toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’Iran est en train d’avaler l’Irak comme Hitler envahissait la Rhenanie


L’Iran est en train d’avaler l’Irak comme Hitler envahissait la Rhenanie

Les combattants chiites lancent un obus de mortier en direction des lignes de l’Etat islamique à al-Fatha, au nord-est de Baiji, en 2015. Les forces irakiennes, soutenues par des combattants de la milice chiite, affirment avoir repris le complexe du palais de montagne de l’ancien président Saddam Hussein aux Combattants de l’État Islamique, alors que les forces gouvernementales sont à l’offensive. (crédit photo: THAIER AL-SOUDANI / REUTERS)

Le Premier ministre irakien Adel Abdul Mahdi a annoncé, cette semaine que les milices chiites ,des Unités de mobilisation populaire, ou Hashd al-Shaabi, devaient être pleinement intégrées aux forces de sécurité irakiennes. Selon le communiqué annonçant cette décision, “Toutes les forces de mobilisation populaires doivent fonctionner comme une partie indivisible des forces armées et être soumises aux mêmes règles“.

La déclaration du Premier ministre a ensuite précisé que le siège, les bureaux et les points de contrôle indépendants maintenus par les milices devaient être fermés. Les milices qui ne se conformeront pas à cette directive avant le 31 juillet seront considérées comme des organisations illégales. Ceux qui souhaitent continuer sous leur ancien nom en tant que partis politiques doivent dissoudre leur composante militaire.

Les milices chiites sont le principal instrument de la politique iranienne sur le sol irakien. Tous les groupes impliqués dans les 150 000 membres de l’UMP ne sont pas liés à l’Iran, mais les groupes les plus importants et les plus conséquents le sont. Il s’agit notamment de l’Organisation Badr, dirigée par Hadi al-Ameri, du Kataeb Hezbollah, dirigée par Abu Mahdi al-Muhandis, d’Asaib Ahl al-Haq et du Hezbollah al-Nujaba.

Tous les groupes mentionnés ci-dessus sont des franchises du corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran. Tous ont été créés par l’Iran et sont contrôlés par ce dernier, répondant directement à la Force Qods du CGR et à son chef, le major-général Qassem Soleimani.

L’annonce faite par l’Irak intervient à la suite d’une forte augmentation des attaques anonymes menées par les milices contre des cibles américaines en Irak, ces dernières semaines. Celles-ci comprenaient une attaque au mortier sur la base aérienne de Balad dans la province irakienne de Salah al-Din le 14 juin (la base accueille des troupes américaines) ; une attaque au mortier sur la base de Taji (qui accueille également des conseillers américains) le 17 juin ; et une attaque à la roquette Katyusha sur le site de Burjesia le 19 juin (cette zone abrite des installations maintenues par un certain nombre de sociétés pétrolières mondiales, dont Exxon Mobil).

Bien qu’aucun groupe n’ait revendiqué la responsabilité de ces attaques, il n’y a pas de véritable suspect, à part les milices chiites. (Daesh, qui reste actif en Irak, est actuellement engagé dans la reconstruction de ses réseaux dans le centre sunnite iranien et dans la réimposition de son emprise sur la population sunnite de son centre rural.)

Le gouvernement américain pense que le Kataeb Hezbollah était probablement aussi responsable du lancement d’un drone sur l’oléoduc Est-Ouest en Arabie Saoudite le 14 mai.

Les membres du Kataeb Hezbollah (dans leur manifestation politique) ont pris d’assaut l’ambassade du Bahreïn à Bagdad le 27 juin, en signe de protestation lors de l’organisation, par le Bahreïn de la conférence «Paix vers la Prospérité», parrainée par les États-Unis. Ils portaient des pancartes indiquant «Non à l’accord du siècle» et «Les sionistes arabes ont vendu leur identité arabe pour un accord infructueux».

Les attaques contre les installations américaines ont été accompagnées de menaces rhétoriques croissantes contre les États-Unis et Israël de la part de chefs de milices. Nasir al-Shamari, secrétaire général adjoint de la milice Hezbollah Nujaba, a déclaré que “la confrontation avec les États-Unis ne cessera que lorsqu’ils seront éliminés de la région, aux côtés de l’entité sioniste”.

Hadi al-Ameri, dirigeant de l’organisation Badr et peut-être le plus puissant dirigeant politique et militaire pro-iranien en Irak, a exprimé son point de vue dans une récente interview accordée à l’agence de presse Fars, en farsi, en langue farsi, à propos des Etats-Unis et d’Israël les termes suivants :

Learn Hebrew online

«Il ne fait aucun doute que Daesh est un enfant illégitime des États-Unis. Mes camarades et moi-même ne souscrirons jamais à la participation des États-Unis et de leurs alliés en Irak, et telle était notre position depuis le début … Les principaux concepteurs et créateurs [de Daesh] étaient les États-Unis et leur maître, Israël. ”

La décision du gouvernement irakien d’intégrer les milices intervient dans la foulée de la visite du secrétaire d’État américain Mike Pompeo en Irak. Après la visite, Pompeo a déclaré qu’il avait “exhorté le gouvernement irakien, pour sa propre sécurité, à placer toutes ces forces [les milices] sous le contrôle central de l’Irak”.

Est-ce alors que la question est maintenant réglée? Ameri, Muhandis et les autres vont-ils se contenter d’un nouveau rôle réadapté de politiciens ou de commandants divisionnaires anonymes dans l’armée irakienne?

Ils ne s’en contenteront pas.

Tout d’abord, il convient de rappeler que cette dernière annonce n’est pas sans précédent. La première loi intégrant les milices dans les forces de sécurité irakiennes a été adoptée en novembre 2016. Depuis lors, elles font partie de l’appareil de sécurité de l’État. Formellement, les milices relèvent directement du Premier ministre et sont sous son autorité.

En mars 2018, le Premier ministre de l’époque, Haider al-Abadi, a publié un décret intégrant officiellement les milices aux forces de sécurité, régularisant leurs salaires et leur accordant des droits similaires à ceux des membres de l’armée irakienne et d’autres services, sous le contrôle du ministère de la Défense.

Il semblerait que le dernier décret, pris en grande partie pour répondre à la pression et aux cajoleries américaines, ressemble à ces initiatives précédentes. Quel en a été leur résultat?

Grâce à la couverture de l’accueil sous ce statut officiel, les milices ont continué de jouer le rôle de bras puissant de l’Iran en Irak. En raison de la confusion des frontières entre l’armée de l’État et les milices chiites, les combattants iraniens ont désormais accès aux ressources mises à la disposition des forces de sécurité officielles.

Parmi ceux-ci figuraient du matériel américain ultramoderne, comme les neuf chars M1A1 Abrams utilisés par les milices contre les forces kurdes (pro-américaines) dans le cadre de l’assaut contre le Kurdistan irakien à la suite de la candidature du Kurdistan à l’indépendance vis-à-vis de l’Irak à la fin de 2017. Cette dernière opération a été planifiée par Soleimani.

Les États-Unis ont fourni une aide de plus de 22 milliards de dollars aux forces de sécurité irakiennes depuis 2005. Les frontières entre l’armée et les milices étant floues, la possibilité d’empêcher cet accès disparaîtra également. Seule une action forte et directe contre les milices et leurs dirigeants pourrait empêcher cela.

Les milices sont des acteurs puissants – politiquement, militairement et économiquement. Abdul Mahdi, quant à lui, est un personnage faible sans véritable base de pouvoir. L’Irak n’est pas un pays régi par la loi. En conséquence, le Premier ministre ne dispose tout simplement d’aucun mécanisme coercitif pour imposer sa volonté aux milices chiites. Il peut ordonner leur dissolution s’il le souhaite. Le résultat serait un enchevêtrement accru des milices et leur fusion avec les organes officiels de l’État – sans que ces derniers ne cèdent leur propre chaîne de commandement vitale. Cette chaîne de commandement mène à Soleimani, puis au bureau du guide suprême iranien Ali Khamenei.

Le CGRI ne considère pas l’Irak comme un pays, mais plutôt comme un espace dans lequel il renforce son pouvoir et poursuit ses attaques contre les forces américaines. Dans ce conflit, l’Etat officiel irakien et ses diverses structures offrent une couverture commode. Si les milices peuvent s’enfouir dans l’État irakien et bénéficier incidemment des largesses accordées par ses alliés (qui sont ses ennemis), tant mieux.

Si cela semble familier, ce n’est pas pour rien : C’est le plan de jeu poursuivi avec succès par la CGRI au Liban ces dernières années, à travers sa patente du Hezbollah dans ce pays. Ce modèle est maintenant appliqué en Irak, à une échelle plus large et beaucoup plus conséquente. Les décrets du Premier ministre ne l’arrêteront pas.

L’auteur est directeur du Centre d’analyse et de reportage sur le Moyen-Orient et chercheur au Middle East Forum et à l’Institut pour la sécurité et la stratégie de Jérusalem.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “L’Iran est en train d’avaler l’Irak comme Hitler envahissait la Rhenanie

    1. Yes

      Sans oublier les nettoyages ethniques auxquels procèdent les chiites contre les sunnites dans les pays dont ils prennent le contrôle. Des nettoyages ethniques qui concernent des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de femmes et d’homme qui vivaient dans ces régions depuis longtemps.

      Mais de cela, tout le monde se fiche !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *