toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Soleimani, que les médias français qualifient de « grand général », supervisait les terroristes du Hamas, du Hezbollah et a aidé les terroristes du 11 septembre 2001


Soleimani, que les médias français qualifient de « grand général », supervisait les terroristes du Hamas, du Hezbollah et a aidé les terroristes du 11 septembre 2001

Qassem Soleimani, que les médias français qualifient de « grand général iranien adoré de son peuple », est le principal la déstabilisation de tout le Moyen Orient : il supervisait les groupes terroristes Hamas, Hezbollah, Djihad islamique, les milices Houthi… Il est également le principal responsable de la répression contre le peuple iranien. Et l’on découvre qu’il a aidé les terroristes du 11 septembre 2001…

Qassem Soleimani était le plus important chef militaire du régime des mollahs, l’un des indignes dignitaires iraniens les plus proches du Führer Ali Khamenei, et vu ce qu’est le régime des mollahs, mieux vaut dire que c’était un chef terroriste islamique. Et quel chef ! Il supervisait les actions du Hezbollah au Liban, du Hamas et du Djihad Islamique à Gaza, des milices Houthi au Yémen et des Gardiens de la Révolution en Syrie, et il trouvait le temps de s’occuper de la répression sanglante des manifestants soulevés contre le régime en Iran ! Il s’était occupé aussi des campagnes terroristes contre les soldats américains en Irak, et des récents assauts contre l’ambassade des Etats-Unis à Bagdad.

Le vice-président des État-Unis, Mike Pence, a affirmé sur Twitter, que le général iranien éliminé, Qassem Soleimani “a aidé au voyage clandestin en Afghanistan de 10 des 12 terroristes ayant mené les attaques terroristes du 11-Septembre aux États-Unis”.

Les attentats du 11-Septembre ayant été perpétrés par 19 pirates de l’air, sa porte-parole Katie Waldman a ensuite précisé que Mike Pence parlait des 12 d’entre eux ayant “transité par l’Afghanistan”. Et a répété que “10 sur ces 12 avaient été aidés par Soleimani”.

Loading...

Le New York Times souligne que Qassem Soleimani, dirigeait déjà à l’époque la Force Qods des Gardiens de la révolution, chargée des opérations extérieures de l’Iran, mais s’il n’est “cité à aucun moment” dans le rapport de la commission d’enquête parlementaire américaine sur le 11-Septembre, vu sa fonction, sa participation est évidente.

Le rapport explique qu’“il existe de fortes preuves que l’Iran ait permis le transit de membres d’Al-Qaida vers et depuis l’Afghanistan avant le 11-Septembre”. La puissance chiite n’a pas hésité a aider les sunnites d’Al-Qaïda, notamment en formant le groupe djihadiste aux techniques terroristes au Soudan, qui fut son berceau.

L’Iran n’était pas informé de l’opération, puisque les terroristes eux-même l’ignoraient, il n’empêche que la République Islamique a activement aidé Al-Qaïda dont elle savait que le but était de frapper l’Occident. Leur complicité est donc avérée. La guerre froide entre sunnites et chiites n’a plus cours lorsqu’il s’agit de frapper l’Occident.

Confident fidèle de Khamenei, Soleimani jouissait d’une énorme influence sur la dictée de la politique étrangère du régime iranien. Soleimani ne se vantait pas lorsqu’il a écrit dans un message au général américain David Petraeus:

« … vous devez savoir que moi, Qassem Suleimani, je contrôle la politique de l’Iran en ce qui concerne l’Irak, le Liban, Gaza et l’Afghanistan. Et en effet, l’ambassadeur à Bagdad est un membre de la Force Quds. L’individu qui va le remplacer est membre de la Force Quds. « 

Soleimani a été nommé par le Guide suprême iranien à la tête de la Force Qods, une branche du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), il y a près de deux décennies. La Force Quds est chargée d’exporter les principes idéologiques, religieux et révolutionnaires de l’Iran au-delà des frontières du pays.

En tant que chef de la Force Quds, Soleimani était en charge des opérations extraterritoriales, y compris l’organisation, le soutien, la formation, l’armement et le financement des milices majoritairement chiites; lancer des guerres directement ou indirectement via ces procurations; fomenter l’ agitation dans d’autres nations pour faire avancer les intérêts idéologiques et hégémoniques de l’Iran; attaquer et envahir des villes et des pays; et assassiner des personnalités politiques étrangères et de puissants dissidents iraniens dans le monde entier.

Learn Hebrew online

La Force Quds a fomenté les troubles en Irak en fournissant des bombes mortelles et sophistiquées, y compris des engins explosifs improvisés (IED) qui ont tué de nombreux civils et non-civils, notamment des Irakiens et des Américains.

Sous sa direction, la Force Quds a également été accusée d’ avoir échoué dans ses plans de bombarder les ambassades saoudienne et israélienne aux États-Unis et d’assassiner l’ancien ambassadeur saoudien aux États-Unis, Adel Al-Jubeir. Une enquête a révélé que la Force Quds était également à l’origine de l’assassinat du Premier ministre libanais sunnite Rafiq Hariri.

Soleimani a également réussi à conclure des alliances avec divers groupes terroristes et miliciens, notamment des groupes terroristes non chiites tels qu’Al-Qaïda. Sous le règne de Soleimani, l’armée iranienne a également été impliquée dans les attaques du 11 septembre. Le juge fédéral américain George Daniels a rendu une ordonnance déclarant que l’Iran, son mandataire chiite libanais Hezbollah et Al-Qaïda étaient conjointement responsables des attaques.

Loading...

L’Iran a fourni « un refuge à certains dirigeants d’Al-Qaïda. Les hauts dirigeants de la Force (Quds) ont des liens de longue date avec Al-Qaïda et, depuis la chute de l’Afghanistan, ont fourni à certains dirigeants d’Al-Qaïda des documents de voyage et un refuge », a déclaré un Analyste du renseignement européen.

Christopher Harmer, un commandant à la retraite de la marine américaine, a déclaré au New York Times que Soleimani était « une version plus majestueuse d’Oussama Ben Laden ».

Soleimani était également bien connu comme l’homme le plus meurtrier du Moyen-Orient et le plus dangereux de l’Iran. Il a donné la priorité aux tactiques et opérations offensives par rapport aux opérations défensives et s’est réjoui de prendre des selfies avec ses troupes et ses mandataires sur les champs de bataille dans des pays comme la Syrie, le Yémen, le Liban et l’Irak. Il avait déjà été sanctionné par les États-Unis, la Suisse et le Conseil de sécurité des Nations Unies via la résolution 1747, et sur la liste des terroristes mondiaux spécialement désignés par l’ Amérique .

Il commandait environ 20 000 membres de la Force Quds et, en cas d’urgence, pouvait également déployer des forces des IRGC et des milices Basij . Soleimani a commandé des combattants des milices que l’Iran soutient et a aidé à créer, et a engagé des combattants d’autres pays, y compris l’Afghanistan, pour combattre en tant que mandataires.

Le modus operandi de Soleimani était ancré dans la création de l’instabilité dans d’autres nations afin de faire avancer les intérêts de Téhéran. Il a déclaré une fois que les troubles et les soulèvements au Moyen-Orient et en Afrique du Nord « offrent à notre révolution (en Iran) les plus grandes opportunités … »

« Aujourd’hui, la victoire ou la défaite de l’Iran n’a plus lieu à Mehran et à Khorramshahr. Nos frontières se sont élargies et nous devons assister à la victoire en Égypte, en Irak, au Liban et en Syrie. C’est le fruit de la révolution islamique. »

© Moshé Anielewicz – Europe Israël News

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Soleimani, que les médias français qualifient de « grand général », supervisait les terroristes du Hamas, du Hezbollah et a aidé les terroristes du 11 septembre 2001

    1. Abiteboul Ya'acov Israel

      La France, c’est comme les juifs iraniens obligés de dire « que D. vengera la mort de soleimani » pour sauver leur vie.

    2. robert davis

      Un général à la noix qui veut créer une guerre entre un lapin comme l’iran et un lion comme les USA est un pur demeuré pas un « grand général » çàd un stratège comme le disent les ennemis de Trump et des démocraties. Mais…ne nous en plaignons surtout pas.

    3. doudou

      robert davis,vous ne croyez pas si bien dire:un lapin geignard ,l’iran contre un lion l’amerique,les iraniens vociferent en criant à la vengence,mais ils ne font pas le poids,j’espere que Trump tiendra parole et eliminera cette multitude d’ayatolas qui ne pensent qu’a tuer ceux qui ne sont pas musulmans et surtout en découdre avec Israel;que D nous protège…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *