toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Téhéran: Trois femmes ont écopé de 55 ans d’emprisonnement pour avoir manifesté contre le port du foulard. Où sont les féministes ?


Téhéran: Trois femmes ont écopé de 55 ans d’emprisonnement pour avoir manifesté contre le port du foulard. Où sont les féministes ?

Le régime des mollahs n’est pas seulement au cœur des tensions géopolitiques, de la Syrie au Yémen. La semaine dernière, trois femmes ont écopé de 55 ans d’emprisonnement pour avoir manifesté contre le port du foulard à Téhéran. On attend impatiemment les réactions de nos féministes.

Le 31 juillet 2019, le tribunal révolutionnaire de Téhéran a condamné trois manifestantes iraniennes à 55 années de prison cumulées. Leur crime ? Avoir participé au « White Wednesday », un mouvement pacifique contre le port obligatoire du voile islamique en Iran. Les manifestantes Mozhgan Keshavarz, Yasaman Ariani et la mère de cette dernière Monireh Arabshahi ont été condamnées à un total de 55 ans d’emprisonnement pour avoir participé au « White Wednesday ». Notons que le juge, Mohammad Moghiseh, a retenu trois motifs principaux pour justifier sa décision : organisation et conspiration mettant en péril la sécurité nationale, diffusion d’une propagande antiétatique, et association dans le but d’encourager la corruption et la prostitution.

Cinq ans de mobilisation

Quel est ce mouvement qui semble effrayer Téhéran ? L’embryon du White Wednesday a vu le jour en 2014, grâce à Masih Alinejad.

Cette journaliste iranienne, actuellement réfugiée aux Etats-Unis, s’est servie de Facebook pour inciter ses compatriotes à poster des photos d’elles sans leurs hijabs, à l’aide de la page « My Stealthy Freedom ». A ce sujet, elle dira lors d’un débat sur CNN : « Vous ne pouvez pas considérer un vêtement qui, au Moyen-Orient, est le symbole le plus visible d’oppression (de la femme) comme un signe de résistance (aux Etats-Unis) ».

Quelques années plus tard en Iran, en 2017, naît à proprement parler le « White Wednesday », dans la lignée de Masih Alinejad, qui encourage les femmes à se libérer du voile islamique imposé dès leur plus jeune âge.

Le lancement du hashtag #WhiteWednesday accélère les choses, car, très vite, de nombreuses femmes découvrent leurs têtes sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram. Le combat se délocalise alors dans les espaces publics, ce qui amène plusieurs femmes à être arrêtées dans la rue après avoir brandi leur voile en signe de révolte. Mozhgan Keshavarz, Yasaman Ariani et Monireh Arabshahi sont les dernières à avoir été condamnées pour cet acte de défiance, étant jugée pour l’exemple par le juge Mohammed Moghiseh.

L’obéissance par la terreur

Mohammed Moghiseh n’en est pas à son premier coup d’essai : plus tôt cette année, il a condamné par contumace une avocate spécialisée en droits humains, Nasrin Sotoudeh, à 38 années d’emprisonnement et 148 coups de fouet, arguant de « conspiration contre le système ».

Bien sûr, il n’a pas été fait état des droits des détenues lors du procès. Non seulement leurs avocats n’ont pas pu participer aux audiences, l’urgence étant de faire appliquer la Charia et non de faire respecter le principe d’un procès équitable. Mais les conditions de détention des détenues sont désastreuses à l’intérieur de la prison de Qarchak, un établissement pénitencier tristement célèbre pour les traitements inhumains qu’il inflige à ses prisonnières.

Source

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Téhéran: Trois femmes ont écopé de 55 ans d’emprisonnement pour avoir manifesté contre le port du foulard. Où sont les féministes ?

    1. LeClairvoyant

      La terreur sur les femmes dans les pays musulmans et autres, est un crime, car dicte des lois discriminatoires pour les femmes et les gens des autres religions que la musulmane. Cela va contre les principes de la charte de l’ONU,

      On est au 21èmme siècle. Tous ces pays (musulmans et autres) qui ne respectent pas les droits de la femme et la liberté de religion, doivent être expulsés des instances internationales,

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *