toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Trump n’est pas fou à propos de l’Iran : De nombreux experts condamnent l’accord sur le nucléaire, l’Iran est le principal commanditaire du terrorisme dans le monde. Seuls Macron et Merkel sont aveugles au point d’aider l’Iran…


Trump n’est pas fou à propos de l’Iran : De nombreux experts condamnent l’accord sur le nucléaire, l’Iran est le principal commanditaire du terrorisme dans le monde. Seuls Macron et Merkel sont aveugles au point d’aider l’Iran…

Il n’est pas exagéré de dire qu’une grande partie des commentaires actuels dépeignent Donald Trump comme la source de presque tous les maux dans le monde d’aujourd’hui. Et, en ce qui concerne l’Iran, tends à le dépeindre comme la cause de l’hostilité de l’Iran envers les États-Unis et une grande partie du monde extérieur. Son retrait du JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action, l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien) est présenté comme un exemple supplémentaire présumé d’un Trump sapant l’ordre international que les États-Unis ont formé et dirigé depuis la Seconde Guerre mondiale.

C’est tout à fait faux. Depuis la Révolution islamique, l’Iran est le principal commanditaire du terrorisme dans le monde et, bien que l’instabilité et diverse forme de malignité sévissent depuis longtemps au Moyen-Orient, l’Iran a clairement été l’un des principaux contributeurs à la dynamique négative dans la région au cours des quarante dernières années. En outre, il faut reconnaître que l’initiative de l’administration Obama qui a conduit à la signature du JCPOA a été une rupture brutale par rapport à plusieurs décennies de politique américaine bipartisane cohérente en matière de non-prolifération ; une politique à laquelle l’administration Trump est revenue.

Pourquoi Trump a rejeté l’accord sur le nucléaire

Les raisons pour lesquelles Donald Trump s’est retiré du JCPOA de Barack Obama étaient légion, et reflètent le flot de critiques dirigées contre l’accord au moment où il a été négocié, critiques dont Trump a fait écho. William Tobey, de l’Université de Harvard, a qualifié l’accord de simple « dos d’âne » sur la route de l’Iran pour la possession de l’arme nucléaire, faisant valoir qu’il concédait beaucoup trop en échange de beaucoup trop peu, ne ralentissant finalement que légèrement la volonté de Téhéran de se doter de l’arme nucléaire, et non de l’arrêter[1].  De même, deux éminents experts du Center for Strategic and Budgetary Assessments, rédigeant en 2015, ont noté que l’accord « concède une capacité d’enrichissement trop importante, des clauses d’extinction trop courtes, un régime de vérification trop perméable et des mécanismes d’application trop suspects », et qu’il permettrait à l’Iran de « se précipiter facilement vers la bombe sans craindre une détection rapide[2] ».  L’un de ces auteurs a ensuite témoigné devant le Sénat américain que « cet accord mettra l’imprimatur de la communauté internationale et des États-Unis d’Amérique sur un programme d’enrichissement à l’échelle industrielle qui fera de l’Iran – même si les limites négociées de l’enrichissement sont scrupuleusement respectées – un État nucléaire seuil lorsque les différentes dispositions expireront », notant, avec les anciens Secrétaires d’État américains Henry Kissinger et George Schultz, ainsi que plusieurs autres que « cet accord inverse presque 50 ans de politique américaine de non-prolifération[3] ».

En ce qui concerne les essais de missiles balistiques, qui avaient été une préoccupation majeure des États-Unis avant les négociations, un spécialiste du Conseil américain de politique étrangère a noté que « dans la précipitation pour parvenir à un accord acceptable pour l’Iran, le langage antimissile a été édulcoré au point de perdre toute pertinence[4] ».  Et un groupe d’érudits a écrit dans la revue Foreign Affairs à la fin de 2015 que le JCPOA « se classe parmi les accords de maîtrise des armements les plus déficients de l’histoire[5] ». C’est exactement le genre d’affirmation pour laquelle Donald Trump a été régulièrement critiqué.

Peut-être plus important encore, comme l’ont souligné les anciens secrétaires d’État Kissinger et Schultz, l’accord s’éloignait radicalement de la politique américaine cohérente et de longues dates, qui avait déclaré que même la possibilité d’une arme nucléaire iranienne était à la fois contraire aux intérêts américains et saperait gravement le régime mondial de non-prolifération si nécessaire à la stabilité mondiale. Comme l’a noté Michael Mandelbaum de l’Université Johns Hopkins lors de la signature du JCPOA, l’accord de l’administration Obama a abandonné « la politique d’interdiction de la diffusion de la technologie d’enrichissement même aux gouvernements démocratiques amis… Il sera donc désormais extrêmement difficile d’empêcher d’autres pays, au Moyen-Orient d’abord et ailleurs ensuite… de s’équiper d’une capacité d’enrichissement[6]. »

Un accord qui nuit aux intérêts américains et européens

Trump croit, comme l’ont fait de nombreux professionnels de la sécurité nationale lorsque le JCPOA a été négocié et signé par l’administration Obama, que l’accord nuit grandement aux intérêts à long terme des États-Unis et de l’Europe en matière de sécurité, plutôt que d’en profiter. M. Trump estime également, comme il l’a clairement indiqué depuis le début de sa campagne présidentielle, que l’administration Obama était au mieux naïve quant à la nature du régime iranien et au pire complice d’avoir aidé Téhéran à renforcer sa capacité à déstabiliser la région et à soutenir le terrorisme international. Il y a beaucoup de preuves à l’appui de ce point de vue. Depuis le départ de l’administration Obama, plusieurs sources ont fait état de l’ampleur des problèmes liés à la gestion de l’Iran par M. Obama, notamment un rapport d’un sous-comité permanent du Sénat sur les enquêtes selon lequel, alors que l’administration Obama avait promis au Congrès que si celui-ci ne cherchait pas à bloquer la JCPOA (une forte majorité s’y opposait, tant au Sénat que dans cette Assemblée), l’administration Obama s’assurerait que l’Iran ne bénéficie d’aucun accès au système financier américain. Le rapport du Sénat a constaté que, contrairement à ces assurances, le département du Trésor américain de M. Obama a émis une licence spéciale donnant à Téhéran accès à des milliards de dollars d’avoirs gelés – tout en cachant ce fait au Congrès et au public américain.

De plus, Ben Rhodes, l’assistant adjoint du président Obama pour les affaires de sécurité nationale, a admis par la suite avoir délibérément induit en erreur de jeunes membres du corps de la presse de la Maison-Blanche qui avaient peu ou pas d’expérience ou de connaissances internationales et qui étaient très favorables à l’administration Obama afin de créer une chambre de résonance médiatique positive et de vendre le contrat à un public critique et au Congrès[7].  En examinant l’impact négatif de l’accord sur le terrorisme mondial et le trafic de stupéfiants, une enquête publiée par Politico a révélé que l’administration Obama avait interrompu une enquête massive de plusieurs années de la DEA (Drug Enforcement Agency) et planifié des poursuites contre les acteurs du Hezbollah impliqués dans le terrorisme international et le trafic de drogue afin de ne pas offenser Téhéran, et renforcer l’impression que le candidat avait voulu conclure un accord  presque à tout prix[8].

L’Iran a renforcé ses activités d’influence

En examinant le bilan de l’Iran après la signature de l’accord, M. Trump estime que la façon dont M. Obama a géré l’Iran n’a pas entraîné une plus grande retenue de la part de Téhéran, mais a plutôt été perçu à Téhéran comme habilitant l’État islamique à étendre plus efficacement son influence et ses activités au Moyen-Orient et dans le monde. Cela a été confirmé par la valeur des actions de militants de l’IRGC ainsi que par leur violente opposition à l’égard de l’Occident.

Tant pendant les négociations que depuis la signature de l’accord, l’Iran a joué un rôle de plus en plus actif et malveillant dans de nombreux endroits de la région, notamment en Libye et au Yémen, en Syrie, où il a non seulement soutenu Assad et contribué à des dizaines de milliers de morts parmi les civils, mais il a également renforcé le poids de la force Quds (la branche des opérations spéciales du CGRI, le Corps des gardes révolutionnaires islamiques) et du Hezbollah en Iran afin de placer les forces iraniennes près des frontières d’Israël, en tentant d’encercler ce pays afin d’en faire une proie. L’Iran a été actif en Amérique latine (en particulier au Venezuela) et a continué à tester des missiles balistiques capables de transporter des ogives nucléaires avec une portée suffisante pour menacer le reste du Moyen-Orient, notamment Israël, les bases américaines dans la région et même l’Europe.

L’IRGC avait soutenu le JCPOA (sans le soutien de l’IRGC, il n’aurait jamais été approuvé par Téhéran), probablement parce que l’IRGC pariait qu’il bénéficierait de son acceptation et de sa signature. Si l’on en juge par le rythme accéléré et la portée élargie des activités de l’IRGC depuis 2015, ils avaient raison[9]. Le JCPOA a retiré de la table la menace d’une action militaire américaine, ce qui a permis à l’IRGC d’agir d’une main plus libre partout dans le monde. Le JCPOA a également renforcé le statut et le prestige de l’IRGC au sein de l’Iran, le groupe ayant pu faire valoir que son opposition militante aux États-Unis avait porté ses fruits avec des concessions américaines majeures. La montée en puissance de l’IRGC en Iran après la ratification du JCPOA, a confirmé l’Iran dans un comportement conflictuel avec l’Occident. En outre, une grande partie des dizaines de milliards de dollars d’actifs iraniens débloqués et libérés par Barack Obama à l’Iran sont allées à l’IRGC, au Hezbollah, etc., et ont alimenté leurs activités.

Learn Hebrew online

Faire pression sur l’Iran

Les actions de Donald Trump, y compris sa réimposition de sanctions, son positionnement de moyens militaires près de l’Iran, et en particulier sa désignation de l’IRGC comme organisation terroriste, visent à renverser la situation dont il a hérité, à faire pression sur l’IRGC, tant en Iran en montrant que ses activités apportent une réponse américaine dure plutôt que permissive, et en dehors de l’Iran en désignant cette entité comme organisation terroriste. Cette désignation est un acte aux implications juridiques et géostratégiques énormes pouvant entraver gravement ses activités dans le monde. Il cherche également à affaiblir la capacité de l’Iran à menacer Israël, ses voisins arabes, les États-Unis et l’Europe. Les actions de Donald Trump ont durement frappé l’IRGC et le reste du régime iranien, c’est pourquoi (en plus du fait que l’Iran est contrarié que l’Europe n’ait pas réussi à gérer l’ingérence entre l’Iran et l’administration Trump comme Téhéran l’avait prévu) le régime réagit de manière si agressive. Dans le passé, une attitude militante a permis à l’Iran d’obtenir ce qu’il voulait. Sous Donald Trump, ce n’est plus le cas, et cela s’est avéré frustrant pour le régime.

En ce qui concerne la possibilité d’une guerre, Donald Trump n’est pas un président qui cherche à étendre les activités militaires américaines dans le monde entier. Il est plutôt très préoccupé par une surcharge impériale qui draine la force nationale américaine et n’est finalement pas dans les intérêts américains. Donc une « invasion » n’est clairement pas au programme. Toutefois, pour que l’activité diplomatique ait des chances de succès, en particulier avec un État récalcitrant qui soutient le terrorisme comme celui de la République islamique d’Iran, l’activité diplomatique doit être soutenue par une forte présence militaire et la menace implicite d’une action militaire. Les diplomates seront parmi les premiers à attester qu’en l’absence d’une véritable force militaire soutenant leur diplomatie, cette diplomatie est futile, notamment contre un ennemi déterminé et implacable comme l’Iran. Cela signifie que les décideurs doivent être prêts à recourir à la force si cela s’avère nécessaire. Ce n’est pas seulement la menace de la force militaire qui appuie toute stratégie diplomatique d’engagement avec un adversaire, mais aussi la menace crédible de l’emploi de cette force. Le président Trump, bien qu’il hésiterait à recourir à la force, comme en témoigne son rappel de la frappe aérienne américaine contre l’Iran, qui était censée riposter aux actions antérieures de l’Iran, est prêt à le faire si cela s’avère nécessaire.

La diplomatie n’existe que par la force militaire

Le fait que toute stratégie diplomatique doit être appuyée par la force militaire pour réussir est également reconnu par l’IRGC, qui a vanté le JCPOA comme la preuve que les États-Unis sous Barack Obama ont été forcés d’adopter une approche plus conciliante du militantisme iranien et que l’Iran n’avait pas besoin de devenir moins militant dans son opposition à l’ordre international dirigé par les Américains. Au contraire, le succès de la diplomatie iranienne, qui prouve le succès du militantisme des membres du Corps des gardiens de la révolution islamique, a renforcé ce comportement et montré que d’autres succès suivraient à mesure que le Corps poursuivrait cette stratégie. Le JCPOA a renforcé la légitimité et le prestige du Corps des gardiens de la révolution islamique dans le pays ainsi qu’au Moyen-Orient.

Par conséquent, une grande partie des milliards de dollars américains que le Trésor américain sous Barack Obama a donnés à l’Iran a servi à financer l’IRGC et ses mandataires terroristes à l’étranger, un fait que Barack Obama lui-même a admis être susceptible de se produire. L’IRGC a doublé ses activités agressives au Moyen-Orient à la suite de l’accord, un fait que Donald Trump a noté.

Le Président Trump, le secrétaire d’État Pompeo et d’autres, ainsi que l’administration, sont également conscients que l’Iran s’en tire régulièrement avec l’agression en sachant que l’Occident ne veut pas combattre. Téhéran ne peut se permettre une confrontation militaire sérieuse, mais est conscient que le refus de l’Occident d’affronter Téhéran a jusqu’ici donné au régime un net avantage. Mais aujourd’hui, la tentative de l’Iran d’intimider et de faire chanter l’Europe s’est retournée contre lui, et le régime est confronté à un environnement difficile et à des perspectives d’avenir encore plus difficiles. L’administration cherche maintenant à attendre que Téhéran sorte du nucléaire. Washington peut se permettre d’attendre que les effets de ses sanctions amènent Téhéran à la table des négociations et de telle manière qu’il est disposé à faire de sérieux compromis plutôt que de se déchaîner, comme il l’a fait dans le golfe d’Ormuz. En même temps, le positionnement d’un nombre et d’un type croissant de moyens militaires dans le voisinage indique la détermination, agit comme un facteur dissuasif, donne à Washington la capacité de réagir en cas de provocation, ce qui donnera plus de poids à la diplomatie américaine.

L’administration Trump exerce de fortes pressions sur le régime pour qu’il montre que les choses seront pires pour lui, en termes de pression intérieure (de la part d’une population qui, depuis des années, est de plus en plus mécontente de la corruption endémique, de la détérioration des conditions économiques et du fait que le régime a consacré tant de temps, d’énergie et d’argent à ses activités militaires et terroristes à l’étranger), ainsi que de pression internationale, tant qu’il ne sera pas disposé à négocier sérieusement en réponse aux préoccupations du monde extérieur qui veut une arme nucléaire et sa capacité à livrer cette arme dans sa région et ailleurs. Les actions de l’administration Trump visent à amener le monde à un point où l’Iran ne sera plus une menace et constituent un retour à la politique américaine de non-prolifération, une politique que l’administration Obama a essentiellement abandonnée, rendant le travail de l’administration Trump encore plus difficile. Cette politique donnera plus de poids aux demandes diplomatiques américaines et une plus grande chance de succès à la stratégie diplomatique américaine.

Paul Coyer

Notes :

L’analyse de Paul Coyer que nous publions ici pourra surprendre les lecteurs français, habitués à n’avoir dans la presse que des attaques contre Donald Trump et sa politique. Pour comprendre la crise iranienne, il est essentiel d’avoir le point de vue de chacune des parties. Il faut avoir la vision française, mais aussi la vision iranienne et américaine. Ce que montre l’analyse ici publiée c’est que l’action politique de Donald Trump est cohérente et que le Président américain agit en s’appuyant sur un réseau de diplomates et d’officiers.

Notes 

[1] John Mecklin, “The Experts Assess the Iran Agreement of 2015,” Bulletin of Atomic Scientists, 15 July 2015, available online at: https://thebulletin.org/2015/07/the-experts-assess-the-iran-agreement-of-2015/

[2] Eric Edelman and Ray Takeyh, “On Iran, Congress Should Just Say No,” The Washington Post, 17 July 2015.

[3] Statement of the Honorable Eric Edelman, Distinguished Fellow, Center for Strategic and Budgetary Assessments, Co-Chair, Iran Task Force at the JINSA Gemunder Center, before the Senate Committee on Armed Services, 4 August 2015.

[4] James S. Robbins, “Iran Shoots a Hole in the Nuclear Deal,” US News & World Report, 15 March 2016, available at: https://www.usnews.com/opinion/blogs/world-report/articles/2016-03-15/iran-missile-test-reveals-weakness-of-nuclear-deal

[5] Eliot A. Cohen, Eric S. Edelman, and Ray Takeyh, “Time to Get Tough on Iran: Iran Policy After the Deal,” Foreign Affairs (January/February 2016)., available at: https://www.foreignaffairs.com/articles/iran/2015-12-14/time-get-tough-tehran

[6] Michael Mandelbaum, “ The Iran Deal: Its The Deterrence, Stupid,” The American Interest, July 30, 2015.

[7] Paul Farhi, “Obama official says he pushed ‘narrative’ to media to sell the Iran deal,” The Washington Post, 6 May 2016, available at: https://www.washingtonpost.com/lifestyle/style/obama-official-says-he-pushed-a-narrative-to-media-to-sell-the-iran-nuclear-deal/2016/05/06/5b90d984-13a1-11e6-8967-7ac733c56f12_story.html

[8] Josh Meyer, “The Secret Backstory of How Obama Let Hezbollah Off the Hook,” POLITICO Magazine, December 2017, available at: https://www.politico.com/interactives/2017/obama-hezbollah-drug-trafficking-investigation/

[9] Afshon Ostovar, “Why Iran’s Revolutionary Guard is Happy,” Politico, 16 July 2015.

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Trump n’est pas fou à propos de l’Iran : De nombreux experts condamnent l’accord sur le nucléaire, l’Iran est le principal commanditaire du terrorisme dans le monde. Seuls Macron et Merkel sont aveugles au point d’aider l’Iran…

    1. Slam

      Merkel et Macron sont-ils lâches ou pire encore parfaitement conscients du danger que représente l’iran. ? Auquel cas leur comportement est sciemment assassin

    2. Robert Davis

      Evidemment que micron et merkel sont lâches, leur devise doit être « aorès moi le déluge ». Aussi stupides qu’ils soient ils ne peuvent pas ne pas comprendre qu’une europe à majorité mus est un très grave danger pour tous mais comme cela n’arrivera que dans 10 ans croient-ils ils ne seront plus ici mais à se dorer au soleil de la Jamaïque et donc ils s’en foutent et préfèrent être transquilles encore un peu tant qu’ils sont là et ne pas affronter les mus dont ils ont peur.

    3. Robert Davis

      Les universitaires de gauche sont des imbéciles incapables de réfléchir et des opportunistes qui ne pensent qu’à leurs intérêts personnels immédiats craignant que ceux-ci soient affectés même provisoirement seulement par la politique réaliste et courageuse du Président Trump. De toutes manières les intellectuels (cerveaux défectueux de gauche) ne sont que de pauvres types voulant s’enrichir à tout prix.

    4. Robert Davis

      J’ai négligé de répondre sur l’iran mais il est évident qu’affaiblir l’ennemi économiquement est une bonne stratégie mais elle est trop faible aucun pays n’ayant jamais cédé aux seules pressions économiques.Les frappes sur les sites nucléaires de l’iran sont indispensables et ne peuvent pas être évités et vu que l’iran ne peut pas s’opposer aux frappes, Trump a tort de craindre pour sa réélection en cas de frappes. Celles-ci ne peuvent qu’améliorer ses chances aux prochaines élections, les citoyens votent toujours pour le vainqueur. En plus cela montrerait aussi les erreurs de la gauche et de Obama.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *