toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Une ONG marocaine (pro-palestinienne) sabote les liens culturelles et économiques avec Israël 


Une ONG marocaine (pro-palestinienne) sabote les liens culturelles et économiques avec Israël 

Les commerçants de la «cause palestinienne» ont fini par avoir gain de cause au Maroc, cette fois dans domaine culturel. Un festival de danse programmé du 3 et le 10 juin à Marrakech, a été annulé. Une danseuse israélienne  a été victime du boycott au Maroc, par des militants pro-palestiniens.  

Les autorités locales de Marrakech ont interdit l’organisation de ce festival, en déclarant qu’il risquait de « porter atteinte à l’ordre public » et aux « sentiments religieux des Marocains »…

Un refus qui a fort contrarié Simona Gruzman qui a fini par abandonner, déclarant sur Facebook que « les autorités marocaines ont plié face aux pressions des islamistes« .

Loading...

« Je suis devenue persona non grata au Maroc« , a-t-elle ajouté.

Simona Gruzman sur la scène de danse.

Pour rappel, Madame Gruzman avait organisé en 2011 un festival de danse orientale dans un hôtel à Marrakech. L’année suivante, elle n’a pas pu en organiser la 2e édition à la suite des protestations des militants marocains pour le boycott d’Israël.

Le principal responsable qui est dernière les campagnes de boycott économiques, académiques, culturelles et politiques au Maroc est Aziz Hanawi, le secrétaire général de l’observatoire marocain contre la normalisation avec Israël.

La semaine dernière, il a organisé une conférence  sur le sujet « Des dangers de la normalisation et les moyens de s’y opposer».

Fin 2017, au Parlement marocain, une proposition de loi criminalisant la normalisation avec Israël avait été « remise en avant » grâce aux efforts de cette ONG marocaine qui agit contre l’existence d’Israël.

Learn Hebrew online

 

Aziz Hanawi secrétaire général de l’observatoire marocain contre la normalisation avec Israël 

Des actions au Parlement marocain pour le Boycott économique 

Le mois dernier cette ONG, qui porte une idéologie antisémite haineuse, avait fourni à un parti politique marocain  d’idéologie islamiste, des rapports sur des liens commerciaux possibles entre le Royaume et l’Etat juif.

Loading...

En effet, le 13 mai 2019, les députés islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD) ont interrogé le ministre marocain de la Santé, Anas Doukkali, (Parti du progrès et du socialisme) au sujet de la normalisation avec Israël lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants.

Interrogé sur la présence présumée dans le Royaume d’une société israélienne exerçant dans le domaine de soins dentaires, le ministre a nié toute normalisation des relations. Il a ensuite expliqué qu’avant de pouvoir vendre un produit, une société devait d’abord en obtenir l’autorisation.

« Avant de commencer la distribution, les sociétés doivent déclarer à l’administration et établissent la relation directe la liant avec le fabricant. L’administration dispose de toutes les données et peut, après consultation, émettre un avis de réserve sur le pays d’origine », a-t-il déclaré.

Par cette prise de parole, le groupe de députés islamistes, présidé par Driss Azami, voulait connaître « les mesures d’urgence qui seront prises pour lutter contre la normalisation avec l’ennemi sioniste à travers le secteur de la santé »

L’observatoire marocain contre la normalisation avec Israël avait « identifié de graves opérations d’infiltration et de normalisation avec l’ennemi sioniste, à travers la présence de produits et de représentants d’une société ‘israélienne’ qui sillonnent le Maroc grâce à la médiation d’un ‘dentiste’ marocain ».

En novembre 2018 Bruce Maddy-Weitzman, expert en relations israélo-marocaines à l’université de Tel Aviv, interrogé par le site Middle East Eye, avait expliqué que « bien que les autorités marocaines minimisent tout lien, les échanges commerciaux dans l’agriculture, le domaine militaire et la technologie existent depuis des décennies, de même que les liens culturels et humains ».

Selon les données du Bureau central des statistiques israéliens, « les échanges commerciaux entre le Maroc et Israël s’élèveraient à 149 millions de dollars entre 2014 et 2017 ». Ainsi, le Maroc est le quatrième pays d’Afrique duquel Israël importe, et le premier pays du continent vers qui il investit.

En 2017, Netafim, leader du système israélien du goutte-à-goutte, a créé une filiale de 2,9 millions de dollars au Maroc, créant ainsi 17 emplois .

Selon le chercheur Bruce Maddy-Weitzman « les relations économiques sont souvent difficiles à prouver » entre Israël et le Maroc c’est parce que « les accords de commerce et d’investissement sont soit maintenus sous silence, soit gérés par des intermédiaires ».

Officiellement, Israël et le Maroc n’entretiennent pas de relations diplomatiques ou économiques et son gouvernement a toujours affirmé que le « boycott d’Israël est un principe ». En 2017, Mohammed VI avait même annulé sa participation à un sommet ouest-africain pour éviter Netanyahu.

L’observatoire marocain contre la normalisation avec Israël, au financement occulte, estime indirectement que Le Roi Hassan II du Maroc, ancien Président du Comité Al Qods, comme l‘un des grands traîtres à la cause palestinienne.

Selon l’observatoire marocain contre la normalisation avec Israël, en 1965, le roi Hassan II aurait transmis à Israël des enregistrements d’une rencontre cruciale entre les dirigeants arabes où ils discutaient de leur préparation à la guerre contre Israël.

Le Maroc a aujourd’hui  une position encore plus particulière puisque le préambule de sa constitution évoque son « affluent hébraïque », que des juifs marocains ont occupé des postes de ministres, et que Mohammed VI, comme son père avant lui, en compte un parmi ses conseillers – André Azoulay.

Mohammed VI courtise souvent  les lobbys juifs  pour obtenir son soutien sur la question du Sahara occidental, que la majorité de la communauté internationale considère comme étant un territoire occupé.

Un bureau de liaison israélien avait été ouvert à Rabat en 1994, le Maroc ouvrant le sien à Tel Aviv en 1995, suite aux accords israélo-palestiniens d’Oslo. En octobre 2000, le royaume a toutefois suspendu ses relations avec l’État hébreu pour protester contre « la politique répressive » du gouvernement israélien.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Souhail Ftouh pour Europe Israël

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Une ONG marocaine (pro-palestinienne) sabote les liens culturelles et économiques avec Israël 

    1. Slam

      Réponse de Pierre François Verni, membre du BMM (Boycott Marrocan Migrants) : « Toul vient à pied à qui sait s’y rendre (Meurthe-et-Moselle) ».

    2. Alain Deschamps

      Une bonne occasion de boycotter les marocains en retour 😃 .chez nous, nous en avons quelques milion à interdire de territoire. Ils choquent le sentiment laïque de 77 % de la population occidentale 😳,
      C’est une enquête de la télévision publique Belge. Les Européens ne veulent plus de cette merde religieuse Allah cons qui coûte un pognon dingue aux contribuables.

    3. robert Davis

      Bonne nouvelle puisque les gouvernants Israéliens ne sont pas assez patriotes pour refuser le déplacement dans un pays arabe. Mlle Grutzman de son côté est plus avide d’argent que patriote.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *