toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

«Il faut tuer ce chien», une princesse saoudienne risque la prison à cause de violences contre un artisan


«Il faut tuer ce chien», une princesse saoudienne risque la prison à cause de violences contre un artisan

Six mois de prison avec sursis ont été requis contre la sœur du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane concernant des violences qu’elle aurait ordonné d’infliger à un artisan qui travaillait en 2016 dans une résidence royale à Paris. Selon ce dernier, elle a dit «il faut tuer ce chien, il ne mérite pas de vivre».

L’accusation a requis mardi six mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende contre la soeur du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, pour des violences infligées par son personnel à un artisan qui travaillait dans une résidence royale à Paris en 2016, selon l’AFP.

Hassa bint Salmane est suspectée d’avoir demandé à son agent de «protection rapprochée», Rani Saïdi, seul présent à l’audience au tribunal correctionnel de Paris, de menacer, frapper et humilier un plombier. Celui-ci, appelé pour réparer une vasque dans l’appartement occupé par la princesse, est lui-même accusé par cette dernière d’avoir pris des photos volées.

Il a décrit au juge d’instruction le quart d’heure de terreur ayant suivant ces supposés mots de la princesse:

«Il faut tuer ce chien, il ne mérite pas de vivre».

La procureure regrette la destruction de son téléphone portable – «On ne saura jamais ce qu’il y avait sur ces photos» -, et relève qu’il n’y a pas de preuve formelle que la princesse ait «formellement ordonné de (le) frapper».

«Elle est en colère et je la comprends: personne ne l’a prise en photo depuis ses huit ans», l’artisan Ashraf Eid est peut-être un «ennemi de son pays» prêt à vendre ces photos ou «à la solde de Daech*», lance la magistrate.

Pour l’accusation, la fille du roi d’Arabie est bien complice de violence avec arme et de séquestration «par provocation et par abus de pouvoir».

Contre l’agent de «protection rapproché» Rani Saïdi, un homme de confiance, la procureure a requis 8 mois d’emprisonnement avec sursis et 5.000 euros d’amende.

Elle a longuement décrit les «trois heures de séquestration» de l’artisan, qui gardera un «traumatisme profond» de cet épisode au cours duquel «M. Saïdi est là quasiment en permanence»: «C’est lui qui noue les liens, les détache, le surveille», affirme-t-elle.

Learn Hebrew online

Après le réquisitoire, la défense a commencé à plaider.

 

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “«Il faut tuer ce chien», une princesse saoudienne risque la prison à cause de violences contre un artisan

    1. Disraeli

      Procès bidon avant de commencer compte tenu de l’accusée. Les autorités françaises ne voudront jamais créer un incident diplomatique avec l’Arabie saoudite.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *