toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Laurent Wauquiez démissionne de la présidence des Républicains. Marine Le Pen tend la main à tous les cadres et électeurs LR patriotes


Laurent Wauquiez démissionne de la présidence des Républicains. Marine Le Pen tend la main à tous les cadres et électeurs LR patriotes

Laurent Wauquiez a annoncé le 2 juin sur TF1 sa démission de la présidence des Républicains, une semaine après la déroute historique du parti aux élections européennes.

«Les victoires sont collectives, les défaites sont solitaires. Il faut que je prenne mes responsabilités : […] je vais prendre du recul. Je me retire de mes fonctions de président des Républicains», a déclaré Laurent  Wauquiez, pressé depuis une semaine de quitter ses fonctions à la tête du parti par plusieurs personnalités de droite.

«Il faut que la droite se reconstruise» et «je ne veux pas être un obstacle, à aucun prix», a expliqué Laurent Wauquiez, tirant les enseignements de la débâcle historique de son parti qui a récolté 8,48 % des suffrages le 26 mai.

Président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ancien ministre lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy, ex-député de Haute-Loire et ex-maire du Puy-en-Velay, âgé de 44 ans, il avait été confortablement élu à la tête du parti en décembre 2017, avec environ 75% des voix, quelques mois après la défaite de François Fillon à la présidentielle.

Loading...

Depuis son élection, Laurent Wauquiez faisait l’objet de nombreuses critiques sur sa ligne droitière et sur une gouvernance jugée «solitaire» à la tête du parti.

Souvent accusé d’«insincérité», le patron de LR avait écorné son image en 2018 avec la révélation de propos chocs, enregistrés à son insu, tenus devant des étudiants lyonnais, dans lesquels il multipliait les critiques contre différents responsables politiques.

Désavoué par les électeurs et contesté en interne

Il avait choisi dans un scepticisme général de désigner François-Xavier Bellamy, enseignant en philosophie de 33 ans, pour conduire la liste LR aux élections européennes. Mais les cadres du parti avaient ensuite activement mené campagne, jusqu’au score historiquement faible glané le 26 mai, de nombreux électeurs de droite ayant choisi de voter pour La République en marche (LREM) d’Emmanuel Macron.

Après cette défaite, Laurent Wauquiez avait annoncé la tenue d’«états généraux» pour «tout remettre à plat». Une décision considérée «insuffisante» par de nombreux hiérarques LR. Plusieurs dirigeants comme Valérie Pécresse ou Eric Woerth avaient plus ou moins ouvertement appelé à son départ. Le président du Sénat, Gérard Larcher, a de son côté initié une «démarche» pour construire «un projet rassemblant la droite et le centre».

Celui-ci a convié le 4 juin à Paris les présidents de groupes parlementaires Christian Jacob (Assemblée) et Bruno Retailleau (Sénat), les présidents des grandes associations d’élus François Baroin (maires), Dominique Bussereau (départements) et Hervé Morin (régions), ainsi que les présidents de régions LR dont Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez ou encore Renaud Muselier (PACA).

Xavier Bertrand (Hauts-de-France), qui a quitté LR au lendemain de l’élection de Laurent Wauquiez à la tête de LR, n’assistera pas à cette réunion, selon son entourage.

Loading...

Eu égard aux statuts de LR, en cas de vacance, la présidence du mouvement est assurée par le vice-président délégué, Jean Leonetti.

La démission de Laurent Wauquiez de la présidence des Républicains officialisée, les réactions politiques n’ont pas tardé à droite de l’échiquier politique.

La recomposition politique va-t-elle s’accélérer à droite de l’échiquier politique ? Quelques instants après l’annonce de la démission de Laurent Wauquiez de la présidence des Républicains (LR), plusieurs cadres du Rassemblement national ont appelé les électeurs déçus par le parti de droite à rejoindre leur rang.

Loading...

«Cette démission de Wauquiez était inévitable. Nous tendons la main à tous les cadres et électeurs LR patriotes, attachés à la défense de notre identité, à la fin du matraquage fiscal et à la restauration de la grandeur française. L’alternative à Macron est possible !», a ainsi écrit Marine Le Pen sur Twitter.

Même tonalité du côté de Gilbert Collard. L’avocat a appelé «les électeurs, militants et cadres de LR qui ont la France au cœur» à rejoindre son parti. «Nous sommes maintenant les seuls à pouvoir les défendre face à Macron», a-t-il argumenté.

Le leader de Debout La France, Nicolas Dupont Aignan, a également convié ses électeurs opposés «à toute dérive macroniste» à adhérer à sa formation politique.

Hasard du calendrier, Marion Maréchal annonçait plus tôt sur LCI son souhait de voir émerger une «grande coalition» entre la «droite populaire» issue des Républicains (LR) et le Rassemblement national (RN). Car selon elle, le parti de Marine Le Pen n’est pas aujourd’hui en capacité d’être suffisamment rassembleur.

Deux droites irréconciliables ?

«Je considère que le Rassemblement national est indispensable à la vie politique mais que malheureusement, il n’est pas suffisant […] et qu’il faut le dépasser, en tout cas qu’il faut permettre qu’il y ait d’autres voix qui s’expriment à travers d’autres mouvements ou courants qui puissent permettre demain, je l’espère, un grand compromis patriotique autour de cette idée de défense de la nation», avait notamment estimé celle qui dispose d’une bonne côte de popularité auprès des électeurs LR.

La tête de liste LR pour les élections européennes François-Xavier Bellamy, dont Marion Maréchal a vanté les qualités personnelles, a quant à lui simplement tenu à saluer le «geste d’honneur» du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, sans plus de commentaires.

Bruno Retaillau, président du groupe LR au sénat, a usé de termes similaires pour qualifier la décision prise par l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : «Je salue l’élégance et la dignité de Laurent Wauquiez. Cette décision l’honore.»

Le président de l’Assemblée des départements de France, Dominique Bussereau, voit lui en cette démission une occasion pour le parti de renouveler sa ligne politique et de changer de stratégie vis-vis de la majorité présidentielle : «Le départ de Laurent Wauquiez permet la création d’une nouvelle UMP [l’ancien acronyme du parti], sociale, libérale, européenne. Mais sans être dans une opposition systématique à Emmanuel Macron et Édouard Philippe.» «Si ce n’était pas le cas, Gérard Larcher sait que je n’en serai pas.», a-t-il poursuivi en référence à l’initiative du président du Sénat.

Dans ce contexte de crise interne, Gérard Larcher va en effet réunir plusieurs ténors de la droite et du centre le 4 juin pour tenter de «constuire un projet rassemblant» les deux courants politiques éparpillés entre le RN et LREM. Les présidents des groupes parlementaires Christian Jacob, Bruno Retailleau, Hervé ­Marseille et Philippe Vigier, ainsi que les ­leaders des grandes associations d’élus François Baroin, ­Dominique Bussereau et Hervé Morin en font partie. Plusieurs présidents de régions seront également présents, à l’instar de Valérie Pécresse, présidente régionale du Conseil d’Ile-de-France.

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Laurent Wauquiez démissionne de la présidence des Républicains. Marine Le Pen tend la main à tous les cadres et électeurs LR patriotes

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *