toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Procès d’un détenu radicalisé qui revendique sa préméditation: « Cela faisait quelques jours que je pensais à tuer un surveillant quel qu’il soit »


Procès d’un détenu radicalisé qui revendique sa préméditation: « Cela faisait quelques jours que je pensais à tuer un surveillant quel qu’il soit »

Personne n’avait perçu sa froide détermination, qu’il avait habilement su dissimuler. Car, même s’il n’était pas réputé commode, Bilal Taghi était plutôt perçu comme un détenu tranquille à la maison d’arrêt d’Osny (Val-d’Oise), où il était incarcéré à l’unité dédiée pour prisonniers radicalisés.

 Le 4 septembre 2016, ce détenu condamné à cinq ans de prison pour avoir vainement tenté de rejoindre la Syrie en 2015 a attaqué deux surveillants à l’aide d’un couteau artisanal, blessant l’un d’entre eux au cou.

« Cela faisait quelques jours que je pensais à tuer un surveillant quel qu’il soit », revendique-t-il d’emblée en garde à vue, expliquant avoir voulu frapper un représentant de l’Etat français au nom de Daech. Le procès pour tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste de ce jeune homme aujourd’hui âgé de 27 ans s’ouvre ce mardi devant la cour d’assises spéciale à Paris. Il encourt la perpétuité.

Un art consommé de la dissimulation

Le jour des faits, alors qu’il vient d’ouvrir la porte de sa cellule pour la promenade, le surveillant Philippe H. est intrigué par la serviette que Bilal Taghi porte autour du bras. Le détenu fait mine de revenir sur ses pas puis sort une lame – en fait la tige d’une poignée de fenêtre qu’il a patiemment aiguisée -, lui porte plusieurs coups à la carotide et dans le dos. Le surveillant parvient à s’extraire, secouru par un collègue qui sera blessé superficiellement au bras.

Loading...

Il faudra attendre l’intervention du personnel spécialisé trois heures plus tard pour l’interpeller. Pendant cette période, Bilal Taghi s’exhibe avec son arme, grave sur la porte d’un local technique la profession de foi de l’Islam et trace même un cœur avec du sang sur la vitre d’une porte avant de s’agenouiller pour faire sa prière. Pendant toute la durée de l’attaque, ses codétenus demeurent très calmes.

Devant les enquêteurs puis devant le juge d’instruction, Bilal Taghi assume totalement son geste et revendique sa préméditation. Il explique qu’il avait imaginé un scénario pour tuer deux surveillants mais que la réaction de surprise de Philippe H. en ouvrant sa porte l’a déstabilisé. Il n’exprime aucun remords et se targue d’avoir trompé son monde grâce à son art consommé de la dissimulation.

Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *