toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Des affiches “anti-police” dans le métro provoquent un tollé


Des affiches “anti-police” dans le métro provoquent un tollé

Le syndicat des commissaires a demandé le retrait de ces affiches, alors que la RATP dénonce un “affichage sauvage”.

« Frappée par la police »« tuée par la police » … des affiches font polémique depuis mercredi 20 novembre dans le métro de Paris, révèle Le Figaro. Dessus, des slogans hostiles à la police. Très vite, le syndicat de commissaires s’est emparé du sujet en publiant des photos des affiches aperçues dans plusieurs couloirs du métro parisien. Les affiches incriminées sont qualifiées de « diffamantes ». Car, en effet, sur plusieurs d’entre elles, la police est accusée d’avoir tué ou usé de violence sur plusieurs personnes : « Benoit, 19 ans, frappé par la police le 21 septembre, fracture du genou droit, 8 semaines de béquilles » peut-on lire. Ou encore : « Zyneb, 80 ans, chez elle sur son balcon alors qu’elle fermait les volets. Tuée par la police ». Une référence à Zineb Redouane décédée après avoir été touchée par une grande lacrymogène le 2 décembre 2018 à Marseille.

Christophe Castaner saisi

Dans un communiqué, le SCPN (Syndicat des commissaires de la police nationale) « condamne vivement » la campagne d’affiches. Il s’étonne aussi que la RATP « ne réagisse pas et laisse placarder de tels messages immondes contre des agents de l’État ». Le syndicat indique en fin de communiqué qu’il va saisir le ministre de l’Intérieur afin « qu’il dépose plainte pour diffamation et demande le retrait immédiat de ces affiches ».

Pour désamorcer la polémique, la RATP a affirmé que la campagne d’affichage n’était pas une campagne de l’entreprise, mais bien une « campagne sauvage »« Nous condamnons ces actes et nous allons porter plainte », a indiqué un porte-parole de la régie de transports. La RATP a également précisé que des agents avaient été dépêchés pour retirer les affiches.

Loading...

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Des affiches “anti-police” dans le métro provoquent un tollé

    1. Danibert

      Cet affichage est un délit grave. Mais qu’en est-il des policiers et de leurs directives concernant leurs exactions envers les gilets jaunes et anciennement envers la manif pour tous. Exactions qu’il faut mettre en parallèle avec la bienveillance envers les black blocs ou le laisser faire dans les banlieues où ils ont du mal à y aller.

    2. Esther

      Certains policiers, devraient s’interroger : quel est le moindre mot ? Des affiches comme exutoires des exactions que certains policiers minoritaires ont commis (certains), ou bien alors que certains citoyens se fassent justice en allant les attraper pour leur crever un œil ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *