toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Meurtre de Sarah Halimi : Quand l’usage du cannabis devient une circonstance atténuante, où juges et parquet s’entendent pour protéger un pauvre islamiste aux 20 condamnations… A vomir !


Meurtre de Sarah Halimi : Quand l’usage du cannabis devient une circonstance atténuante, où juges et parquet s’entendent pour protéger un pauvre islamiste aux 20 condamnations… A vomir !

Hier, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a tranché en faveur de l’abolition du discernement de Kobili Traoré, le meurtrier de Sarah Halimi.

C’est toute la communauté juive qui est sous le choc de cette décision ignoble qui ne vise qu’à protéger un « pauvre islamiste » d’une condamnation certaine. Juges de l’instruction et Parquet se sont entendus pour que le brave Traoré, aux 20 condamnations, soit déclaré irresponsable.

Exit l’assassinat horrible et indicible de Sarah Halimi, exit les tortures qu’elle a subit avant d’être assassinée, exit la motivation antisémite, exit également la motivation islamiste malgré les « Allah Akbar »… Exit même la notion de rendre justice aux victimes ! Elles sont mortes ? Donc elles n’ont plus besoin d’être protégées…

Pour cette justice de gauche, seuls les assassins issus de la diversité, à fortiori quand ils sont islamistes, valent la peine d’être protégés. C’est à vomir, mais c’est ainsi que fonctionne désormais la Justice française sous l’emprise d’une idéologie de gauche dévoyée et nombre de cas similaires en témoignent.

Rassurez vous, si vous êtes un « bon français » sous l’emprise de quelques verres de vin, vous serez jugé et condamné en cas de délit, surtout si vous avez omis de crier « Allah Akbar ». Cette nouvelle jurisprudence ne s’applique qu’aux criminels issus de l’immigration, aux migrants, et aux islamistes tous « déséquilibrés » comme c’est devenu la mode depuis quelques années.

Comme l’écrivait Éric Zemmour dans une chronique «Vous êtes en France, bienvenue chez les fous !»

Fou. Cinglé. Maboul. Malade mental. Dingue. Irresponsable. En quelques mots, en quelques synonymes, on peut résumer l’épilogue de ce qu’on a appelé l’affaire Sarah Halimi, cette vieille dame juive assassinée au cri de «Allah Akbar» par son voisin, Kobili Traoré. Un crime? Non! Un assassinat antisémite? Que nenni! Un meurtre islamiste? Pas d’amalgame! Les experts ont évalué, tranché, décidé. Les experts ont expertisé et leur parole est sacrée. Kobili Traoré est fou. Cinglé. Maboul. Dingue. Irresponsable.

Il a tué, mais ce n’est pas lui qui agissait. «Je est un autre», disait Rimbaud. Il avait fumé du cannabis la veille. Il a crié «Allah Akbar» et «J’ai tué le sheitan» (le diable, en arabe), mais il aurait pu crier n’importe quoi: «Vive la sociale!» ou «Je suis tombé par terre, c’est la faute à Voltaire» mais il ne connaît ni Voltaire ni Hugo.

La justice est bonne mère. La République aussi. Quand un homme boit avant de tuer, c’est une circonstance aggravante ; quand il fume du cannabis, c’est une circonstance atténuante! Les djihadistes qui ont massacré chez Charlie ou au Bataclan consommaient eux aussi des drogues avant d’agir ; et criaient «Allah Akbar» au moment de passer à l’acte: ce qui prouve bien qu’ils sont fous! Cinglés. Mabouls. Malades mentaux. Irresponsables. Le tueur de Nice? Fou. Psychopathe. L’égorgeur du père Hamel? Fou. Irresponsable. En effet, il faut être fou pour commettre des actes aussi cruels.

Loading...

Magnifique trouvaille. Magnifique excuse. Les SS d’Oradour qui ont brûlé des femmes et des enfants? Fous. Les milices staliniennes qui affamaient les Ukrainiens? Fous. Les sans-culottes qui exécutaient en masse, les 2 et 3 septembre 1792, aristocrates et prêtres, dans la prison du Temple? Fous. Irresponsables. Comme disait Shakespeare: «L’histoire humaine, c’est un récit raconté par un idiot plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.»

Tous fous. Tous cinglés. Tous irresponsables. Les militants de l’Islam, qui est, plus qu’une religion, un système juridico-politique, une idéologie totalitaire, «un communisme avec Dieu» selon Maxime Rodinson, sont donc en réalité des fous irresponsables. Mais ceux qui tentent d’alerter sur le danger qu’ils représentent sont eux aussi des fous, des islamophobes atteints de démence, à psychiatriser. À enfermer d’urgence. Comme au bon vieux temps des asiles psychiatriques de Brejnev.

Il n’y a plus de débats, plus de conflits politiques, plus d’affrontements idéologiques. Plus de militants, plus de combattants, plus d’ennemis. Plus de responsables. Pourquoi avoir jugé les dignitaires nazis au procès de Nuremberg? Ils étaient tous fous. Pourquoi s’étriper encore sur Robespierre et la Terreur? Il était fou. Rien que des fous et des asiles psychiatriques où les enfermer. Au fait: reconnu dément, Kobili Traoré ne sera pas pénalement responsable. Mais, en l’absence de pathologie mentale chronique, il ne sera pas non plus hospitalisable d’office à long terme. Bienvenue chez les fous!


Pour Oudy Bloch, avocat des parties civiles dans cette affaire, c’est une nouvelle ère du droit qui s’ouvre à nous. L’usage massif du cannabis devient une circonstance atténuante, une cause d’irresponsabilité pénale. Décryptage.


Le meurtrier de Sarah Halimi Kobili Traoré ne pouvait pas savoir. Il ne pouvait pas savoir que fumer du cannabis pouvait avoir des effets imprévisibles sur le cerveau. Impossible pour lui d’imaginer que la surconsommation de cannabis pourrait impacter son discernement. Pourquoi ? Parce que Kobili Traoré est un jeune à l’éducation défaillante à qui personne n’a pris soin d’expliquer que fumer du haschich est non seulement illégal mais dangereux pour la santé. Mieux encore, comme une immense majorité de consommateurs confronté à la banalisation de ce produit, il avait peu conscience de sa dangerosité. Il ne pouvait donc pas raisonnablement s’attendre, en dépit des 10 à 15 joints fumés par jour, à subir une bouffée délirante aigüe. Véridique. Il en résulte bien sûr une abolition de son discernement et une irresponsabilité pénale. M. Traoré ne saurait, dans ces conditions, être jugé aux assises pour le meurtre qu’il a commis.

Raisonnement stupéfiant

On aurait bien voulu qualifier cette défense de caricaturale, déresponsabilisante ou de farce sauf qu’il ne s’agit pas tant d’une stratégie de défense que d’un rapport d’expertise psychiatrique versé à la procédure.

Et comme les miracles n’arrivent pas qu’à Lourdes, le Parquet général, garant de l’ordre public et des intérêts de la société, avait requis de concert avec la défense que soit retenue l’abolition du discernement de Kobili Traoré.

Learn Hebrew online

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris ayant adopté ce raisonnement stupéfiant, c’est le cas de le dire, et l’éducation étant devenue un critère de constitution des infractions, il faudra désormais faire passer un test de QI dès le début de leur garde à vue pour savoir si le mis en cause est en mesure de comprendre qu’il ne faut pas conduire quand on est ivre mort ou s’il peut anticiper que mélanger de l’extasy et de la cocaïne peut déclencher une bouffée délirante aigüe.

A ce rythme, la politique judiciaire de la France va vite changer. Parce que s’il faut attendre des consommateurs de drogues qu’ils aient un diplôme de pharmacotoxicologie et connaissent l’intégralité des effets des toxiques sur leur psychisme, aucun délinquant ayant volontairement consommé de l’alcool, des stupéfiants ou des médicaments ne sera jamais tenu pour responsable. Que les chauffards, les criminels et les terroristes se rassurent, aujourd’hui en France, une prise trop importante de psychotropes pourrait bien les absoudre de leurs crimes et délits pourvu qu’elle déclenche un délire.

Sans compter que cela permettra de résoudre le problème de la surpopulation carcérale puisqu’il faudra bientôt remettre en liberté tous ceux qui n’avaient pas appris par cœur le dictionnaire Vidal avant de passer à l’acte.

Loading...

Vingt condamnations

Exit donc les treize années de consommation régulière et massive de cannabis de Kobili Traoré, exit son irritabilité grandissante, sa paranoïa, ses crises de rage incontrôlées, oubliées ses vingt condamnations notamment pour violences et consommation de stupéfiants. Effacés aussi les éléments de conscience avant, pendant et après le crime puisque certains experts expliquent, pontifiants, que le discernement pendant une bouffée délirante aigüe peut être en dents de scie et qu’au final ce n’est pas de chance si Kobili Traoré ne contrôlait plus ses actes uniquement au moment de battre à mort Sarah Halimi et de la jeter par-dessus le balcon. Traoré sera donc hospitalisé en psychiatrie.

Une question toute de même : pendant combien de temps ? En effet, les experts s’accordent tous sur l’absence de pathologie psychotique chronique de Kobili Traoré. Il n’a donc pas sa place en hôpital psychiatrique. Il était, du reste, apparu tout à fait lucide lors de l’audience et ce, en dépit d’un traitement thérapeutique extrêmement allégé depuis plusieurs mois.

Se pose alors la question de ce que l’on va faire de lui car si on n’emprisonne pas les « fous », on ne psychiatrise pas non plus les personnes saines d’esprit.

Mais s’il est remis en liberté, qui s’assurera que Kobili Traoré ne refume pas de cannabis risquant de déclencher une nouvelle bouffée délirante aiguë ? Qui assumera le risque de la récidive ? Qui ira l’expliquer aux familles des victimes ?

Causeur

L’affaire Sarah Halimi

Price: EUR 16,00

5.0 étoiles sur 5(1 customer reviews)

26 used & new available from EUR 0,97

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 13 thoughts on “Meurtre de Sarah Halimi : Quand l’usage du cannabis devient une circonstance atténuante, où juges et parquet s’entendent pour protéger un pauvre islamiste aux 20 condamnations… A vomir !

    1. elie

      « Responsable mais pas coupable » est bien un principe de gauche ?
      Ce principe s’applique uniquement aux magistrats et leurs affidés, pas au vulgum pecus qui doit aller en prison si il ne paie pas ses impôts, amendes, taxes etc…

    2. Cyrano

      Je me souviens autrefois en France avant que n’entre en vigueur la notion de violence routière, permis à points, annulation de permis
      – ce qui au passage amène plusieurs chauffards à conduire sans permis donc sans assurance –
      Les conducteurs alcoolisés étaient considérés dans l’ensemble comme ayant des problèmes sociaux. Les juges étaient cléments pour les ivrognes à l’époque.
      Il a fallu en 1979 la création de l’Association des Familles de Victimes des Accidents de la Circulation pour que la justice prenne en compte le taux d’alcoolémie comme une circonstance aggravante.
      De nos jours les contrôles routiers pour tester -l’emprise de stupéfiants- est devenu une circonstance aggravante. Maintenant avec cette décision la justice vient nous dire le contraire.
      Si un mec ne sait pas qu’il est bourré et/ou shooté alors qu’il conduit peut être considéré comme irresponsable s’il blesse ou tue d’autres personnes au moment où il est sous l’emprise du gorgeon ou de la fumette.
      C’est du n’importe quoi. C’est bien d’avoir fait des études et être bardé de diplômes pour pondre de telles absurdités. A moins qu’ils obéissent aux ordres. La raison d’état existe aussi chez nous pas besoin d’aller ailleurs.
      Que ne ferait-on pas par clientélisme.
      RÉVOLTANT.

    3. léopold

      Normalement, le pdt Macron aurait du s’insurger contre une décision de « justice » aussi scandaleuse. S’il ne l’a pas fait c’est probablement qu’il entérine cette décision, peut être même l’a t-il suscitée,pour des raisons bassement électorales et pour complaire aux islamistes.

    4. david

      en fait il ne faut pas aller chercher loin la verite. du jugement. ..si jamais un proces devait avoir lieu cela engagerait la responsabilite. de la police avec pres de 25 policiers qui ne sont pas intervenus pendant pres d.une heure en attendant l.arrive.e du gign !! tout ca pour un individu qui n.avait meme pas une ceinture d.explosifs sur lui. une preuve supplementaire est le refus de la juge d.instruction d.organiser une reconstitution sous le pretexte fallacieux que cela pouvait presenter un danger pour traore ….du vrai guignol ..si ma deduction est bonne le recours sera aussi rejete.

    5. Tamara

      Et c’est là que en admettant qu’il soit libéré par le bon vouloir de la Justice, même après appel, il se mette à avaler du canabis et se tourne tel un boomerang, s’en prendre à ses admirables défenseurs …

    6. Slam

      Aujourd’hui pour avoir l’impunité en France il faut naître ni blanc ni chrétien ni juif. Des exemples ? Traoré, m’blabla dieudoné, ladj ly, nick conrad. Que des racailles de bonne famille éduqués à l’école de la haine, mais pas que.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *