toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Grenoble: les militants du burkini se retrouvent à faire du prosélytisme devant la piscine municipale


Grenoble: les militants du burkini se retrouvent à faire du prosélytisme devant la piscine municipale

Une semaine après leur baignade en maillot couvrant à la piscine municipale, les membres de l’association Alliance citoyenne y sont retournés dimanche, pour discuter avec les usagers.

À Grenoble ce dimanche, l’opération burkini dans les deux piscines municipales n’a pas eu lieu. La contre-opération «Tous à poil» non plus. Après plusieurs incidents dans les bassins et la fermeture des lieux à la demande des agents de la ville, les habitants ont pu se baigner tranquillement à la piscine en plein-air Jean-Bron, comme à celle des Dauphins. En revanche, chacun a dû vider son sac à l’entrée devant des vigiles (en nombre pour l’occasion: + 50% à Jean-Bron, +25% aux Dauphins, selon la mairie), avec pour obligation de montrer son maillot de bain. La police municipale était aussi là, de l’entrée jusqu’aux bassins de Jean-Bron, avec un petit renfort ponctuel de la police nationale. Et il a fallu ranger serviettes et maillots plus vite que d’habitude, puisque les deux établissements municipaux fermaient à 14 heures , au lieu de 19 heures au plus tôt en temps normal.

Ils sont une quinzaine, ce dimanche midi, réunis à quelques pas de Jean-Bron, pour cette «opération burkini»: certains membres de l’Alliance citoyenne de Grenoble, d’autres venus en soutien sans pour autant afficher clairement leurs couleurs. Parmi eux, trois femmes voilées. Ils savent qu’ils ne vont pas pouvoir se mettre en burkinis, le dispositif de la Ville faisant obstacle. Alors que faire? Aller à la piscine, payer son ticket d’entrée, et mobiliser les autres clients avant les bassins, c’est-à-dire dans les vestiaires? Tous ne sont pas d’accord. Leur sortie sera donc minimale: discuter avec les passants devant l’établissement. Avant, ils doivent se préparer, avec des jeux de rôle. Extraits des dialogues, par les femmes voilées: «Nous, on ne peut pas aller à la piscine», «on nous oblige à mettre des maillots deux pièces», «ce n’est pas normal, on est dans un état laïc». Il est presque 13 heures quand l’équipée se décide à partir à pied pour la piscine. Dans les rangs, on parle de Tariq Ramadan, de la différence entre laïcité et laïcisme, eux protégeant la première, quand l’autre est le fait de ceux qui ne sont pas d’accord avec eux.

«Le religieux n’a pas sa place dans une piscine»

Loading...

Sur place, à l’entrée de Jean-Bron, les échanges houleux ne se font pas attendre. «Vous allez détruire notre liberté!», leur lance, fâché, un passant. «Et la liberté de conscience alors?» lui rétorque une sympathisante du mouvement. «Oui, mais pas en l’imposant aux autres!» poursuit le passant en s’en allant. «Oh ça va, à chaque coin de rue y’a une église, on t’entend pas gueuler!» Rires dans l’assistance.

Conseiller régional du groupe Socialiste et démocrate d’Auvergne-Rhône-Alpes, Stéphane Gemmani a lui aussi tenté le dialogue, reprochant aux militants leur appellation des «Rosa Parks musulmanes». «Le religieux n’a pas sa place dans une piscine», estime-t-il.

– On ne vous parle pas de religion mais de liberté!

– Les Rosa Parks musulmanes, c’est quoi alors? C’est bien une revendication religieuse. Je trouve que vous poussez à la discrimination. C’est grave ce que vous faites. Vous ne représentez pas la majorité des musulmans, mais vous attirez l’attention de tout un tas de personnes, notamment les franges les plus extrêmes.»

«Le règlement de la piscine exclut des gens, considère plus tard une militante.

– Non, tranche l’élu. Vous avez le droit d’y aller en respectant le règlement!

Learn Hebrew online

– Mais pourquoi vous voulez nous imposer votre maillot?»

Parfois, la discussion ne mène à rien. «Vous et la sphère facho de Grenoble…», commence une militante. Piqué, Gemmani répond: «Vous êtes en train de me traiter de facho? Parce qu’on n’est pas d’accord?»

Source

Loading...

Puisque vous êtes là…

… on aimerait vous dire un dernier mot. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Europe Israël sur le web, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût.

En n’étant rattaché à aucun groupe industriel, aucun lobby, aucun politique, Europe Israël prouve chaque jour son indépendance éditoriale. Pour nous aider à garder notre liberté de ton et notre exigence journalistique, votre soutien est précieux.

En donnant 100 € grâce à la déduction fiscale de 66% votre don ne vous coûte que 33 €.

Vous recevrez un reçu CERFA pour tous dons supérieurs à 50 Euros qui vous permettra de déduire 66 % des sommes versées.

Nous soutenir







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Grenoble: les militants du burkini se retrouvent à faire du prosélytisme devant la piscine municipale

    1. alauda

      Ce mauvais théâtre d’agit-prop est bien ennuyeux. Les jeux de rôles consistant à alpaguer les passants sur ce genre de non-sujet conduisent à ne produire que des clichés, enfermés dans quelques mots clefs.

      Un lancer de tomates, sans palabres, forceraient ces mauvaises cuisinières de la liberté de conscience, accommodée à toutes les sauces, à filer fissa se rafraîchir les idées sous la douche.

    2. Robert Davis

      Les mus utilisent TOUS les moyens pour servir leur prosélytisme à la noix. Même enfermés en prison, ils continuent et si on les isolé totalement ils essayeraient de convertir…les murs. Le seul moyen de lutter contre les mus est de les foutre dehors, partout. Et pour cela il faut commencer par leur ami micron.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *