toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Conférence en Belgique sur la diversité ethnoculturelle en Israël




 

Mardi  24 septembre, les Amis belges d’Israël  ont organisé à Bruxelles une journée de conférences sur l’expérience israélienne qui peut servir d’exemple de la représentation de la diversité ethnoculturelle.

L’Institut Shema, qui est une nouvelle initiative basée à Bruxelles pour la défense des droits de l’Homme, de la liberté de parole et des valeurs dans la société, a participé aussi dans cet événement.

Actifs au Parlement européen, les Amis belges d’Israël et L’Institut   Shema  travaillent avec des eurodéputés de tous les horizons politiques.

Shema encourage l’amitié et le dialogue entre les communautés et travaille à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Une équipe de Shema participe avec des orateurs chrétiens, musulmans, druzes et juifs à la conférence «Israël – visages de la diversité, un événement organisé le mardi 24 septembre à la capitale belge.

«L’antisémitisme est un racisme. C’est l’hostilité, les préjugés et la discrimination à l’égard du peuple juif. Nous ne pouvons en tirer aucune excuse. Quelle que soit la forme sous laquelle il se manifeste, y compris l’antisionisme. Israël est un pays diversifié qui englobe toutes ses minorités. il devrait être tout aussi inacceptable et immoral de blâmer Israël pour la montée de l’antisémitisme en Europe. Ou bien accepter le double standard et la diabolisation envers le seul État juif du monde.  » – Frank Okpara, co-fondateur de Shema.

L’édition 2019 du colloque de Shema accueille un large éventail de contributions relatives aux liens entre l’égalité, la diversité et l’inclusion sous divers angles théoriques et méthodologiques ainsi que dans des perspectives aussi bien disciplinaires, qu’interdisciplinaires, internationales et comparatives.

4 Israéliens d’horizons très différents  ont parlé  de la coexistence en Israël:

► Sara Zoabi, musulmane arabe qui vit à Afula, ville judéo-arabe au nord d’Israël;
► Shadi Khaloul, maronite chrétien vivant à la frontière libanaise;
► Ilana Hoffman, jeune mère juive de Jérusalem;
► Riad Hassoun, ancien leader du Conseil de la communauté druze du Mont Carmel.

 

Le colloque 2019 de Bruxelles est un atelier spécial d’une journée auquel les praticiens sont invités à partager avec les chercheurs des problématiques et des expériences en matière de diversité, de lutte contre antisémitisme  et de dialogue entre religions.

Israël assure une représentation pour chaque communauté ethnoculturelle.

Les signataires de la Déclaration d’Indépendance  en 1948 ont proclamé avec force leur adhésion à une citoyenneté à fondement universaliste puisqu’on y lit :

« l’État d’Israël assurera la plus complète égalité sociale et politique à tous ses habitants sans distinction de religion, de race ou de sexe[…] nous demandons aux habitants arabes de l’État d’Israël de préserver la paix et de prendre leur part dans l’édification de l’État sur la base d’une égalité complète de droits et de devoirs et d’une juste représentation dans tous les organismes provisoires et permanents de l’État ».

Les 260 000 Arabes d’Israël – dont le quart environ est de confession chrétienne – représentent un élément tout à fait spécifique au sein de la nation israélienne. Les Arabes d’Israël jouissent du niveau le plus élevé de tous les Arabes du Moyen-Orient. Ils bénéficient de salaires et d’avantages sociaux égaux à ceux des Juifs… Ils sont plus largement favorisés que les juifs dans le domaine de l’enseignement.

La Suède hôte d’une conférence internationale contre l’antisémitisme en 2020

La Suède accueillera les 27 et 28 octobre 2020 une autre conférence internationale contre l’antisémitisme et pour la mémoire de l’Holocauste. Une approche  pour mieux protéger les communautés juives en Europe.

La conférence se tiendra à Malmö (sud) en présence de chefs d’Etat et de gouvernement étrangers, 20 ans après la Conférence internationale de Stockholm sur la Shoah et 75 ans après la libération du camp d’Auschwitz.

Le chef du gouvernement suédois avait déjà fait part par le passé de sa volonté d’organiser une grande conférence sur l’antisémitisme.  La Suède entretient des rapports parfois difficiles avec Israël depuis la reconnaissance de « l’Etat de Palestine » par le premier gouvernement de Stefan Löfven en 2014.

Après les attentats de 2015 à Paris et Copenhague, le centre Simon Wiesenthal avait réclamé l’organisation d’une conférence européenne contre l’antisémitisme.

Après les attentats de 2015 à Paris et Copenhague, le centre Simon Wiesenthal avait réclamé l’organisation d’une conférence européenne contre l’antisémitisme.

Malmö s’était portée candidate à son organisation en rappelant qu’elle avait accueillie les juifs danois fuyant par la mer le Danemark occupé pendant la Seconde Guerre mondiale, puis des centaines de rescapés des camps de concentration nazis.

Selon leurs institutions représentatives, entre 15 000 et 20 000 juifs vivent en Suède, dans un pays de 10 millions d’habitants qui comptent plusieurs centaines de milliers de musulmans, dont une communauté importante vit à Malmö.

Le royaume scandinave a accueilli 400 000 migrants depuis 2014, plus que tout autre pays européen par rapport à sa démographie, en majorité originaires de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan et d’Erythrée.

Les juifs déclarent ressentir une montée des actes et paroles hostiles les visant à raison de leur confession, et plusieurs attaques ont visé ces dernières années des magasins appartenant à des juifs, ou des lieux cultuels et culturels juifs, notamment à Malmö.

La mouvance néonazie, bien qu’ultraminoritaire avec une grosse centaine de militants actifs selon la fondation antiraciste Expo, est par ailleurs visible, tirant profit du droit suédois très protecteur en matière de liberté d’expression et de manifestation.

L’antisémitisme sévit en Europe et dans le monde. L’antisémitisme n’est pas seulement un problème pour les juifs, c’est un poison pour toute la société.

Israël  pose en rempart contre l’antisémitisme, tant au plan national qu’international.

La Roumanie, qui préside cette année le Conseil de l’Europe, a organisé  en février 2019 une grande conférence européenne sur la lutte contre l’antisémitisme.  Cette conférence a été ouverte par la Premier ministre de Roumanie, Madame Viorica Dancila, qui a rappelé l’engagement de son pays à mettre la lutte contre l’antisémitisme parmi les priorités de l’action de son gouvernement à la présidence de l’Union Européenne cette année.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *