toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Fofana, Coulibaly, Traoré, Dieudonné : l’antisémitisme noir, on en parle ? Par Frédéric Sroussi


Fofana, Coulibaly, Traoré, Dieudonné : l’antisémitisme noir, on en parle ? Par Frédéric Sroussi

Un couple de suprémacistes noirs a commis l’irréparable le 10 décembre dernier en visant une supérette cachère à Jersey City aux États-Unis, tuant deux personnes juives dont une mère de famille de 31 ans et un élève d’une école talmudique de 24 ans (sans oublier, évidemment, le décès d’un héroïque officier de police et d’un employé de l’ épicerie cachère de 49 ans).
Les deux assaillants (un homme et une femme) munis,entre autres, de fusils d’assaut,ont été heureusement abattus.

Les deux tueurs ont agi par haine des Juifs : des propos antisémites avaient été postés sur Facebook par l’homme, David N. Anderson, accompagnés de versets du Nouveau Testament comparant les Juifs à «la Synagogue de Satan» (Apocalypse de Jean). Anderson, 47 ans ,était en contact avec « le mouvement israélite des Hébreux noirs » (Black Hebrew israelites). Ce mouvement très nébuleux n’a évidemment aucun lien avec le Peuple juif mais prétend le remplacer (on retrouve ici l’idée de la Théologie de la substitution prônée par le christianisme à partir du IIe siècle affirmant que l’ Église serait « le véritable Israël»). Comme l’explique la chercheuse Heidi Beirich :« les Juifs sont considérés (pour les «Hébreux noirs») comme des «imposteurs» ».

Les « Hébreux noirs», ajoute-t-elle, pensent aussi que Dieu se révélera à eux pour « dominer toute la terre» et que les Blancs seront maudits et réduits en esclavage pour l’éternité…
Les Afro-américains, bien qu’ayant toujours été soutenus par la communauté juive dans leurs combats pour les droits civiques, étaient déjà dans les années 1990, selon un sondage, quatre fois plus antisémites que les Américains blancs.

Je rappelle le pogrom de Crown Heights -un quartier de Brooklyn (New York City)- qui s’est déroulé en août 1991. Après un accident de la route qui a malheureusement coûté la vie à un adolescent noir(le conducteur était juif), la communauté afro-américaine a déchaîné sa haine meurtrière pendant plusieurs jours contre tous les Juifs, hommes, femmes et enfants qu’ils croisèrent dans les rues. Une vingtaine de noirs lynchèrent et poignardèrent à mort un étudiant juif australien Yankel Rosenbaum. Un homme non Juif (nommé Anthony Graziosi),portant la barbe et habillé en noir fut aussi assassiné d’une balle dans la tête à un feu rouge par une meute de noirs qui le prit pour un Juif. Pendant plusieurs jours, les magasins appartenant à des Juifs furent pillés et incendiés, et pour avoir vu des photos de ces émeutes raciales, je peux dire que je fus frappé par la ressemblance de ces images avec celles que je connaissais des pogroms qui se déroulèrent en Russie: des Juifs orthodoxes à terre nageant dans leur sang à côté de leurs enfants en pleurs eux-mêmes blessés. Des banderoles sur lesquelles était inscrit «Hitler n’a pas fini le travail» ont été aussi affichés dans les quartiers noirs.

Ces derniers mois ,de nouvelles attaques perpétrées contre la communauté juive orthodoxe par des gangs de jeunes noirs se sont généralisées à Brooklyn (tabassages d’enfants juifs, caillassage de bus scolaires, rabbins roués de coups, synagogues vandalisées, etc).
Toutes les photos et les vidéos concernant cette vague de violence envers les Juifs montrent de jeunes noirs souvent hilares après avoir commis leurs forfaits.
À ce sujet ,le journaliste Zachary Evans dans The National Review (10/12/19) a dénoncé le fait que les autorités locales de New York aient accusé le ‘’nationalisme blanc’’ d’ être responsable de cette vague de violence contre les Juifs, alors même que David Pollock, le directeur d’un organisme qui s’occupe de la sécurité de la communauté juive de New York, explique que les assaillants sont tous noirs ou hispaniques.
D’ailleurs, un sondage commandé par l’organisation The Brand Israel group, démontrait déjà en 2017 qu’ aux États-Unis, les noirs et les hispaniques représentaient la population la plus hostile envers Israël.

Les suprémacistes noirs et les suprémacistes blancs ont donc lancé une offensive contre les Juifs aux États-Unis comme en Europe (je rappelle l’attentat dit de Yom Kippour perpétré contre une synagogue, en Allemagne, par un suprémaciste blanc, le 9 octobre 2019).
Dans un article que j’ai publié en février dernier, je faisais remarquer que la Représentante du Minnesota au Congrès des États-Unis, Ilan Omar, femme noire, musulmane d’origine somalienne, connue pour ses petites phrases antisémites concernant «les Juifs et l’argent» avait trouvé le soutien de…l’ancien «Grand sorcier » du Ku Klux Klan, l’immonde David Duke. Ce dernier avait loué le talent de la somalienne Omar pour ses prises de position antisionistes. Décidément, la haine des Juifs est bien l’élément le plus fédérateur du monde !
Sartre écrivit dans son célébrissime Réflexions sur la question juive que:«Proust a montré, par exemple, comment l’antidreyfusisme rapprochait le duc de son cocher, comment grâce à leur haine de Dreyfus, des familles bourgeoises forcèrent les portes de l’aristocratie. C’est que la communauté égalitaire dont se réclame l’antisémite est du type des foules ou de ces sociétés instantanées qui naissent à l’occasion du lynchage ou du scandale. »
Tout est dit !

La plus célèbre figure actuelle de l’ antisémitisme noir aux États-Unis est sans conteste, le leader afro-américain de Nation of Islam, Louis Farrakhan (l’antisémite Malcom X -mort en 1965 – fut le porte-parole de Nation of Islam ).
Le leader noir Farrakhan qui a décrit Hitler comme «un très grand homme»(sic) a depuis les années 1980 traité à plusieurs reprises le judaïsme de «religion de caniveaux», accusant même les Juifs d’avoir…«financé l’Holocauste» (discours prononcé à la Mosquée Maryan de Chicago en mars1995).Farrahkan a aussi, entre autres,fait récemment référence aux Juifs comme étant des «termites »…

Ha ! Formidable Amérique où l’on bannit des gens et où l’on brise des carrières pour des « délits» relatifs à «l’ appropriation culturelle» (soit, par exemple, une femme blanche portant une coiffure rasta), mais qui tolère les propos pathologiquement haineux et génocidaires d’un Louis Farrakhan. Ce dernier rencontra même Barack Hussein Obama en 2005 (la photo de cette réunion où l’on voit le futur président américain tout sourire aux côtés du leader ultra-antisémite de Nation of Islam n’a été dévoilée qu’en 2018 pour ne pas gêner la candidature puis les deux mandatures du premier président noir des États-Unis).
En parlant d’Obama, rappelons aussi que son mentor fut pendant des années le Révérend Jeremiah Wright, un pasteur afro-américain connu pour ses propos antisémites. Il accusa ,par exemple, les Juifs de «contrôler la Maison Blanche » (2009).

Je me suis attardé sur l’antisémitisme noir made in America car ce dernier est moins connu que celui auquel les Juifs français sont confrontés depuis que Dieudonné (le Goebbels noir) a ouvert la voie à un antisémitisme qui produira les passages à l’acte des immondes Fofana, Coulibaly et Traoré.
N’oublions pas de citer «l’antisémitisme politiquement correct » (c’est-à-dire l’antisionisme) de la députée mélanchoniste franco-gabonaise et islamo-gauchiste Danièle Obono.
Nous pouvons constater qu’il existe donc une expression de l’antisémitisme noir qui est lié, aux États-Unis comme en Grande-Bretagne, à la résurgence d’un antijudaïsme de type chrétien (suivant en cela l’exemple des suprémacistes blancs !) . Mais, il est évident que l’islamisme et le ressentiment au sens nietzschéen du terme (1) restent au sein de nombreux membres des communautés noires les «moteurs» de la haine envers les Juifs.
Mais , ne nous y trompons pas, les passages à l’acte antisémites d’une partie de cette population sont aussi liés – comme l’explique le criminologue et policier Jean-François Gayraud au sujet des djihadistes opérant en Occident – à un «habitus de violence et de déviance ».
Évidemment, et comme la décision d’injustice concernant l’affaire Sarah Halimi le démontre, cet antisémitisme noir sera nié, et ceux qui l’auront pointé du doigt traités de racistes, c’est tellement facile…

Il est étrange que les sentiments de culpabilité et de pitié que l’Occident exprime – jusque dans les tribunaux – ne sont donc en fait accordés qu’envers ceux que l’Occident n’a pas assassiné (les populations issues du tiers-monde), alors qu’il refuse d’accepter sa responsabilité (autrement que par de pieuses paroles) en ce qui concerne la Shoah,le pire crime de l’histoire de l’inhumanité.
La dette morale de l’Occident vis-à-vis des Juifs étant irréparable, il apparaît préférable pour l’économie psychique de la civilisation occidentale de transférer son sentiment de culpabilité vers ceux pour qui la dette est réparable (les prétendus «damnés de la terre» de la colonisation qui n’ont pas connu l’extermination !).

De plus, au nom de «l’antiracisme» dévoyé , l’Occident peut continuer sa guerre contre les Juifs par d’autres moyens : le monde arabo-musulman servant depuis des décennies de sous-traitant à la civilisation occidentale dans sa lutte contre le Peuple d’Israël.
Il existe donc bien un nationalisme noir en Occident (2) profondément antisémite et meurtrier.

Frédéric Sroussi

(1) L’homme du ressentiment est à la recherche d’un agent – un bouc émissaire – qu’il peut blâmer et faire souffrir pour compenser ses propres sentiments d’échec et/ou d’ infériorité.
(2) Au sens où «la nation est acéphale » comme le disait le doyen Hauriou.

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Frédéric Sroussi est journaliste et essayiste. Il a collaboré, entre autres, au Journal du Parlement français, à l'édition française du Jerusalem Post, à la revue de l'Instituto Centroamericano de Prospectiva e Investigación (ICAPI) ou encore à la revue France-Israël Information. Il est aussi l'auteur de deux essais.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Fofana, Coulibaly, Traoré, Dieudonné : l’antisémitisme noir, on en parle ? Par Frédéric Sroussi

    1. robert davis

      Je suis entièrement d’accord avec l’auteur: cet antisémitisme des noirs imitant celui de l’occident ne fait que suivre les directives de l’occident antisémite dont la France est le porte parole et le principal meneur pour des raisons qui au fond, semblent être l’antisémitisme propagé par l’eglise depuis des siècles et qui est devenu une habitude. Il faudra qu’une catastrophe s’abatte sur le monde contre les chrétiens et les noirs pour que cela change. En ce qui concerne les mus et les arabes en particulier la locomotive des mus c’est plutôt une politique territoriale.

    2. Minla Swag

      Je pense que votre article est une propagande, incitation à la haine.
      Pourquoi, je m’explique.
      Quand vous dites que les noirs sont les moteurs de la haine des juifs, vous dîtes n’importe quoi parce que la haine des juifs ne date pas d’aujourd’hui.
      Si il faut faire des comparaisons je dirais que les juifs sont plus negrophobes que les noirs ne sont antisémites.
      Mais je nierai pas le faite qu’il y a eu la shoah (extermination des juifs) mais n’oubliez pas aussi que les noirs ont été esclavagisé, colonisé, et néo colonisé et beaucoup d’entre vous minimise ce phénomène et d’ailleurs Christine angot nous a prouvez que vous juifs vous vous foutez de notre histoire parce que en disant que <> je vous laisse analyser c vous mêmes cette phrase parce que ça prouve bien que vous juifs sous-estimé notre histoire.
      Moi je suis noir et j’ai 15 ans mais j’ai toujours défendu la cause des juifs dans mon école et je me suis même disputer avec mes amis blancs non juifs pour la cause des juifs parce que je sais ce que ça fait d’être minoritaire et je sais aussi ce que ça fait de faire parti d’une communauté qui a eu une passé historique douloureuse.
      Alors je pense que c’est pas juste d’accuser les noirs d’antisémitisme parce que nous sommes la communauté la moins antisémite au monde je vous remercie

    3. Christian De Lablatinière

      @ Minla Swag : personne n’accuse TOUS LES NOIRS d’être antisémites, ne faites pas d’amalgame, mais certains noirs, notamment converti à l’Islam sont antisémites : cet article oubli la «Tribu Ka» des suprématistes antisémites, Stellio Gilles Robert alias Kémi Semba expliquait que sa «destinée» politique avait débuté à Los Angeles, lors de la visite d’une mosquée de la Nation de l’islam, le groupe suprématiste noir fondé par Louis Farrakhan.

      Les Juifs ne minimisent pas l’esclavagisme et les souffrances des noirs, mais vous oubliez que les plus grands esclavagistes et oppresseurs des noirs furent les kalifs musulmans

    4. robert davis

      Minla Swag : les juifs ont toujours défendu les noirs et les ont aidé contre les esclavagistes blancs et mus mais aujourd’hui bcp de noirs sont devenus antisémites pour on ne sait quelles raisons, probablement la JALOUSIE. Il y a bien sûr des noirs intelligents qui savent qu’ils n’ont rien à reprocher aux juifs mais la jalousie est innée chez les imbéciles noirs ou blancs.

    5. Esther

      Je n’ai plus le même Sroussi que Frédéric depuis qu’on a les Falachas en Israël. Des juifs Noirs Sapiens sapiens.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    16 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap