toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Néo-négationnisme : la revue L’Histoire doute de l’existence du Peuple juif !


Néo-négationnisme : la revue L’Histoire doute de l’existence du Peuple juif !

Que se passe-t-il au sein de la célèbre revue L’ Histoire ?
Dans son numéro 464 d’ octobre 2019 , le magazine L’Histoire a planté des graines judéophobes dans plusieurs de ses rubriques : tout comme les violettes dont parlait Nietzsche qui poussent dans l’ombre, L’Histoire tente de convertir sournoisement son lectorat à une idéologie plus que malsaine.

Tout commence dès la page 4 dans la rubrique du courrier des lecteurs (intitulée en l’ occurrence Forum) dans une réponse faite par la rédaction de la revue (il est important de le noter !) à un professeur d’ histoire qui se demande benoîtement pourquoi dans le numéro 83 des Collections de l’Histoire, justement consacré à l’antisémitisme, les «Juifs » sont écrits avec une majuscule alors que les «chrétiens » et les «musulmans » n’en possèdent pas.
La réponse de la rédaction du magazine L’ Histoire est donc la suivante : « Notre charte typographique accorde une majuscule aux termes désignant un peuple, et une minuscule pour les membres d’une religion. Puisqu’on peut être Juif sans en embrasser la religion, nous continuerons à L’Histoire , à écrire «Juif » avec une majuscule. Mais derrière cette question de syntaxe se cache une autre interrogation : le peuple juif existe-t-il ? C’est d’ailleurs le titre d’un article d’Esther Benbassa et de Jean-Christophe Attias dans L’Histoire n 447 qui revient sur le concept d’ ethnogenèse (l’idée que ce n’est pas l’ascendance commune qui fait un peuple, mais l’ identité qu’il se donne) pour réfléchir à cette controverse très politique, puisque motif de la création d’ Israël. » (sic)

Nous restons abasourdis devant de telles vésanies ! Ce peuple juif, vieux de 4000 ans, ce peuple qui a su garder, même exilé pendant des siècles à travers le monde entier – malgré les pires persécutions – ses coutumes, ses espoirs communs, son identité et sa religion, n’existerait peut-être pas (il coche pourtant toutes les cases, et même plus, des diverses définitions du mot «peuple»)! Mieux ! Ce serait, selon la rédaction de l’Histoire et la sénatrice française islamo-écolo-gauchiste Esther Benbassa (qui a écrit un article sur le sujet), une «création identitaire» (mais de qui ?) en vue de la «création» (ils auraient dû dire : la refondation) d’Israël en 1948 ! Un complot donc ! Mais dans quel but ?

Bien évidemment, nous retrouvons ici l’influence des théories insanes du polémiste d’extrême gauche Shlomo Sand que les graves névroses identitaires ont conduit à prétendre, seul contre tous, que le peuple juif aurait été inventé au XIXème par des historiens juifs en vue de la domination de la Terre d’Israël (un petit ‘’Protocoles des Sages de Sion’’ en quelque sorte).Je rappelle à toutes fins utiles que ce grand psychotique qui pense que l’étude de l’histoire juive a commencé avec lui est aussi l’auteur d’un livre intitulé Comment j’ai cessé d’ être juif

Tout ceci est tellement aberrant que je ressens quelque honte à devoir écrire maintenant que bien évidemment Il existe une ascendance commune aux Juifs (hormis les convertis) prouvée de façon absolue par l’ histoire (sans parler de la Bible !) comme nous en donne la preuve – par exemple – ce papyrus datant du XIIIème siècle avant l’ère moderne qui décrit les villes et les principales routes cananéennes, ainsi que «le chef de la tribu d’ Asher» – , expression qui indique l’existence de tribus israélites en Canaan dès avant (sic) la fin du XIIIème siècle avant J.C ( source : Histoire universelle des Juifs ; Atlas Hachette , 1992). Nous aurions aussi pu parler de la fameuse Stèle de Méremptah ou Stèle d’Israël, datant de 1200 av. J.C, et qui mentionne un groupe de population nommé Israël qui habitait déjà Canaan…

L’ironie est que, si la revue L’Histoire doute de l’existence du peuple juif, elle ne doute en aucun cas de l’existence du peuple français (et elle a raison sur ce point !) : à la page 76 du même numéro, le célèbre historien Michel Winock (conseiller de la rédaction de L’Histoire) écrit au sujet d’un livre portant sur Les cahiers de doléances de 1789 : «[…] le monarque, aux prises avec les représentants intransigeants des ordres privilégiés, en appellent au peuple […] »
Tiens ? Le peuple existe donc quand il s’agit des Français qui pourtant ont des origines bien plus diverses que celles des Juifs. En effet, la pratique des mariages endogamiques a tout de même préservé une vraie homogénéité originaire au sein du peuple juif.
S’ils doutent de l’existence du peuple juif alors pourquoi ne pas douter de l’existence des peuples en général ? Nous sommes donc bien en face de propos antisémites !

Mais un peuple (ou une nation) doit s’entendre aussi au sens hégélien du terme, comme identité spirituelle qui lui est propre et que le penseur allemand nomme dans sa Philosophie du droit «esprit des peuples» (Volksgeister) .
Il existe d’ailleurs bien dans ce concept hégélien, comme l’explique le philosophe Stéphane Mosès, une «connotation théologique» indéniable (L’ Éros et la Loi).Évidemment, tout ceci dépasse le domaine de compétence de la rédaction de L’Histoire…

Pour finir, je parlerai de la critique d’un livre parue dans le même numéro : l’ouvrage s’intitule La Fabrique d’un paria et traite de l’histoire vraie d’un certain Simon Deutz que l’auteur du livre définit comme «un Judas romantique » . Deutz était honni pour avoir , en novembre 1832, livré la duchesse de Berry au ministre de l’Intérieur Adolphe Thiers moyennant 500 000 francs. Le critique du livre écrit au sujet de Simon Deutz :«Entre Judas et Alfred Dreyfus, il fait figure du parangon du traître. » Pardon ? Ai-je bien lu ? Dreyfus était donc bien un traître ? Si l’auteur de la critique avait écrit «entre Judas et Alfred Dreyfus, il fait figure du parangon du traître pour les antisémites », nous aurions alors compris mais ici point de précision : Dreyfus est donc un traître pour tout le monde. Sérieusement ? On en est là au magazine L’Histoire ?!

La critique du livre continue et on y lit estomaqué : «Son nom même, trahissant le Juif allemand, le désignait pour faire le mal .» C’est du Barrès de la première heure ou je n’y connais rien ! J’ai beau réfléchir, chercher au moins des guillemets (que j’ai mis pour respecter la ponctuation) ou un second degré qui m’échapperait, rien n’y fait : ce sont bien des propos foncièrement antisémites !

Le critique continue à faire couler « son flot boueux, dans un débordement d’égout» (Émile Zola) en écrivant que cette affaire a fourni « à l’ antijudaïsme des arguments contre la fourberie politique, la corruption matérielle, le cosmopolitisme destructeur. Car aux yeux des antisémites un Juif converti reste un Juif, apostat de surcroît surtout si, comme Deutz, il retourne à sa croyance d’origine». C’est du vécu comme on dit trivialement ! C’est bien l’auteur (ou l’auteure) de cette critique qui s’assimile à l’antisémite en revendiquant sa filiation idéologique.

Le magazine L’Histoire est donc devenu un journal militant qui met en doute l’existence du peuple juif comme d’ autres mettent en doute l’existence des chambres à gaz…Cette revue reprend même à son compte les poncifs antisémites d’ un Toussenel, d’un Drumont ou d’un Maurras.
L’histoire (au sens de la science historique) est malheureusement de plus en plus détournée à des fins idéologiques détestables, surtout quand elle concerne le PEUPLE JUIF.

Frédéric Sroussi

Cet article fut publié pour la première fois sur le site www.tribunejuive.info le 18 octobre 2019

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Frédéric Sroussi est journaliste et essayiste. Il a collaboré, entre autres, au Journal du Parlement français, à l'édition française du Jerusalem Post, à la revue de l'Instituto Centroamericano de Prospectiva e Investigación (ICAPI) ou encore à la revue France-Israël Information. Il est aussi l'auteur de deux essais.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Néo-négationnisme : la revue L’Histoire doute de l’existence du Peuple juif !

    1. marc

      Israel existe le peuple Juif est retourné
      Sur SES terres ancéstrales pour l’éternité
      Ils peuvent tous écrire et dire ce qu’ils désirent pour calmer leurs frustrations
      C’est une réalité incontournable

    2. Josué

      Réponse à Monsieur Frédéric SROUSSI :
      La revue Histoire : … notre charte accord une majuscule à un peuple et une minuscule à une religion : c’est clair il me semble, pourquoi dites vous que la revue Histoire doute de l’existence du peuple Juif ?
      plus loin : … l’idée n’est pas l’ascendance commune qui fait un peuple mais l’identité qu’il se donne… Mon grand-père polonais est venu en France et fut nationalisé français. Mon père est né en France, donc français. Je suis né en France et mes enfants aussi, tous français. Nous sommes des juifs français et nous appartenons au peuple de France. Votre pensée me parait très confuse sur ce sujet.
      Ensuite: … la stèle de Meremptah et autres documents : que voulez vous prouver ? Notre famille est-elle descendante d’une tribu d’Israël, laquelle ? Ou sommes nous des convertis, aucun de nous ne peut le dire, mais une chose est sûre : nous sommes des juifs français. Je ne comprends pas vos commentaires sur un éventuel anti-sémitisme de la revue Histoire.
      Dernière remarque : je n’apprécie pas que vous citiez Madame Esther BENBASSA (que je ne connais pas) et Monsieur Schlomo SAND (que j’ai lu et suis en total désaccord avec lui) en les insultant au passage. C’est un total manque de respect.
      Je ne vous lirai plus, respectueusement vôtre.

    3. Yeh'ezkel Ben Avraham

      Pour ceux qui hésitent entre considérer les Juifs (les juifs?) comme un peuple ou une religion (donc à mettre une majuscule ou une minuscule au nom, j’ai le plaisir de leur signaler que les deux orthographes sont fausses et exactes. En effet, « être Juif/juif » est non seulement faire partie d’une religion ET d’un peuple mais SURTOUT UNE GRANDE FAMILLE.

      En effet, comme dans un arbre généalogique, on peut l’être par descendance (maternelle) – donc faire partie d’un peuple – ou par « mariage » (conversion)… pour autant que cette conversion soit acceptée par les traditions familiales et ne soit pas considéré par la famille comme morganatique (Mariage d’un souverain ou d’un prince) avec une personne d’un rang inférieur, qui est exclue des prérogatives de caste et d’héritage de son époux (de même que les enfants issus de cette union), c’est-à-dire que ce « mariage » (cette conversion) n’est reconnue par la famille (et, comme disait Zé’ev Jabotinsky, « Tour juif/Juif est un prince! ») que si la personne épousée s’est élevée de son rang primitif en adoptant les règles familiales établies depuis des millénaires, en se faisant une – par sa pensée, sa façon de réfléchir, d’appréhender le monde… sinon, elle est rejetée de la FAMILLE et ne peut se revendiquer de porter son nom!
      Sinon, si elle satisfait aux conditions, cette personne épousée devient PARTIE INTEGRANTE DE LA FAMILLE, en acquiertg les mêmes droits (les mêmes devoirs)!

      Bien sûr, comme dans chaque famille, il y a ceux qui rejettent leurs proches, les traditions familiales (dans le cas des Juifs/juifs, la religion par exemple) ou parties d’entre elles, il y en a même qui se haïssent eux-mêmes et essayent sans succès de se débarrasser de ce patronyme. Pour ce faire, ces derniers voudraient effacer ce nom (et tous ceux qui le portent) de dessous les Cieux, mettre définitivement fin à la lignée héréditaire qu’ils portent comme un fardeau, seule solution qu’ils voient à leur problème psychologique (psychiatrique?)… la « solution (qu’ils nomment) finale » (spirituelle ou même physique)!
      Ils commencent par renier l’existence de celui (D-ieu) qui, à l’origine, a donné à la famille son héritage (moyennant certaines conditions indiquées clairement dans son octroi d’héritage par « Testament »), falsifient ce dernier en en créant un « nouveau » qui les métamorphose en seuls légataires ou, en « bons communistes », prétendent que le legs doit profiter à tous sand aucune conditions, sans aucun devoir!

      IL N’EMPÊCHE QUE S’ILS ONT ETE ACCEPTES DANS LA « FAMILLE » (eux ou leurs ancêtres) ET MOYENNANT QUE LES CONDITIONS DE LEUR INTEGRATION AIENT ETE RESPECTEES A L’ORIGINE, ILS EN FERONT ETERNELLEMENT PARTIE (Dans le judaïsme, le meilleurs exemple est celui des « Erev rav » : https://fr.wikipedia.org/wiki/Erev_Rav) VOLENS NOLENS

      Donc, être « Juif/juif » n’est pas seulement faire partie d’une religion (car on peut être Juif sans respecter les traditions familiale en s’en étant détaché et par « le droit du sang »), ni même faire partie d’un peuple (car n’importe qui peu devenir juif moyennant certaines conditions bien définies), C’EST L’UN ET L’AUTRE… j’ajouterai qu’il s’agit aussi d’une certaine façon de « penser » forgée par une Histoire millénaire dans laquelle le Juif/juif s’intègre

      Laissons donc les adeptes de la masturbation intellectuelle agiter leur petit cerveau pour faire disparaître notre peuple sur la vraie définition du fait d’être Juif/juif!

      Yéh’ezkel BEN AVRAHAM

    4. Yeh'ezkel Ben Avraham

      Réponse à Josué!

      Juif « FRANCAIS » (en insistant sur le mot « Français »)? Après toute les horreurs qu’a commises la France envers notre peuple, seriez-vous masochiste?
      Quant à « insulter » le Sieur Sand, à défaut de pouvoir passer par les armes les traîtres, les insulter est un moindre mal !
      Vous allez bientôt nous reprocher de vouer au diable (dont il est proche) George Soros!
      Vous aussi, comme Mitterrand, allez bientôt fleurir chaque année la tombe de Pétain?

    5. Marianne

      Si ce n’est pas l’ascendance qui fait le peuple, alors AUCUN enfant n’est le descendant de ses parents.

      Si c’est l’identité qu’il se donne, alors le peuple français n’existe pas, puisque aujourd’hui, il n’y a plus d’entité française.

      Esther Benbassa a très certainement un problème identitaire et le mieux….. c’est qu’elle s’en aille voir chez Hachem, dans quelle case IL la mettrait.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    145 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap