toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Regavim: Une ONG israélienne lutte à Bruxelles contre le financement de la colonisation arabe


Regavim: Une ONG israélienne lutte à Bruxelles contre le financement de la colonisation arabe

Regavim est une ONG israélienne active dans la sensibilisation contre la colonisation arabo-palestinienne en Judée-Samarie. En ce moment cette ONG  mène une compagne à Bruxelles contre le financement des constructions  illégales et l’expansion à vitesse grand V de la colonisation arabe des terres juives.

Regavim organise  des réunions au Parlement européen, car les donateurs occidentaux ne sont pas même au courant qu’ils financent de telles maisons luxueuses des pleurnicheurs professionnels.

Lors d’une série de réunions au Parlement européen à Bruxelles, les membres de l’équipe de Regavim ont rencontré des parlementaires de premier plan issus de nombreux pays et partis politiques européens.

Loading...

L’objectif de la visite de Regavim: mettre un terme au tsunami de l’aide financière de l’Autorité palestinienne à la création systématique – et illégale – d’un État de facto dans la zone C, la partie de la Judée-Samarie placée sous pleine juridiction israélienne par les accords d’Oslo.

La première série de réunions de Regavim au Parlement européen, animée par Jenny Aharon de Golden Gate Public Affairs, conseillère en affaires UE-Israël, a comporté des discussions et des entretiens individuels avec 15 parlementaires et consultants parlementaires, parmi lesquels des membres du Commission des affaires étrangères, de la commission du contrôle budgétaire, de la délégation israélienne, de représentants des gouvernements d’États membres de l’UE, ainsi que de journalistes et de personnalités des médias.

Regavim a porté la lutte contre l’intervention européenne dans les affaires intérieures d’Israël à un niveau supérieur ces derniers mois, à la suite de la publication d’une étude majeure sur des projets illégaux de l’Autorité palestinienne qui modifient la carte politique de la Judée-Samarie.

« Les députés avec lesquels nous nous sommes entretenus représentent une quinzaine de pays européens et une vaste gamme d’orientations politiques« , a déclaré Naomi Kahn, directrice du département international de Regavim.

«Sans exception, ils ont été choqués par les données que nous avons présentées et les cartes qui montrent les changements sur le terrain. Jusqu’à présent, ils avaient entendu un récit très unilatéral sur où, comment et pourquoi l’argent de leurs électeurs était dépensé, mais après avoir entendu ce que nous avions à dire, ils ont commencé à comprendre l’ampleur de l’implication de l’Europe dans le conflit – et les dommages causés par cette intervention unilatérale ».

Sur la photo: Jenny Aharon, membre de la délégation Regavim, et Bert-Jan Ruissen, membre de la commission des affaires étrangères du Parlement européen

Learn Hebrew online

« De nombreux parlementaires qui nous ont rencontrés se sont engagés à prendre des mesures proactives, à exiger de la transparence de la part de l’UE en ce qui concerne les sommes, les bénéficiaires et les résultats du financement massif de l’UE qui a été transféré à l’Autorité palestinienne pour l’aide humanitaire. En fait, un eurodéputé influent du parti de Brexit a déjà soumis des questions écrites formelles au Conseil européen sur cette question et d’autres envisagent de faire de même, tant au Parlement européen qu’à leurs gouvernements nationaux. « 

« Le gouvernement israélien doit adopter une position plus décisive et confronter les gouvernements européens qui financent des activités illégales visant à créer des faits unilatéraux et irrévocables sur le terrain. »

Au cours des trois dernières années seulement, au moins 42 000 000 € (50 millions USD, 175 millions NIS), dont près de la moitié ont été versés à l’Union européenne, ont été donnés dans le but exprès de faciliter le contrôle arabe sur la zone C.

Loading...

Les accords d’Oslo de 1993, font de la « zone A » (11% du territoire) une zone autonome totalement contrôlée par « l’Autorité arabe palestinienne », aussi bien civilement qu’administrativement (y compris force de police) ; La « zone B » (environ 28% du territoire) est soumise à un contrôle conjoint israélo-palestinien ; La « zone C » (environ 61% du territoire) est entièrement contrôlée par Israël, et est terre israélienne.

Juridiquement, Israël considère les zones B et C comme des « territoires nationaux libérés d’une annexion étrangère et réintégrés », et considère la zone A comme « territoire disputé soumis à négociation».

Des constructions  palestiniennes illégales 

En février 2018 Regavim avait présenté des données choquantes à la commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset, lors d’une audience convoquée par la sous-commission sur la Judée-Samarie, présidée par MK Moti Yogev. L’audience, à laquelle ont participé les députés Sharen Haskel et Bezalel Smotrich, ainsi que des représentants du ministère de la Défense, le conseiller pour la sécurité nationale et d’autres membres clés du personnel gouvernemental et de sécurité, a été consacrée à la colonisation arabe des terres juives.

 

En 2017, Un appel d’offres interne pour la construction lancé par l’ONU a été obtenu par Regavim. Le document révèle que l’ONU poursuit ses constructions illégales à Armon HaNatziv, un quartier de Jérusalem-Ouest où la souveraineté d’Israël est incontestée depuis 1948.

Lors d’une audition préliminaire de la requête de Regavim, en novembre 2017, auprès de la Haute Cour en vue d’obtenir une ordonnance d’interdiction des travaux , le représentant de l’État a admis que le projet de construction à Armon HaNatziv n’avait jamais reçu les autorisations nécessaires et constituait une violation du droit israélien. Le Premier ministre Netanyahu était parvenu à un accord avec le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, selon lequel tous les projets de construction en cours et à venir entrepris par l’ONU à Armon HaNatziv seraient conformes aux principes du code de la construction et de la construction israéliens.

Juste à côté des villes juives de Peduel et Alei Zahav dans le Shomron (Samarie), à 10 minutes de Rosh HaAyin, les Arabes locaux ont décidé de construire quelques bâtiments – sans permis de construire ni permis de construire, et en violation totale de la loi.

Regavim avait soumis les documents d’appel d’immeuble au tribunal de district de Jérusalem et pour entendre sa requête d’interrompre les travaux.

Outre le fait qu’il s’agit d’une construction illégale et que les travaux sont effectués sans aucune surveillance, ce «projet» constitue également une menace sérieuse pour la sécurité: la construction illégale est en cours d’exécution à proximité de deux villages juives et à proximité d’un  poste d’observation et de garde de Tsahal, à seulement quelques mètres de la principale artère de circulation desservant la région. Le site abrite des structures résidentielles et commerciales, y compris un complexe automobile illégal, un garage pour mécanicien, un lave-auto, etc.

Regavim avait déposé de nombreuses plaintes auprès de l’Administration civile, appelant à une inspection et à une exécution sur le site, mais le travail n’a même pas  était ralenti. Jusqu’à présent, l’administration civile a bloqué une route interne sur le site et érigé une barrière sur la route d’accès, mais les structures n’ont pas été démantelées et les travaux de construction se poursuivent.

Comme aucune mesure n’a été prise concernant l’avant-poste arabe illégal dans l’est du Gush Etzion, près de Pnei Kedem / Meizad, Regavim avait déposé une requête auprès de la Haute Cour de justice leur demandant de faire respecter la loi.

Regavim  continuera de surveiller la situation afin de protéger la vie des habitants des communautés voisines et des soldats stationnés dans la région. Regavim poursuivra aussi ses efforts pour s’assurer que la souveraineté d’Israël est respectée. Selon Boaz Arzi, avocat de cette ONG, l’État doit faire respecter la loi afin de protéger ses terres nationales et d’empêcher les abus commis par ceux qui sont impliqués dans l’anarchie et les abus de notre démocratie.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Regavim: Une ONG israélienne lutte à Bruxelles contre le financement de la colonisation arabe

    1. robert davis

      Cette ONG Israelienne a raison de lutter pour la SENSIBILISATION de la colonisation arabe de la Judée/Samarie totalement illégale avec l’aide financière de l’ue comuniste tout aussi illégale. Mais l’essentiel, le point le plus important dans cette affaire c’est l’attitude imbécile du gouvernement ds’Israel qui se laisse intimider par l’étranger par les antisémites dee l’ue emmené par la France qui n’a pas à s’ingérer dans la politique d’Israel. Celui-ci DOIT sous peine de disparaitre envoyer au diable ceux qui s’ingérent dans sa pàolitique et déclarer la souveraineté d’Israel sur ses provinces sans laquelle on ne peut rien faire et continué à être décrit à tort par les antisémites comme de la colonisation. Il faut faire cela et expulser les arabes. ENSUITE seulement on discutera. J’ai été attaqué par le cyber pirate à nouveau.

    2. robert davis

      Das cette affaire totalement illégale Netanyahu a préféré « négocier » (sic) avec..l’onu(resic) alors qu’il n’y avait RIEN à négocier. Il aurait d^soir raser la colonie arabe soit mieux encore la CONFISQUER et la donner à des résidents juifs. Mais pourquoi faire BIEN quand on peut faire des c. au détriment des Juifs? c’est la même chose pour la souveraineté sur la Judée/Samarie, toujours un blabla sans fin aboutissant à la défaite! Et il s’étonne de ne pas réussir à former un gouvernement…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *