de Ras al-Ain, dans la province de Hassaké, octobre 2019.Delil SOULEIMAN / AFP

«Nous avions la rage. De l’islam, nous comprenions surtout la notion de djihad. C’était comme une excuse pour exprimer notre violence», explique l’un d’eux. Ils se rencontrent lors des prières à la mosquée: «On se croisait seulement, et un jour on s’est adressé la parole. A la mosquée, il y avait des petits groupes. Nous avions le nôtre, ce n’était pas officiel, mais nous avions sympathisé parce que nous avions beaucoup de points communs», poursuit un jeune bientôt trentenaire qui faisait partie de la bande. «Daniel était très sociable. Il se liait facilement et se faisait apprécier. Je dirais que c’était plutôt un bon gars. Il avait une Seat sport, se souvient-il, et me poussait parfois jusqu’à chez moi. D’autres fois, on allait au café pour causer.» La voiture et son propriétaire sont bientôt au centre d’un petit groupe dont le noyau est un trio: Daniel D., P. F. et Ramzi, le seul dont les parents soient musulmans et qui parle arabe.

Des volontaires en France, en Belgique et en Suisse

L’EI fait le plein de volontaires auprès des jeunes radicalisés en France, en Belgique et, dans une moindre mesure, en Suisse. A cheval sur la Syrie et l’Irak, le califat, qui a été proclamé le 29 juin, grandit. Le djihad, sous les ordres du calife autoproclamé Abou Bakr al-Baghdadi, constitue désormais un horizon pour les musulmans radicalisés de la mosquée du Petit-Saconnex. «On en discutait, se souvient un témoin de l’époque, on était sympathisants de l’EI, mais sans avoir fait allégeance. On disait aussi qu’on voulait partir en Syrie, mais c’était plutôt une façon de parler, il n’y avait pas de projets concrets.» L’idée fait cependant son chemin alors que la petite bande se radicalise rapidement.

La mosquée du Petit-Saconnex en octobre 2009.KEYSTONE/Laurent Gillieron

Pour ceux qui fréquentent la mosquée du Petit-Saconnex, il est clair que le groupe a quitté une pratique religieuse consensuelle. Deux prédicateurs salafistes d’obédience saoudienne œuvrent dans le lieu de culte. Ils prêchent un islam radical et ferment les yeux sur les errements de certaines de leurs ouailles. Une petite dizaine de jeunes gravitent désormais autour du trio, parmi lesquels Kevin Z. – le Suisse qui purge une peine de 20 ans de prison au Maroc pour ses accointances avec les assassins de deux touristes scandinaves –, Nicolas P. – qui purge une peine de 5 ans de prison au Maroc pour avoir reçu des vidéos montrant la décapitation des deux touristes –, ainsi que plusieurs autres Genevois dont la plupart ont été interrogés par les inspecteurs du SRC mais laissés en liberté.

Loading...

Départ pour la Syrie

Fin décembre 2014, Daniel D. et P. F. partent avec une petite dizaine d’autres fidèles de la mosquée du Petit-Saconnex pour faire leur omra, le petit pèlerinage à La Mecque. Ils reviennent à la mi-janvier de l’année suivante et, à partir de là, Ramzi et Daniel D. se rapprochent. Ramzi a une longueur d’avance sur les autres en matière d’islam car il parle l’arabe, lit le Coran depuis qu’il est petit et a été guidé sur la voie de l’islam radical par son grand frère. Sans mettre personne dans la confidence, Ramzi et Daniel D. élaborent un projet: le 21 avril 2015, ils quittent la Suisse et se rendent en Syrie, l’un via la Tunisie, l’autre via la Turquie. Suit un long silence radio, puis ils donnent signe de vie à leurs copains genevois. Ils envoient des photos via des messageries, cryptées ou non, qui les montrent posant fièrement avec leurs armes.

Au sein de l’EI, après un entraînement au maniement des armes, une période probatoire et le baptême du feu, Daniel D. rejoint Ramzi dans l’Amniyat, le service de contre-espionnage et de maintien de l’ordre de l’EI, et plus précisément la branche chargée des opérations extérieures (Amn al-Kharji). C’est là que se planifient les attentats à l’extérieur du califat, en Europe notamment. Ramzi et Daniel D. font clairement partie de ce qu’on peut qualifier d’aile dure de l’EI, ils s’inscrivent dans la mouvance la plus rigoriste, la plus fidèle au dogme défendu par Abou Bakr al-Baghdadi. Des deux compères, c’est Ramzi le plus galonné, mais ils travaillent ensemble et partagent le même téléphone portable.

Pour Jean-Paul Rouiller, expert au sein du groupe d’analyse du terrorisme du Geneva Centre for Security Policy (GCSP) à Genève, «l’Amniyat est une machinerie complexe. On sait encore peu de choses de l’appareil lui-même et ses structures restent opaques. On sait que Daniel D. et Ramzi intègrent les services de sécurité dans des fonctions et à des moments différents. Ramzi est certainement intégré dans la branche travaillant avec les médias. Daniel D. y accède après avoir été «remarqué» en combattant dans une unité d’élite. Leur intégration dans les opérations extérieures se fera graduellement. Leur «montée en puissance» sera autant le fait de leurs talents respectifs que le résultat d’un effet «mécanique», déclenché par l’élimination systématique des chefs de l’Amniyat. Leurs supérieurs étant tués, ils en viennent à les remplacer.»

Loading...

La cellule genevoise

A Genève, P. F. trépigne: il voudrait faire le voyage vers la Syrie et rejoindre ses deux amis mais, lors d’une conversation téléphonique fin 2015, Daniel D. l’en dissuade, en lui expliquant que la priorité désormais, pour les dirigeants de l’EI, est les actions violentes à l’étranger. Il insiste sur le fait qu’en Syrie et en Irak, de nombreux djihadistes rêvent de pouvoir semer le chaos au cœur de l’Europe. Ceux qui s’y trouvent ont la chance de pouvoir servir les desseins de l’EI mieux qu’en rejoignant le champ de bataille. Au fil des quatre ou cinq échanges suivants, appels et messages, la mission se précise: selon le mandat de la hiérarchie de l’EI, la cellule genevoise devra déterminer les cibles et imaginer le modus operandi. L’organisation basée en Syrie et en Irak fournira, quant à elle, le soutien logistique et le matériel. Un émissaire parlant un peu le français devait faire le lien.

La mise en relation n’aurait jamais eu lieu. Pourquoi? Peut-être parce que des dissensions «idéologiques» sont apparues entre P. F. et Daniel D. Ce dernier, tenant de l’orthodoxie de l’EI, considère toute contradiction comme impie. Il finit par rompre avec P. F. en lui notifiant par écrit que l’EI le considère comme un kufr, un mécréant. En Syrie, cela aurait pu signifier une condamnation à mort.

Deux Vaudois détenus par les Kurdes

Cet échec ne signe pas pour autant la fin des projets d’attentats de l’EI en Suisse. Daniel D. n’est pas aux commandes mais, plus qu’aucun autre, il a les connexions. Son carnet d’adresses ne se résume pas à son ancien groupe du Petit-Saconnex car il a rencontré, en Syrie, d’autres djihadistes suisses: Adnan B. et Damien G., deux Vaudois aujourd’hui détenus par les Kurdes en Syrie. Si le premier n’avait qu’un rôle subalterne, le deuxième, en revanche, était lui aussi un membre important de l’Amniyat, chargé de la propagande et du recrutement.

De plus, Daniel D. a fait connaissance d’un Argovien, considéré comme très dangereux, Thomas C., qui occupait des fonctions similaires aux siennes au sein de l’Amniyat et qui, aujourd’hui, se cacherait en Allemagne. Peut-être a-t-il aussi eu des contacts avec d’autres Genevois, A. M. et F. R. notamment, qui, après avoir été arrêtés en Turquie, ont été renvoyés en Suisse où ils ont été incarcérés, questionnés puis, finalement, libérés. Le premier collabore avec la police mais le deuxième reste mutique et semble avoir gardé ses convictions. Ainsi, malgré sa brouille avec P. F., Daniel D. n’est jamais très loin d’autres Suisses: ceux qui, comme lui, ont gagné la Syrie et l’Irak, mais aussi ceux qui sont restés au pays et avec lesquels il communique régulièrement.

Projet d’attentat à Bâle

Impossible de dire quand Daniel D. a, pour la première fois, imaginé que le dépôt d’hydrocarbures de Vernier ferait une cible de premier choix. Ni avec qui précisément il a partagé cette funeste idée. Cependant, qui mieux que lui pouvait, aux confins de la Syrie, échafauder un attentat contre ces infrastructures pétrolières de la banlieue genevoise? Lorsque l’on grandit au Lignon et que l’on se promène au bois des Frères, les énormes citernes font partie du paysage.

Les réservoirs de pétroles de Vernier.Eddy Mottaz / Le Temps

Fin août 2018, les services de renseignement américains transmettent à leurs homologues suisses un dossier saisi auprès de combattants de l’EI en Syrie. Le document détaille un projet d’attentat sur les citernes genevoises. Il est suffisamment précis pour que le SRC prenne la menace au sérieux. Le nom du commanditaire n’apparaît pas, mais Daniel D. serait l’un des instigateurs. Dans la foulée, deux ressortissants albanais, en route vers Genève, auraient été appréhendés pour leurs liens présumés avec l’attentat. Indice que les terroristes ont dépassé le stade des intentions et sont passés à la mise en œuvre.

 

Parallèlement, à peu près à la même période, l’EI s’intéresse à d’autres cibles potentielles en Suisse: un dépôt de carburant et un pipeline à Bâle, non loin de la frontière allemande. Selon les révélations du Sunday Times du 14 avril 2019, un disque dur saisi par les forces américaines dans une cache abandonnée lors de la retraite de l’EI, en décembre 2018, révèle les intentions meurtrières du groupe dans la cité rhénane. A la tête du complot, il pourrait y avoir eu l’Argovien Thomas C. La similitude des objectifs, des infrastructures pétrolières stratégiques et proches de la frontière, ne tient peut-être pas du hasard. Daniel D. a-t-il inspiré cet autre complot? Rien ne permet de l’affirmer avec certitude, mais la coïncidence est troublante.

Alerte à Genève

Bien que l’arrestation des deux Albanais ait réduit de beaucoup le risque, il reste à démasquer ceux qui à Genève devaient participer à l’attentat. Qui sont-ils? Le SRC et la police l’ignorent, mais ils ont des pistes. L’une d’elles mène à l’ancien réseau de Daniel D. A la fin de l’été 2018, Nicolas P., ami de Daniel D. et informateur occasionnel du SRC, reçoit un message audio de Daniel D. Ce dernier lui demande d’avertir P. F. de l’arrivée prochaine de quelque chose d’important qui lui est destiné. Un colis? Des explosifs? Un émissaire de l’EI? Autant de questions sans réponses. Pour le SRC, il pourrait y avoir un lien entre ce mystérieux envoi et le projet d’attentat. Questionné à ce sujet, Daniel D. répondra qu’il s’agissait en fait d’une plaisanterie.

Après avoir pris connaissance du projet d’attentat à Vernier, le SRC donne l’alarme. Son directeur téléphone à Monica Bonfanti, la cheffe de la police genevoise. L’affaire est considérée comme extrêmement sensible et la cheffe de la police se voit donner des consignes de discrétion. Des mesures sont prises à Genève pour protéger les sites à risque. Selon les informations recueillies, l’attentat était planifié pour fin avril ou début mai 2019. Mais à cette période, l’EI est en pleine débâcle et a perdu la plupart de ses moyens de communication. Sa capacité de nuisance en Europe a décru d’autant.

«La menace reste élevée»

Pour Monica Bonfanti, «la menace terroriste est qualifiée d’élevée par le SRC en Suisse – et à Genève – depuis novembre 2015. Elle est influencée essentiellement par des acteurs djihadistes, avant tout des sympathisants de l’EI. A l’heure actuelle, des attaques contre des cibles faciles (installations routières, rassemblements, etc.) nécessitant peu de moyens organisationnels et logistiques ou perpétrées par des auteurs isolés ou par de petits groupes constituent la menace la plus probable en Suisse.»

Les réservoirs de pétroles de Vernier sous un autre angle.Eddy Mottaz / Le Temps

Sollicité, le SRC, par la voix de sa porte-parole Isabelle Graber, se refuse à tout commentaire: «Le SRC ne s’exprime sur ses activités opérationnelles qu’auprès de la cheffe du Département de la défense et de ses organes de surveillance.»

Le califat s’effondre complètement avec la chute de Baghouz, une dernière poche de forcenés située en Syrie sur les bords de l’Euphrate, à quelques dizaines de kilomètres de la frontière irakienne. De nombreux djihadistes sont tués, d’autres embastillés, mais certains comme Daniel D. parviennent à passer entre les mailles du filet. Ce dernier n’est capturé que le 18 juin 2019 à 200 kilomètres de Baghouz. Depuis, l’EI se réorganise en privilégiant la clandestinité et en réactivant les cellules dormantes ou les anciens réseaux. A Genève, les services compétents sont sur leurs gardes et veillent.


En dates

2014 Une petite bande de jeunes salafistes se forme autour de la mosquée du Petit-Saconnex. Daniel D. en est l’un des pivots.

Avril 2015 Les Genevois Daniel D. et Ramzi rejoignent l’EI.

2016 Daniel D. promeut l’idée d’un attentat à Genève.

Août 2018 Le SRC déjoue le complot visant les citernes de Vernier.

Avril 2019 Fin du califat autoproclamé.

Avril ou mai 2019 Date prévue pour l’attentat de Vernier.

Juin 2019 Capture de Daniel D. en Syrie.


En chiffres

Voyageurs du djihad

Depuis 2001, 77 départs ont été recensés depuis la Suisse vers la Syrie et l’Irak, 15 vers la Somalie, l’Afghanistan et le Pakistan, et un aux Philippines. Les décès se chiffrent à 31 personnes et le nombre des retours à 16. Parmi ces personnes, 31 ont la nationalité suisse (dont 18 binationaux).

Selon le SRC, une vingtaine de Suisses se trouveraient actuellement dans la zone irako-syrienne. Trois hommes sont incarcérés dans des prisons tenues par les Kurdes en Syrie. Trois femmes, dont une déchue en janvier de sa nationalité, et six enfants sont dans des camps. Daniel D. est le seul Suisse à figurer sur une liste d’Interpol de 173 djihadistes qui pourraient commettre des attentats suicides.

Source Letemps.ch

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Des islamistes se revendiquant de l’Etat islamique prévoyaient un énorme attentat à Genève

    1. moi de france

      QUE CE SOIT A GENEVE OU AILLEURS ILS FAUT LEUR LIVRER UN E GUERRE SANS PITIE LA VIE DU MONDE LIBRE EN DEPEND
      NE PAS LES FINANCER NE PAS LES NOURRIR NE PAS LES LAISSER
      SE REPRODUIRE
      BREF LES ANEANTIR

    2. titi

      La presse suisse essaye de noyer le poisson dans des annonces liées à des fictions et des articles mélangeant tout, la réalité c’est qu’hier, il y avait des milliers de policiers, de pompiers et d’ambulances sur un bon tiers de la cité de Calvin et qu’il ne s’agissait pas d’une fiction, mais bien d’un attentat avec des systèmes de mise à feu au pieds des citernes recouvrant une bonne partie de la banlieue habité de Genève.

      Les terroristes ou autres n’ont pas réussis à faire exploser des centaines de citernes remplies de carburants, mais il s’en ait fallu de peu !

      De plus vouloir accuser les islamistes de daesh est totalement subjectif, je parierai plutôt pour des membres du hizbollah depuis que Trump a fait bloqué les avoirs iraniens et hizbollah cachés en Suisse !

    3. LeClairvoyant

      Ce danger d’explosion des citernes de carburants existe en France dans beaucoup de pays dans le monde, et du jour au lendemain les cellules dormantes de terroristes peuvent être activées, et nous dans la panique, on ne va pas savoir de quel coté s’enfuir, car ce n’est pas en France ni en Europe, qu’on va distribuer des armes à la population, pour passer à la sulfateuse tous les zombis et sataniques que nichent dans nos quartiers et cités.

    4. Pinhas

      Autant de mosquées = autant de casernes.
      Il faut absolument anéantir toutes ces places fortes .
      Plus on se rapproche de 2022 plus il y aura d’attentats.

    5. titi

      Les suisses mettent tout en oeuvre pour dissimuler les faits, ça a vraiment faillit péter grave et ils font comme si ils avaient simplement mis au jour des débiles qui planifiaient un attentat, mais il y avait bien des explosifs et des accélérant au pied de plusieurs citernes et des centaines de flics partout à Genève !

      Mais ça fait très mal pour un pays qui ne veut pas de scandale de peur de voir leurs clients partir !

      Mais ce que la Suisse a fait au Liban depuis les années 70, ils vont le payer multiplier par 20 !

    6. Slam

      Que l’on soit en France comme en Suisse en Allemagne ou ailleurs en Europe, le danger vient des dirigeants qui mènent un politique de liquidation des populations européennes au nom de la mixité. La civilisation occidentale s’effondre et ça laisser la place à une civilisation africaine et musulmane qui n’a jamais été capable de s’assumer autrement que par les conflits en semant la misère et l’esclavage partout. Nul doute que la vengeance de ces africains a l’égard des blancs sera impitoyable, la mémoire est tenace Et la haine du blanc est omniprésente. L’Europe est fichue sauf à se rebeller contre les dictateurs qui mènent ses peuples à l’annihilation.

    7. titi

      Slam, la Suisse est un cas particulier, comme vous le savez, tous les dictateurs islamistes en particulier cachent leurs immenses fortunes en Suisse, nous parlons de milliers de milliards de dollars, voir de dizaines de milliers de milliards et personne ne penserait vouloir attaquer sa chambre forte !

      Mais suite au dictât de Trump de ne pas autoriser l’Iran de disposer de fonds planqués par les mollahs en Suisse et je vous le répète, il ne s’agit pas de petits montants, pour les mollahs seuls avec les trafiquants du hizbollah, ça doit avoisiner plus de 20’000 milliards de dollars rien qu’en Suisse, l’ex-président de la confédération Ueli Maurer, a été, à deux reprises, demandé urgemment à Washington après la mise en place des sanctions contre l’Iran, les entretiens n’ont pas excédés 15 minutes et le petit homme est retourné à Berne pour avertir les banques suisses de représailles sans précédent contre les banques suisses si elle continuent de laisser les comptes iraniens à tous les vents. Pour finir, la Suisse a imposé un blocage des comptes des mollahs et du hizbollah et depuis nous voyons des tentatives d’attentats de grande ampleurs être entrepris sur le sol helvétique !

      Ils accusent à nouveau daesh, ils cachent les véritable commanditaires de la mollarchie, mais ce n’était qu’un avertissement, les banquiers suisses n’oseront pas continuer de laisser faire des transactions depuis ces comptes terroristes et les mollahs vont faire un massacre en Suisse !

    8. titi

      Ne pas négliger le fait que tous ces terroristes agissent principalement au nom de l’argent et qu’ils sont tous milliardaires !

      Ce qui fait de la Suisse et ses banques le principale instigateur de ces mouvements aussi nombreux que barbares, les suisses contrôlent le terrorisme islamiste depuis plus de 50 ans, notamment depuis que les banques suisses ont très activement aidés le fatah dans le renversement de l’état banquier concurrent de la Suisse, je parle du Liban dans les années 70.

      Ne pas oublier non-plus qu’arafat a vécu plus de 12 ans Genève en totale impunité et qu’il a laissé après sa mort un compte avec plus de 25 milliards de francs suisses !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *