toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La fichée S d’extrême gauche, qui espionnait les policiers, relaxée


La fichée S d’extrême gauche, qui espionnait les policiers, relaxée

Le ministère public avait requis 10 mois de prison contre la jeune femme interpellée samedi lors de l’« anniversaire » des Gilets jaunes place d’Italie.

C’est une décision qui risque de susciter l’incompréhension au sein de la police. Une étudiante dans le secteur paramédical, fichée S pour espionnage de policiers, a été interpellée samedi lors de la manifestation anniversaire des Gilets jaunes et jugée en comparution immédiate dans une salle d’audience bondée et survoltée. Elle a été relaxée – seule l’accusation de rébellion a été jugée hier après-midi au TGI de Paris.

Lors de son interpellation samedi après-midi, elle se serait jetée au sol et aurait tout fait pour entraver sa conduite vers le commissariat du 11e arrondissement. Peu d’éléments sont venus étayer la version policière. L’avocate de la fichée S de 21 ans, qui comparaissait détenue, avait critiqué les réquisitions qualifiées de « disproportionnées » du parquet : dix mois de prison dont quatre mois ferme assorti d’un maintien en détention. La jeune femme était jugée sous le coup d’un sursis pour une précédente condamnation datant de mai 2019. À son actif, la diffusion d’une « vidéo sur la fabrication d’un engin destiné à attenter à l’intégrité physique », selon le magistrat qui a énuméré à l’audience les six sanctions pénales figurant dans son casier judiciaire pour seize « rôles » au fichier du traitement des antécédents judiciaires dont six dégradations de biens, trois participations à un attroupement armé et deux outrages.

En fait, la volonté du procureur de la voir prolonger son séjour en détention se justifiait, selon lui, par sa montée en puissance dans la violence contre toute représentation de l’État, biens ou personnes, en l’occurrence les forces de l’ordre. Il ne s’est pas laissé attendrir par ses larmes ni par ses regrets surjoués laissant croire qu’elle en avait « marre de cette situation de poursuite judiciaire permanente », ainsi qu’elle l’a marmonné.

Loading...

Une fiche S et une fiche I

En réalité, loin de se faire oublier – « c’est ce qu’on attend de quelqu’un qui est condamné à du sursis avec mise à l’épreuve », dixit le représentant du ministère public –, la jeune femme continue d’inquiéter les policiers, devenus ses cibles privilégiées ces derniers mois. Elle se rend régulièrement à proximité des services de police pour y relever des informations personnelles sur les fonctionnaires qu’elle croise. Avant de les diffuser, selon la police, sur son compte Facebook « Acab Land » (« Acab » pour All cops are bastards, NDLR) supprimé depuis.

Le 14 novembre, elle était interpellée aux abords du commissariat du 13e arrondissement porteuse d’un sweat sur lequel figurait la mention ACAB en grosses lettres. Elle avait été vue en train de photographier des policiers et leurs véhicules personnels.

Un mois plus tôt, le 15 octobre, c’est devant le commissariat du 17e arrondissement qu’elle avait sévi. En procédant à son contrôle, les policiers ont découvert qu’elle faisait l’objet de deux fiches : une fiche S et une fiche I, qui lui interdit de porter ou de détenir une arme. Interrogée, elle ne cachait rien de son activisme : elle affirmait détenir des informations sur des fonctionnaires de police dont elle se sert pour alimenter un fichier informatique avec leur nom, prénom, adresse, photo, etc. Elle y décrit également le comportement de chaque policier, agressif, docile, insultant. Elle prétendait garder ces informations pour elle-même mais envisager de s’en servir le jour où un gardien de la paix commettrait un acte qui justifierait qu’on révèle de tels renseignements personnels, et ce, dans le but de nuire. Elle affirmait également savoir qu’elle faisait l’objet d’une fiche S.

Toutes ces actions très récentes contredisent le profil bas, proche de l’apitoiement, qu’elle a présenté hier après-midi à l’audience. Les magistrats du siège, qui l’ont relaxée, l’ont crue sincère.

Source

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “La fichée S d’extrême gauche, qui espionnait les policiers, relaxée

    1. Slam

      Félicitons cette justice française qui une fois de plus fait montre de sa grande sagesse. Le sens de l’honneur passe après celui des affaires (d’état).

    2. Esther

      En France on est des cons.L’état et les association CNIL…refusent le système Israélien de surveillance par caméra pour suivre les délinquants au motif de la liberté individuelle. Nous on ne les surveille pas, mais eux si, ils surveillent les policiers ! Il y a de quoi rire…

    3. Cyrano

      C’est bien connu depuis des années que la justice sur son petit nuage n’en a cure des dossiers et informations policières. Cette petite guéguerre permet à une société parallèle une assise bien ancrée dans notre société.
      Ce laxisme à géométrie variable nous conduit aux pertes des valeurs républicaines.
      Exemple : Promenez vous sur les marchés en région parisienne dans le 93, et si vous le pouvez le soir dans une cité qui du temps jadis était paisible.
      — Ne rigolez pas, c’est avec votre pognon. COLUCHE.
      Il ne disait pas que des conneries.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *