toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Affaire Mila: pour Fatiha Boudjahlat « Il n’y a qu’avec l’islam que ça donne un scandale en France. Les islamistes ont vu qu’ils n’avaient rien à faire grâce à la lâcheté, à la complicité des politiques et des journalistes »


Affaire Mila: pour Fatiha Boudjahlat « Il n’y a qu’avec l’islam que ça donne un scandale en France. Les islamistes ont vu qu’ils n’avaient rien à faire grâce à la lâcheté, à la complicité des politiques et des journalistes »

L’affaire Mila déchaîne les passions en France. Une énième polémique qui pose la question de la place de l’islam en France. Malaise grandissant dans une France communautarisée ou psychose engendrée par un effet de loupe des réseaux sociaux? Fatiha Boudjahlat, militante féministe et laïque, revient sur l’affaire au micro de Sputnik.

«Je ne regrette absolument pas mes propos, c’était vraiment ma pensée», a déclaré Mila, sur le plateau de l’émission Quotidien, sur TMC, lundi 3 février. Après deux semaines de harcèlement et de menaces de mort, la lycéenne iséroise de 16 ans a été déscolarisée d’urgence. «On va te retrouver et t’égorger sale chienne», «va mourir sale pute lesbienne», «sale française», tels sont les mots très violents adressés à Mila.

En réponse à une première vague d’insultes et de menaces proférées contre elle au nom de l’islam, Mila a en effet répliqué par une vidéo sur Instagram le 18 janvier, où elle a tenu des propos hostiles aux religions, particulièrement l’islam: «le Coran il n’y a que de la haine là-dedans, l’islam c’est de la merde.» Ce dernier passage, tronqué, sera abondamment relayé par les réseaux, suscitant des dizaines de milliers d’insultes et de menaces de mort à l’encontre de l’adolescente. Au-delà de ceux qui se sentent visés par son attaque contre la religion, la virulence de ses propos en a choqué plus d’un.

«Elle n’a pas à être dans l’analyse saine, elle est dans l’expression d’une opinion. Maintenant, il faut que tout ce qu’on dit soit sain et pertinent? réagit à notre micro Fatiha Boudjahlat. Elle a exprimé ce qu’elle pensait. Donc les petits c*** qui écrivent sur Zineb, comme quoi il faut la buter, les petits c*** qui sont fans de Booba, tous les autres qui critiquent Israël à longueur de temps, on leur demande à eux d’être dans la critique saine? […]

Il n’y a qu’avec l’islam que ça donne un scandale en France. Je réclame que l’islam soit traité comme les autres religions, et comme une religion comme une autre. Elle n’était pas dans la critique saine, elle dit qu’elle n’aime pas l’islam et elle a le droit. C’est une musulmane qui vous le dit, elle a le droit.»

Enseignante en histoire-géographie à Toulouse, cette militante laïque et féministe a publié l’essai Combattre le voilement (Éd. du Cerf). Elle a reçu en 2019 le prix spécial de la laïcité. Elle juge que cette affaire est extrêmement grave quant à son traitement politique:

Loading...

«Ça révèle qu’en France, les politiques ont atteint un niveau de médiocrité intellectuelle. Ce ne sont pas des godillots, ce sont des semelles de godillots.»

Politiques et l’affaire Mila

En effet, alors que la presse, hormis Marianne, Valeurs actuelles et Charlie Hebdo, a tardé à se saisir de l’affaire, personnalités publiques et politiques ont été invités à réagir à cette polémique, qui a fini par prendre une ampleur nationale. Interrogé le 23 janvier sur Sud Radio, Abdallah Zekri, délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM), a fustigé Mila et explique la campagne de haine qui s’est abattue sur elle en déclarant que «qui sème le vent récolte la tempête», terminant par «elle l’a cherché, elle assume».

​Rappelant les caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo, le médiatique historien des religions, Odon Vallet, a anticipé de nouvelles violences contre la France: «si on continue à injurier l’islam, on aura prochainement des attentats contre des Français en France ou dans des pays d’Afrique». Pour Fatiha Boudjahlat, l’affaire Mila et les déclarations polémiques qui ont suivi sont révélatrices:

«Je pense que c’est un jalon essentiel pour l’affaissement de la République.

Les islamistes ont vu qu’ils n’avaient rien à faire grâce à la lâcheté, à la complicité et à l’obséquiosité des politiques et des journalistes. C’est une rupture de paradigme aussi grave que l’attentat de Charlie Hebdo. Rien à voir évidemment en termes de coût humain, mais dans ce que ça a révélé des politiques et de ce qu’ils étaient prêts à accepter.»

Un droit au blasphème ?

Il faudra toutefois attendre la sortie de Nicole Belloubet, le 29 janvier sur Europe 1 pour que l’ensemble de la classe politique réagisse. La Garde des Sceaux a déclaré à propos de l’affaire Mila qu’une «insulte à la religion, c’est évidemment une atteinte à la liberté de conscience, c’est grave», avant de rétropédaler devant le tollé quelques heures plus tard.

«Sa formule impardonnable, inqualifiable, dont je ne me remets pas, a réintroduit en gros le délit de blasphème. Le lendemain, elle a dit que c’était une maladresse d’expression. C’est une faute morale, c’est une faute politique, une erreur de droit d’étudiant de première année», fustige la militante laïque et féministe.

Quelques heures après cette intervention, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a contredit sa collègue, en déclarant qu’il «n’existe pas, dans ce pays […] il n’existera jamais sous l’autorité de ce gouvernement, de délit de blasphème». Il a ainsi réaffirmé le droit de la jeune fille, de par la liberté d’expression, de «pouvoir critiquer une religion».

Toutefois, Fatiha Boudjahlat juge sévèrement la prégnance de la religion dans le débat public et le recul de l’un des fondements de la République, la laïcité:

«Le climat est en train de devenir religieux. Avant, il ne l’était pas. On est toujours en train de nous dire “Mon Dieu, on n’arrête pas de stigmatiser l’islam et les musulmans”», relève la militante, avant de poursuivre:

«Les musulmans sont considérés comme un peuple à part parce qu’on ne peut pas les vexer, ils sont trop fragiles. On est dans la dictature du “pas offenser”. Moi, j’offense et je réclame le droit d’offenser. Le climat en France doit être à la discussion, il ne doit pas être religieux. Nous sommes dans un État laïque.»

L’un des enjeux soulevés par l’affaire Mila est en effet le droit de critiquer les religions, de blasphémer.

Learn Hebrew online

La Lycéenne elle-même a affirmé à la télévision n’avoir jamais «voulu viser des êtres humains», seulement avoir «voulu blasphémer».

«Ce n’est pas un droit au blasphème. Le blasphème appartient au religieux. On leur laisse les termes religieux. Je refuse de m’inscrire dans leur propre discours», précise Fatiha Boudjahlat.

Le rôle de la Justice

De plus, une procédure avait été ouverte par le Parquet de Vienne contre la jeune fille pour «provocation à la haine à l’égard d’un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une race ou une religion déterminée», mais finalement, la plainte a été classée sans suite. Une autre enquête a été ouverte pour «menaces de mort, menaces de commettre un crime et harcèlement». La militante laïque et féministe revient sur ces deux procédures:

«Ce parquet stupide qui a ouvert une enquête pour menace de mort et qui à la fois, s’est autosaisi d’une enquête pour incitation à la haine raciale. On arrive au point en France, où l’égalité c’est, sept minutes pour les nazis, sept minutes pour les Juifs. Elle a exprimé une opinion, elle l’a fait sur un réseau social. C’est devenu une affaire d’État juste parce que c’est l’islam. Ce n’est pas acceptable.»

Cette affaire Mila aurait pour seul point positif, selon Fatiha Boudjahlat, de démontrer que l’intersectionnalité, la convergence des luttes entre «minorités opprimées», concept de plus en plus utilisé à gauche de l’échiquier politique, n’est pas pertinente.

Loading...

«La seule chose intéressante, c’est que ça montre que l’intersectionnalité est un cul-de-sac et une impasse.»

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Affaire Mila: pour Fatiha Boudjahlat « Il n’y a qu’avec l’islam que ça donne un scandale en France. Les islamistes ont vu qu’ils n’avaient rien à faire grâce à la lâcheté, à la complicité des politiques et des journalistes »

    1. RODRIGUE

      Cela montre à l’évidence qu’avec l’islam, on ne peut rien attendre de bon! La fracture dans la société Française est niée, camouflée, soigneusement cachée par nos journaleux complices des bandits qui nous ont imposé, par vagues migratoires sans précédent, des masses inassimilables et criminelles qui tous les jours, tuent au non du coran et de leur haine à notre égard ! Ces politicards véreux, corrompus par les pétromonarchies et à la solde de la haute finance apatride et des affairistes nous conduisent vers une seule issue, la sécession, avant l’embrasement et la guerre civile comme au Liban,les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets!
      Les magistrats qui rendent des verdicts de traitres et collaborateurs zélés seront eux aussi concernés ainsi que ceux du mur des cons !
      Ils doivent néanmoins, tous ces traitres être sûrs et certains d’une chose, cette guerre, nous allons, par leurs fautes criminelles, la faire, nous allons la gagner et nous allons juger, condamner et exécuter ces gens pour: Haute trahison, intelligence avec des nations étrangères hostiles, tentative de génocide d’un peuple par submersion migratoire en vue de le remplacer !
      Aucun, je dis bien aucun, ne passera au travers ! Où qu’ils soient, même cachés dans un trou, nous les traquerons, les trouverons et les exécuterons y compris les milliardaires complices ! Rien ni personne ne pourra les cacher ou les protéger ! Nous serons plus efficaces encore que le Mossad après le meurtre d’athlètes au JO de Berlin !

    2. c.i.a.

      Pourtant il y aurait, une facon très simple, dans le cadre cependant mode: résistance passive… des tête de porcs , du bacon et du sang de porcs, devant les mosquées,(De facon discrète ou à publique),je vous certifi que toute cette racaille avec leur charia , vont retourner dans leur désert de débilité religieuse et barbare!!

    3. Rahel

      quand des rappeurs de religion musulmane,insultent la france, les blancs, qu ils veulent tuer des bebes, c est pourtant une atteinte aux personnes et la ils ne sont pas poursuivis, alors que Mila, intelligente de surcroit dit ne pas aimer cette religion, l est poursuivi et a le droit de dire ne pas aimer cette religion, les pauvres muzz sont offusques qu on critique leur religion mais eux ont le droit de tuer, insulter tout ce qui n est pas eux, ou on va et avec la complicite des politiques, des medias !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *